En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Amiante sur chantier : les acteurs de la prévention satisfaits du deuxième rapport Carto amiante

Bâtiment  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Signataires d'une convention de partenariat en 2014, la DGT, l'OPPBTP et l'INRS ont rendu public le 29 avril un deuxième rapport sur leur campagne de mesurage d'empoussièrement des fibres d'amiante sur les chantiers, dénommée "Carto Amiante". Une campagne menée avec quatre organisations professionnelles : la Capeb, la FFB, la FNTP et Scop BTP.

"Les résultats sont très positifs et encourageants. Ils montrent de faibles niveaux d'empoussièrement", se félicitent les partenaires. Ce deuxième rapport, après celui divulgué en octobre 2017, est issu des mesures réalisées sur 324 chantiers par 155 entreprises et de l'analyse de onze situations de travail, dont six nouvelles par rapport à la première édition. Dix processus montrent des niveaux d'empoussièrement inférieurs à 100 fibres par litre (f/L), le démontage de toiture en ardoise accusant toutefois une valeur de 55,4 f/L. La onzième, le démontage de toiture en plaques de fibrociment connaît un niveau d'empoussièrement de niveau 2, avec 163,2 f/L.

Pour les partenaires, ces résultats traduisent "la mise en œuvre de processus de travail maîtrisés" et montrent qu'il existe "des solutions opérationnelles simples en matière de prévention du risque amiante pour les travaux d'entretien". C'est pourquoi ils renvoient aux fiches détaillées comportant les valeurs de référence et les préconisations pour chacune des situations de travail étudiées. Ces résultats doivent toutefois être relativisés dans la mesure où, comme le rappelle le rapport, les chantiers analysés ont été réalisés par des entreprises volontaires déjà sensibilisées au risque amiante. D'autre part, certaines phases connexes à la mise en œuvre des processus étudiés n'ont pas été évaluées. "Celles-ci peuvent générer des empoussièrements importants pouvant également impacter l'environnement du chantier", indique le rapport. D'autres limites sont évoquées : représentativité insuffisante des mesurages (tertiaire, ERP, industrie, locaux commerciaux peu représentés), limites métrologiques, etc.

Les trois partenaires se félicitent toutefois du nombre croissant de candidatures à cette campagne de mesurage (1.087 présentées dont 517 retenues) et annoncent son élargissement à de nouvelles situations de travail en vue d'enrichir la base de données et d'aider les employeurs à conduire leur estimation du risque amiante.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…