En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Energie, déchets, fiscalité : les annonces d'Edouard Philippe lors de la déclaration de politique générale

Le Premier ministre a détaillé l'agenda environnemental devant l'Assemblée nationale. Hausse du rythme de développement de l'éolien en mer et lutte contre les déchets plastiques figurent parmi les principales annonces.

Gouvernance  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

"Les douze prochains mois seront ceux de l'accélération écologique", a déclaré le Premier ministre, Edouard Philippe, lors de son discours de politique générale devant l'Assemblée nationale, le 12 juin. "Aujourd'hui les jeunes nous bousculent" sur ces questions, a-t-il admis à plusieurs reprises. Estimant que "plus personnes n'a le monopole du vert", il souhaite se concentrer sur les effets concrets dans le quotidien des Français. L'essentiel des mesures écologiques annoncées concerne l'énergie et la lutte contre les déchets.

Eolien en mer, hydroélectricité, aides à la rénovation

Le Premier ministre a annoncé une hausse du rythme de lancement des appels d'offres pour l'éolien en mer à 1 GW par an, au vu de la baisse des coûts obtenue lors de la mise en concurrence pour le parc de Dunkerque. Cette hausse devra être inscrite dans la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE).

Edouard Philippe a confirmé la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim et la baisse de la part du nucléaire dans le mix électrique à horizon 2030. Il a par ailleurs indiqué que le gouvernement respecterait le droit européen pour l'ouverture à la concurrence de l'hydroélectricité, sans accepter pour autant le morcèlement du patrimoine français. Le Premier ministre n'a pas précisé comment le gouvernement comptait conclure ce dossier…

Il a indiqué qu'il ouvrirait des discussions à l'échelle européenne pour définir une nouvelle régulation du prix de l'électricité. Après la polémique sur la hausse de 6% au 1er juin de ces tarifs régulés, le ministre de la Transition écologique devrait modifier le projet de loi énergie climat pour y intégrer la fin des tarifs réglementés pour le gaz et la fin partielle pour l'électricité.

Enfin, Edouard Philippe a confirmé la remise à plat des aides à la rénovation énergétique en transformant le crédit d'impôt en "aide plus massive" à destination de ceux qui en ont le plus besoin.

Invendus, plastique et consigne

Le Premier ministre a confirmé sa volonté de mettre fin à la destruction des invendus. Cette mesure sera inscrite dans le projet de loi de lutte contre le gaspillage qui sera examiné en septembre.

Il souhaite que tous les produits en plastique jetables soient bannis de l'Administration dès 2020. Il promet également une grande concertation avec les collectivités territoriales autour du recyclage du plastique et de la mise en place des consignes. Les territoires d'outre-mer pourront expérimenter cette mesure. Par ailleurs, sera étudiée la possibilité d'imposer un taux minimum de plastique recyclé dans les emballages. Edouard Philippe veut aussi mettre en place une interdiction progressive des boîtes en plastique ne contenant pas de plastique recyclé.

Convention citoyenne, référendum et fiscalité

Le Premier ministre a rappelé les structures sur lesquelles le gouvernement compte s'appuyer pour mettre en place la transition écologique. Et notamment la convention citoyenne qui pourra proposer de nouvelles mesures qui pourront être traduites en projets de loi, réglementation ou soumises à référendum.

Enfin, pour financer la création de nouvelles tranches d'imposition, le gouvernement engagera une lutte contre les "niches anti écologiques". Des propositions devraient être faites par les ministres en charge de l'Economie et du Budget début juillet.

Réactions7 réactions à cet article

 

Il est toujours intéressant que le sort des urnes bousculent quelque peu les grands décideurs dans leurs certitudes. Mais pour autant, quid de conservation de la biodiversité sauvage ? De la protection de la ressource en eau ? Rien non plus sur les réformes en cours visant à détricoter le droit de l'environnement ("simplification" en vue de débrider l'activité économique en France, mantra de l'acte I de ce gouvernement). Tout cela manque furieusement d'ambition et entame la crédibilité de l'intervention du Premier ministre.
La photo d'illustration de l'article est fort bien choisie : elle montre avec quelle sincérité l'écologie mobilise au sein de la grande majorité des personnalités politiques !

Pégase | 13 juin 2019 à 08h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il n'y a aucune confiance à faire à propos de l'environnement quad il s'agit de l'ex-cadre d'AREVA. C'est du mauvais lavage vert comme disent les Britanniques.

Quand à EELV et son meneur voir la prise de bec du Canard de cette semaine

Sagecol | 13 juin 2019 à 09h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Effectivement c'est petit, à minima, sans grandes ambitions pour la protection de la biodiversité, et il reste comme son patron, dans l'effet d'annonces. Je vous garantis que sur le terrain (La Manche) c'est la cata, les élus sont dans le déni total du réchauffement climatique, et bétonnent ou autorisent à bétonner à tout va.

BJ50320 | 13 juin 2019 à 09h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce qui me gène dans son approche c'est qu'il ne remet à aucun moment en question le modèle dominant : économie très libéralisée, objectif principal de la croissance, etc.
Nous verrons vite s'il ne fait pas preuve d'un optimisme béat.

Cyril31 | 13 juin 2019 à 11h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Rien de surprenant dans ce discours . Le mot de "nature" n'entre pas dans le paysage cérébral ni de Philippe ni de Macron .
Mais soyons satisfaits l'écologie est bien prise en compte :on n'achètera plus de stylos à bille jetables dans nos préfectures .La planète est sauvée ,on va pouvoir bétonner comme avant .

sirius | 13 juin 2019 à 15h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Malgré les beaux discours de Mr E. Philippe, l'attention désintéressée portée à la Planète n'entre pas en jeu: les seules mesures d'envergure concernent des domaines où les entreprises peuvent apercevoir des profits: reconversion dans les énergies renouvelables et traitement des déchets, fin de l'utilisation des plastiques jetables et retour aux bons vieux matériaux traditionnels, consigne, etc... strictement aucune évocation sur les élevages concentrationnaires, sur le bien-être animal, sur la chasse, sur l'harmonisation des normes dans le bio à l'échelle européenne, sur les cultures hors-sol et les serres chauffées qui tendent à se généraliser au mépris de la saisonnalité, sur l'extension de l'artificialisation des sols et la bétonisation partout sur le territoire, bref, sur le respect de la nature et de la biodiversité en général, c'est franchement déprimant. Nos dirigeants sont bouchés à l'émeri.

gaia94 | 17 juin 2019 à 15h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci à Actu Environnement: le titre m'a fait gagner du temps.

"Déclaration et annonces", tout ce que ce gouvernement est capable de faire en écologie.

Je vous soupçonne presque d'être aussi sinon plus taquin que moi quand vous vous y mettez ;-)

A+

Tombour | 05 août 2019 à 19h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager