En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les recherches sur les avions de demain s'accélèrent

500 M€ du Grand Emprunt seront débloqués pour financer les démonstrateurs technologiques retenus par le Conseil pour la Recherche Aéronautique Civile (CORAC) en vue de créer ''l'avion vert de demain''. Trois de ces projets seront lancés dès 2010.

Transport  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
Installé en juillet 2008, le CORAC (Conseil pour la Recherche Aéronautique Civile) a pour mission de définir des actions de recherche et innovation technologiques dans le domaine de l'aéronautique civile visant à réduire l'impact environnemental du secteur à l'horizon 2020, conformément aux objectifs fixés par l'Union européenne : division par deux des consommations et des émissions de dioxyde de carbone (CO2), réduction de 80 % des émissions d'oxydes d'azote (NOx) et diminution d'un facteur 2 du bruit perçu. D'autant que, dès 2012, le secteur aérien, responsable de 2 à 4% des émissions globales de gaz à effet de serre de l'UE, devra intégrer le système d'échange de quotas de CO2.

Le CORAC a ainsi été créé sous l'égide de la DGAC (Direction générale de l'Aviation civile) et du GIFAS (Groupement des Industries françaises aéronautiques et spatiales), suite à la charte volontaire signée en janvier 2008 entre le Ministère du Développement Durable et les principaux acteurs français du secteur 1. Réunissant les compagnies aériennes, les aéroports, les constructeurs (Dassault Aviation, EADS et Airbus, Safran) et l'ONERA (Office National d'Etudes et Recherches Aérospatiales), son but est de ''concevoir les aéronefs de demain'' pour une mise en service d'ici à 2020. Pour ce faire, le CORAC a lancé en mars 2009 une feuille de route technologique pour accélérer la R&D aéronautique d'ici à 20 ans. Elle identifie ''aussi les jalons technologiques ainsi que les plateformes intégrées de démonstration dont la réalisation est indispensable pour atteindre ces objectifs'' environnementaux.

Avion ''vert'' du futur : neuf démonstrateurs

Un an après le lancement de cette feuille de route, neuf démonstrateurs pour l'avion ''vert'' de demain ont été retenus, a indiqué le CORAC, à l'occasion de son second séminaire organisé le 3 mai à Paris.''Les démonstrateurs permettront d'assurer la maturité technologique des options choisies lors du démarrage de nouveaux avions comme, par exemple, le successeur de l'A320'', a déclaré Fabrice Brégier, Président du Comité de Pilotage du CORAC et directeur général d'Airbus. ''Les projets devraient s'étaler sur une durée de cinq à sept ans'', a-t-il précisé.

Côté budget : le Secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, a annoncé que 500 millions d'euros du Grand Emprunt national devraient être alloués à l'industrie aéronautique pour financer les 9 démonstrateurs technologiques, alors que le CORAC évalue l'investissement nécessaire à 1 milliard d'euros pour développer les projets. Au programme : l'amélioration de l'aérodynamique et l'allégement des cellules d'un avion pour ''limiter le poids et la traînée des avions et réduire les consommations de carburant'', mais aussi la gestion de l'énergie à bord des appareils, l'utilisation de l'électrique et une motorisation optimisée.

Trois de ces démonstrateurs devraient être lancés dès 2010, a précisé M. Brégier. Le premier démonstrateur, porté par Thalès, concerne le projet d'avionique modulaire étendue, qui vise notamment à optimiser les trajectoires en croisière, ce qui devrait générer un gain en consommation de 5% et une réduction de l'empreinte de bruit à l'atterrissage. Autre démonstrateur : le projet, porté par Airbus et Dassault, qui est dédié à développer le fuselage (enveloppe d'un avion) et la voilure (aile) en matériaux composites pour réduire la masse et par conséquent la consommation en kérosène des avions de ligne et d'affaires. Le troisième projet, développé par Safran, vise l'installation de turbomoteurs de forte puissance motrice sur les hélicoptères, qui permettrait une réduction de 25% en consommation carburant, de 60% pour les émissions de Nox et de 10 dB (décibels) pour le bruit. L'entrée en service de ces turbomoteurs est prévue en 2018/2020.

Parmi les six autres démonstrateurs figure également le projet de ''Gestion intelligente de l'énergie'' (Airbus et Zodiac) qui prévoit une réduction d'1% sur la consommation carburant. Un autre projet vise à développer un système propulsif à turbosoufflante (turbine faisant fonctionner un dispositif soufflant) avancée (Safran et Airbus) destiné à optimiser les moteurs des avions moyens courriers. Le projet table sur une réduction de 16% des émissions de CO2, un gain de bruit par opération de 6 à 8 dB à l'horizon 2018 par rapport aux produits en service en 2000.

