En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Autoconsommation : l'appel d'offres est suspendu

Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

"Compte tenu des faibles niveaux de souscription observés et afin d'améliorer le dispositif de soutien à l'autoconsommation, le ministère de la Transition écologique et solidaire a décidé de suspendre les prochaines périodes de cet appel d'offres", a annoncé le 19 avril la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Elle précise que l'appel d'offres pour les installations en autoconsommation entre 100 kW et 1 MW reprendra lorsque des améliorations auront été réalisées.

La CRE a alerté à plusieurs reprises sur les mauvais résultats de cet appel d'offres. "La puissance cumulée des quarante-et-un dossiers déposés pour cette cinquième période de candidature est de 19,4 MW, indique-t-elle dans une délibération du 28 février 2019, relative à la dernière vague des lauréats. A l'instar des trois périodes précédentes, ce volume est nettement inférieur à la puissance recherchée, fixée à 50 MW".

Trente-trois dossiers, représentant 15,3 MW, ont finalement été retenus, soit 31 % de la puissance recherchée. La faiblesse des volumes conduit à sélectionner des projets à des coûts bien supérieurs aux premiers lauréats. De fait, la CRE recommandait aux autorités de classer cette cinquième période sans suite et de ne désigner aucun lauréat. Le ministère n'a pas suivi cette recommandation.

Des projets sous-optimisés ?

Plus de la moitié des projets déposés portent sur des installations à la fois sur des toitures des supermarchés et sur les ombrières des parkings. "Malgré le doublement de la puissance maximale des installations éligibles au présent appel d'offres par rapport aux quatre premières périodes (de 500 kW à 1 MW), le taux d'occupation moyen des projets - défini comme la surface occupée par l'installation par rapport à la surface disponible - est resté relativement faible (25 %)", souligne la CRE.

Selon elle, les porteurs des projets misent sur le dimensionnement pour augmenter le taux d'autoconsommation et bénéficier de la prime sans abattement. Autre conséquence : "plusieurs candidats prévoient d'utiliser un dispositif de bridage des onduleurs, consistant à empêcher l'injection sur le réseau lors d'éventuelles périodes de sous-consommation et garantissant ainsi un taux d'autoconsommation de 100 % toute l'année".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager