Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Stéphane le Foll inaugure une installation de méthanisation raccordée au réseau de gaz naturel

Agroécologie  |    |  Cyrielle Chazal  |  Actu-Environnement.com

Vendredi 20 juin, le ministre de l'Agriculture s'est déplacé en Vendée pour inaugurer "la première installation de méthanisation de l'Ouest de la France à procéder par injection directe de biogaz dans le réseau de gaz naturel". L'installation, Agribiométhane, est située à Mortagne-sur-Sèvre (Vendée).

Les effluents d'élevages (lisier et fumier) et les sous-produits agroalimentaires (la graisse de poulet notamment) alimentent un digesteur. A partir de ces déchets, le digesteur produit un digestat et du biogaz. Le biogaz est ensuite épuré pour être injecté dans le réseau de gaz de GrDF. Les dix agriculteurs à l'origine de cette unité de méthanisation estiment à 1.000.000 m3 le volume annuel de biogaz brut produit, et à 550.000 m3 le volume de biométhane injecté dans le réseau. Cette quantité représenterait "10% de la consommation de gaz de Mortagne".

Agribiométhane, mise en place par des agriculteurs issus de quatre exploitations (élevages de la Samarie, de la Garenne, de Poitou et du Bois Bourreau), est alimentée par 16.000 m3 d'effluents agricoles provenant de ces élevages, et 6.000 m3 de déchets agroalimentaires, rapporte Ouest France.

Pas la première unité raccordée en France

"L'injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel est autorisée en France depuis 2008" mais "la quasi-totalité des unités de méthanisation en service ou en projet misent sur un système de cogénération", expliquait David Collin, directeur territorial des Côtes d'Armor chez GrDF. Ainsi, l'installation inaugurée par le ministre n'est pas la première du genre, une unité de production de biogaz  de Seine-et-Marne étant raccordée au réseau depuis août 2013. En comptant Agribiométhane, il existe seulement quatre unités raccordées au réseau GrDF en France.

Si "la méthanisation est l'une des voies d'avenir de la production d'énergie renouvelable", comme l'annonçait Stéphane Le Foll, certains s'inquiètent des dangers liés au digestat. Agribiométhane prévoit d'utiliser 80% du digestat pour l'épandage des terres. "Cela reste un déchet qu'on ne maîtrise pas", confiait le président de l'association Terres et rivières à Ouest France, en référence au risque d'acidification des sols et de pollution des eaux de ruissellement.

Réactions3 réactions à cet article

 

Et encore une nouvelle source d'énergie "révolutionnaire" qui va générer des déchets qu'on ne sait pas gérer... Comme toutes les nouvelles sources d'énergies "révolutionnaires" celle-ci a aussi ses inconvénients et c'est encore notre envioronnement et ses habitants (nous) qui allons en souffrir.

"la méthanisation est l'une des voies d'avenir de la production d'énergie renouvelable". Le discours n'a pas changé.

Zugzwang | 23 juin 2014 à 15h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Une reflexion portant sur "est-ce mieux ?" me semble pertinente.
Des digestats de lisiers, fumiers et graisses animales sont-ils dangeureux ?
Pour les lisiers et fumiers, avant on les ... épandait ! Donc ce qui a changé, c'est qu'avant de les épandre, on s'en sert pour produire de l'énergie (via un support gaz). On diminue ainsi la dépendance vis-à-vis des pays producteurs de gaz, on ré-équilibre la balance économique tout en développant de l'activité économique locale...
Les volumes à épandre sont légèrement moindre et en général plus pateux que le lisier donc le risque d'infiltration ou de lessivage doit également diminuer. Des analyses et études devraient le prouver.
Bref, je ne vais pas détailler tout le bien que je pense de cette opération mais comme il y aura toujours des opposants à tout...

Tombour | 24 juin 2014 à 15h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pincez moi, je rêve, c'est maintenant qu'on s'inquiète de la destination du "digestat" apparemment pas étudié du tout.
De qui se moque t-on ? On découvre (ou feint de découvrir qu'il serait générateur de nuisances, impropre à l’assolement) ! Qu'est ce qu'on pourrait bien en faire ?
Voila toujours ce qu'il advient lorsqu'on confie des projets à des amateurs supervisés par des "politiques" véreux. une belle bande de gribouilles, le reste à l'avenant. Au passage je suppose que quelques entreprises copines s'en sont mis plein les poches.
Et ce sont ces khmers verts qui viennent nous donner des leçons de calcul, des leçons de gestion, des leçons d'économie.
Ça suffit bas les masques ! C'est notre argent qui finance vos facéties chimériques et dispendieuses

Le Glaude | 24 juin 2014 à 19h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

MULTISTAR L3, crible à étoiles mobiles pour séparation 3 fractions HANTSCH