En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

85% des espèces d'esturgeons menacées d'extinction, selon l'UICN

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
85% des espèces d'esturgeons sont menacées d'extinction, a prévenu le 18 mars l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), en marge de la conférence de la Convention sur le commerce des espèces sauvages menacées d'extinction (CITES) à Doha (Qatar). L'esturgeon est inscrit depuis 1998 à l'Annexe II de la CITES qui autorise des exportations limitées de ses œufs destinés à la production de caviar.

L'esturgeon, qui est un poisson migrateur, est ''l'animal le plus menacé de tous ceux inscrits sur la Liste rouge de l'UICN'', a alerté l'organisme . Au total, 27 espèces d'esturgeons figurent sur la Liste rouge des espèces menacées, dont 63% sont classées '''en danger critique d'extinction'', comme l'Esturgeon européen qui a longtemps fait l'objet du braconnage, pour le prélèvement de ses œufs. Sa pêche est strictement interdite, mais l'espèce demeure victime de captures accidentelles, liées en particulier au chalutage en mer.

Les espèces de la mer Caspienne menacées par la surpêche

Parmi les autres espèces classées ''en danger critique'' dans la Liste rouge figure pour la première fois le beluga de la Mer Caspienne, en dépit d'un moratoire sur les exportations de ses oeufs pour la deuxième année consécutive, très prisés par les amateurs de caviar. ''Les populations de Beluga ont été décimées par une exploitation acharnée'', souligne l'UICN.''Les autres espèces, comme le stellate de Russie et d'Iran, ont également souffert de la surexploitation et de la dégradation de leur habitat''. L'esturgeon kaluga et l'Acipenser schrenckii, du fleuve Amour en Russie orientale, sont aussi désormais classés dans la catégorie ''danger critique''.

''Il est temps d'envisager sérieusement la fin de la pêche dans la mer Caspienne'', a déclaré Phaedra Doukakis, expert auprès de l'UICN et chercheur à l'Université Stony Brook de New York. Selon l'UICN, l'esturgeon peut vivre jusqu'à 100 ans mais ne se reproduit pas tous les ans, ''ce qui signifie que le rétablissement des stocks peut prendre de nombreuses années''. Quatre espèces seraient déjà éteintes.

Réactions2 réactions à cet article

 
Il est encore temps d'agir...

''Il est temps d'envisager sérieusement la fin de la pêche dans la mer Caspienne'', a déclaré Phaedra Doukakis, expert auprès de l'UICN.
Il n'est pas trop tard pour agir. Mais il faut le faire maintenant. Aujourd'hui, certaines espèces de poissons et de mammifères marins sont en voie d'extinction : le thon rouge, les baleines, les poissons de grand fond. Demain, d'autres le seront. Si cela continue, il n'y aura plus aucun poisson dans nos océans et dans nos rivières en 2050. Pouvons-nous décemment rester sans rien faire ?
La solution serait de créer un réseau de réserves marines qui couvrirait 40% de la surface de nos océans, où aucune activité de pêche n'y serait autorisée, les poissons pourraient s'y reproduire en toute tranquilité et les équilibres naturels seraient restaurés. Sur les espaces marines disponibles,une pêche "durable" y serait pratiquée.
Elle répondrait à nos besoins sans compromettre ceux des générations futures.

Océane | 22 mars 2010 à 14h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re : Il est encore temps d'agir...

Une belle solution mais qui n'est pas prête de se concrétiser. désolée pour ce pessimisme

delphineB | 22 mars 2010 à 18h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager