En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le BIM : un outil multiple pour améliorer les performances des bâtiments

L'usage de la maquette numérique et du BIM (Building Information Modeling) se généralise pour faciliter les projets de construction. La maquette s'applique aussi à la gestion du patrimoine existant. Un outil qui optimise les performances du bâtiment.

Bâtiment  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Le BIM : un outil multiple pour améliorer les performances des bâtiments

La transformation numérique du bâtiment s'accélère en France. Le 24 janvier 2019, s'est tenu le premier comité de pilotage du nouveau plan BIM 2022 lancé par le gouvernement. L'Etat débloque 10 millions d'euros pour accélérer la digitalisation du secteur en quatre ans. Ce nouveau plan généralise l'utilisation de la maquette numérique 3D intégrée dans un processus de travail collaboratif BIM (Building Information Modeling) pour les constructions. Un outil très utile pour améliorer la performance énergétique et environnementale.

Calcul thermique, bilan carbone et BIM : un mariage de données

Aujourd'hui, les maquettes numériques sont réalisées essentiellement dans le neuf. Le BIM apporte un intérêt en matière de performance énergétique. Plusieurs logiciels de calcul thermique du bâtiment, par exemple, peuvent être utilisés au sein de la maquette numérique : Archiwizard, Perrenoud, ClimaWin, Fisa, IES, Pleiades, etc. "Les logiciels de simulation thermique permettent d'importer les données géométriques pour les dimensions des bâtiments et des façades, l'intégration des fenêtres, de la toiture ou du plancher. Par contre, la limite c'est que les données thermiques doivent être validées ou ressaisies", pointe Eric Chatelain, Responsable thermique et acoustique chez Citae, société de conseil en bâtiment. Même constat chez Christian de Nacquard, Directeur conception durable chez Bouygues Bâtiment International : "Les outils BIM, comme les calculs énergétiques, devraient être capables de récupérer directement les données d'un modèle numérique 3D créé par un autre logiciel et ainsi éviter cette récupération manuelle". Mais l'interopérabilité entre les différents logiciels "n'est pas toujours assurée", indiquait-il en juin 2018 à Actu-Environnement. Des plugins peuvent permettre des transferts de données sans ressaisie. Le principal format d'échange de données BIM est l'IFC (Industry Foundation Classes) pour la majorité des utilisateurs.

 
-12 % C'est la réduction des coûts totaux sur le cycle de vie du bâtiment, estimée d'ici cinq à sept ans grâce au BIM, selon une étude publiée en septembre 2018 de Sia Partners.
 

La maquette numérique contribue aussi à la réalisation d'une analyse du cycle de vie (ACV) d'un bâtiment exigée par le label Energie+ Carbone- (E+C-) qui préfigure la Réglementation environnementale des bâtiments neufs en 2020. Elodie, développé par le CSTB (qui intègre le module de maquette numérique eve-BIM) ou Vizcab de Combo Solutions font partie des logiciels de calcul du bilan carbone conformes au référentiel.

Le BIM pour mieux gérer le patrimoine existant

Le BIM permet aussi de modéliser les bâtiments existants, en y intégrant des éléments d'exploitation, voire de fin de vie, en diagnostiquant les déchets avant démolition. "Lors de la réalisation du diagnostic déchets, une équipe dédiée au BIM doit se rendre sur les lieux pour capter l'ensemble du bâtiment sous forme de nuages de points et récupérer l'ensemble des données géométriques de l'espace à détruire", explique Jérôme Bonnet, Directeur du développement BIM chez AC Environnement.

Le groupe, spécialiste du diagnostic immobilier, propose aux exploitants de bâtiments une maquette numérique 3D associée à la plateforme digitale de gestion-maintenance "CN BIM". Celle-ci, accessible en OpenBIM, permet aux organismes de mieux gérer leur bâti y compris le risque amiante. "CN BIM permet à tous les intervenants du projet de se connecter et de mettre à jour la maquette numérique à travers un fichier Excel. Le diagnostic amiante est intégré dans la maquette comme un élément structurel. Nous sommes en train d'interfacer le moteur de calcul du diagnostic de performance énergétique (DPE) pour permettre aussi à nos clients de simuler leur étiquette énergétique", explique Denis Mora, PDG d'AC Environnement.

Revit® est le logiciel phare édité par Autodesk sur lequel s'est appuyé AC Environnement pour concevoir sa maquette numérique 3 D. Revit "est une plateforme BIM pluridisciplinaire qui propose des outils permettant de modéliser des maquettes de bâtiments ou d'infrastructures. Elle permet de réaliser par exemple des simulations de performance énergétique, en s'appuyant sur des modules comme Insight 360 d'Autodesk, ou des modules de développeurs externes (ClimaBIM, etc.) intégrés à Revit. 70 à 80 % des bâtiments sont conçus avec Revit qui est devenu l'un des logiciels du BIM le plus utilisé", souligne Emmanuel Di Giacomo, architecte et responsable développement des écosystèmes BIM d'Autodesk.

Plateforme KROQI : le BIM pour les TPE/PME

L'utilisation du BIM étant de plus en plus demandée dans les marchés publics, cette approche doit être diffusée le plus largement possible, en soutenant la montée en compétence de tous les professionnels. Le plan BIM 2022 prévoit notamment d'accompagner les acteurs dans leur transition numérique via la plateforme collaborative "KROQI", mise en oeuvre par le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) à la demande des pouvoirs publics. Cette plateforme, "publique, gratuite et simple d'utilisation", a été lancée dans le cadre du Plan Transition numérique dans le bâtiment (PTNB) en mars 2018 par le ministre de la Cohésion des Territoires, lors du salon BIM World à La Défense. Elle s'adresse à tous les professionnels de la construction, et particulièrement aux TPE et PME auxquelles elle propose des outils collaboratifs et métiers, adaptés à leur besoin d'appropriation du numérique et du BIM. Ce qui leur permet de réduire les coûts d'investissement ou d'utilisation de matériels et logiciels.

Aujourd'hui, la plateforme compte plus de 22.000 utilisateurs uniques. "Soit environ 700 utilisateurs nouveaux par semaine depuis l'annonce du plan BIM 2022 en novembre 2018. Le nombre d'utilisateurs qui se connectent chaque mois à la plateforme KROQI ne cesse d'augmenter", indique Vivien Dansac, ingénieur recherche et expertise BIM au CSTB. La plateforme favorise la collaboration entre les participants d'un projet de construction grâce à un espace de travail sécurisé, proposant le stockage et l'échange de documents et de maquettes numériques, la gestion de tâches, ou encore un agenda partagé.

Quatre services sont disponibles à ce stade dont un "checker" : "ce service permet de vérifier automatiquement, au sein d'une maquette numérique au format IFC, la présence d'informations jugées essentielles pour un usage donné". Egalement, des éditeurs tiers, comme ACCA Software, BIM Data, Labéo, DatBIM ou PlaceDesArtisans.fr ont connecté leurs solutions à KROQI. Ce socle de fonctionnalités a vocation à s'élargir, et devrait accueillir prochainement d'autres services comme Tamaplace de Tamashare (salle de réunion virtuelle) ou encore BIMChain de Lutecium (sécurisation des échanges via la blockchain). "KROQI est un outil de collaboration entre acteurs qui a pour objectif de créer au fur et à mesure un écosystème de services numériques, capable de répondre au large spectre des besoins métiers, notamment pour concevoir, visualiser, vérifier et exploiter des maquettes, associer des bases de données d'objets, etc.", ajoute Vivien Dansac.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…