En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les manchots empereurs menacés d'extinction d'ici 2100

Selon une étude coordonnée par des chercheurs du CNRS, publiée dans la revue PNAS, les manchots empereurs de Terre Adélie risquent de disparaître en 2100, victimes de la fonte de la banquise Antarctique liée au réchauffement climatique.

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
   
Les manchots empereurs menacés d'extinction d'ici 2100
© Fabrice BEAUCHENE
   
Alors que le Groupement intergouvernemental d'études sur le climat (GIEC) annonce une hausse moyenne des températures d'environ 0,2°c tous les 10 ans, une nouvelle étude coordonnée par les chercheurs français du Centre d'études biologiques de Chizé (CNRS), en collaboration avec l'institut de recherche américain Woods Hole Oceanographic Institution, prédit une ''quasi-extinction'' du manchot empereur d'Adélie en 2100, victimes de la fonte de la banquise Antarctique.

La population de manchots empereurs (Aptenodytes forsteri) passerait de 6.000 couples en 1962 à environ 400 en 2100, soit un déclin de 93%, souligne l'étude publiée le 27 janvier dans le PNAS* (Proceedings of the National Academy of Sciences). Les scientifiques évaluent aussi la probabilité moyenne de voir disparaître définitivement cette colonie à 36 % d'ici 2100.

Cette étude s'est concentrée sur les fluctuations climatiques qui réduisent la superficie de la banquise. Celle-ci couvre une surface 40% moins grande qu'il y a 26 ans le long de la péninsule ouest de l'Antarctique, avait déjà souligné le WWF dans une étude publiée en décembre 2007, qui observait une baisse de 50% de la population de manchots empereurs sur la même période.

En effet, c'est sur cette banquise que les manchots se reproduisent et qu'ils muent. Mais pas seulement : cette réduction entraîne également une diminution des réserves de krill, leur principale ressource alimentaire.

Pour éviter l'extinction, les manchots empereurs doivent s'adapter rapidement en migrant ou en changeant leur cycle de vie, soulignent les chercheurs. Toutefois, ces oiseaux de mer semblent lents à modifier leur comportement, ce qui les menace d'extinction, notent les scientifiques qui observent par ailleurs, que ces changements climatiques pourraient se révéler favorables à certaines espèces d'oiseaux sub-antarctiques et sub-tropicales, notamment les albatros.

Les chercheurs s'attendent à une réorganisation des espèces au sein de l'hémisphère Sud, en relation avec les évolutions du climat dans les prochaines années.

Rappelons que selon le WWF, les manchots papou et les manchots à jugulaire ont également vu leur population tomber de 30 à 66% en Antarctique tandis que les populations de manchots Adélie ont baissé de 65% ces 25 dernières années.


* Références : Demographic models and IPCC climate projections predict the decline of an emperor penguin population. Jenouvrier S., Caswell H., Barbraud C., Holland M., Strœve J., Weimerskirch H. PNAS. 27 janvier 2009.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager