Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Barbara Pompili présente dix mesures pour doper et simplifier le solaire sur bâtiment ou friche

Après l'éolien, c'est au solaire d'être l'objet d'un plan d'action du ministère de la Transition écologique. Ces dix mesures concernent plus spécialement les projets sur toiture ou sur terrain dégradé.

Energie  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com
Barbara Pompili présente dix mesures pour doper et simplifier le solaire sur bâtiment ou friche

À l'occasion d'un déplacement dans un entrepôt équipé de panneaux solaires à Trappes (Yvelines), Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, dévoile aujourd'hui un « plan d'action » pour accélérer et simplifier le développement du sol...

Réactions2 réactions à cet article

 

Dix mesures pour 1000 projets qui feront la joie des chinois aux dépends de l'Environnement.
Je ne comprends toujours pas pourquoi le gouvernement refuse de financer le développement d'une industrie française des cellules photovoltaïques. J'ai entendu le président des installateurs de PV exprimer le même souhait.
Actuellement la presque totalité des cellules est fabriquée en Chine avec de l'électricité chinoise produite avec du charbon. L'implantation en France remplace une électricité carbonée à 8%. Il faut une trentaine d'année pour économiser en France métropolitaine le CO2 dégagé en Chine pour fabriquer les cellules (en 30 ans la plupart de ces installations sera HS).
Ce serait si simple de favoriser cette industrie française même avec la complexité européenne. Il suffirait de baser les subventions d'implantation du PV sur le CO2 économisé.
Pour rappel la CSPE payée par tous les clients d'électricité (vous et surtout moi) est de l'ordre de 10 milliards d'euros par an (une centrale EPR par an).
On pourrait aussi braver la Commission en finançant directement une industrie de fabrication de cellules, la France dispose de suffisamment d'arguments pour faire valoir un tel projet favorable à toute l'Europe .

VD69 | 04 novembre 2021 à 19h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pourquoi mettre des seuils environnementaux en fonction de la puissance installée alors que l'impact et principalement lié à la surface? Cependant des seuils différenciés en fonction de la localisation, notamment en distinguant les emplacements déjà artificialisés des autres est une bonne chose.
Rien sur le flottant? Dommage!

vi2b | 09 novembre 2021 à 13h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Roulez à l'énergie solaire et autoproduite ! RossiniEnergy