Enfin, les 4 autres démonstrateurs concernent les projets dédiées aux cockpits du futur (Airbus), à l'équipement de moteurs diesels sur des hélicoptères (Eurocopter), au développement de trains et hypersustentateurs (destinés à augmenter l'efficacité des ailes) à faible bruit (Dassault) et de train d'atterrissage électrique (Safran).

Au total, une enveloppe de 1,5 milliards d'euros devrait être débloquée à l'ONERA, dans le cadre du Grand Emprunt, dédiée à la recherche aéronautique. Ce financement s'ajoute au soutien de l'Etat - à hauteur de 124 millions d'euros par an - alloué à la DGAC.
Outre des recherches sur les agrocarburants de 2e et 3e génération pour l'aviation, six autres projets sont notamment à l'étude au CORAC. Ils concernent, par exemple, la caractérisation des particules émises par les moteurs ou encore l'étude et le développement de capteurs d'humidité embarqués.

''La mission du CORAC ne fait que commencer. Les défis à relever sont encore nombreux. Le transport aérien est encore marqué par la crise (…) et l'actualité récente nous montre toute la fragilité d'un secteur à la merci des caprices de la nature'', a souligné le secrétaire d'Etat aux transports, alors que le nuage de cendres, provoqué par le volcan islandais Eyjafjöll, vient à ce jour d'atteindre l'espace aérien portugais…

Notes

1 - Fédération Nationale de l'aviation marchande (FNAM), l'Union des aéroports français (UAF) ou encore Aéroports de Paris (ADP), le Syndicat des compagnies aériennes autonomes (SCARA) et Air France-KLM. 2 - En savoir plus sur les projets du CORAC

Réactions5 réactions à cet article

 
Oxymore?

Il est toujours bon d'investir dans la recherche pour la réduction de l'impact environnemental.
Mais mon humble avis est que "l'aviation verte" telle qu'elle est présentée dans cet article est un bel oxymore.
La vraie aviation verte s'appelle vidéoconférence et vacances à la campagne.

Le pétrole, l'hydrogène ou le nucléaire sont les seuls à disposer de la densité énergétique requise par les aéronefs : le fait que les améliorations mentionnées ne concernent que des réductions de quelques % laisse songeur quant à l'avenir de l'aéronautique civile.

Ne serait-il pas plus responsable de réfléchir à des moyens alternatifs de locomotion, et de penser maintenant à l'avenir des salariés de l'aéronautique?

Leurs connaissances et leur savoir-faire pourraient être bénéfiques à d'autres industries dont le futur est moins lié à la disponibilité de pétrole bon-marché.

Eric Duminil | 09 mai 2010 à 20h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Oxymore?

Quand tous ces projets entrerons sur le marche en 2015 - 2020 ils auront une vie utile a realiser. Alors a combien sera le prix du billet en 2025 ?

Nos ingenieurs aeronautiques vont construire des avions pour la commodite des tres tres riches du futur dont ils ne seront pas.

jb | 13 mai 2010 à 03h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Oxymore?

Eric,

tu m'enleves les mots de la bouche !!
De meme que pour l'automobile, il n'y aura pas de miracle technologique pour l'aviation...

A mon humble avis, ces quelques milliard d'euros seraient mieux places dans l'amelioration du transport maritime des personnes !

Fred | 13 mai 2010 à 03h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Vous voulez un avion vert ? Volez moins vite

Vu les vitesses mises en jeu, les forces de frottements sont proportionnels au carré de la vitesse (mécanique des fluides), ce qui veut dire que la consommation de carburant est pratiquement multipliée par 4 quand on double la vitesse de l'avion.

A l'inverse, si on accepte de mettre x fois plus de temps pour faire un trajet en avion, on consomme x^2 fois moins de carburant.

Le problème du transport aérien n'est absolument pas un problème de technique, mais un problème social.

Umwelt | 13 mai 2010 à 11h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Oxymore + +

Tou à fait d'accord avec oxymore, les améliorations ne seront jamais qu'à la marge et seront immédiatement plus que compensées par la multiplication des appareils et des vols... jusqu'à ce qu'on soit obligé de tout arrêter, sauf pour quelques uns.
On peut donc faire des recherches sur ces petites optimisations, mais il faut surtout penser à une totale remise en cause de l'extension de l'aviation sur notre petite planète.

Casterac | 15 mai 2010 à 08h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…