En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Centrale nucléaire du Bugey : la ville de Genève porte à nouveau plainte

Risques  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Centrale nucléaire du Bugey : la ville de Genève porte à nouveau plainte

Dans un communiqué, le 19 décembre, la ville de Genève en Suisse et le Conseil d'Etat (gouvernement) du canton de Genève ont annoncé avoir déposé une nouvelle plainte pénale contre x contre la centrale française nucléaire du Bugey (dans l'Ain). Cette centrale, l'une des plus anciennes du parc nucléaire français, "représente un risque majeur pour la sécurité et la santé de la population ainsi que pour l'environnement", dénoncent-ils. La centrale est située à 80 kilomètres à vol d'oiseau de Genève. Une première plainte pénale, pour "mise en danger de la vie d'autrui et pollution des eaux", avait été déposée le 2 mars 2016 auprès du pôle santé du Tribunal de grande instance de Paris. En juillet 2017, le parquet du Tribunal n'y avait pas donné suite, "considérant que les faits étaient insuffisamment caractérisés", ont rappelé les institutions suisses.

Leur nouvelle plainte est de nouveau déposée auprès du Tribunal de grande instance de Paris par l'avocate française Corinne Lepage. Cette plainte "fait valoir les fragilités d'éléments essentiels de cette centrale, ses faiblesses de conception, les risques liés à son site d'implantation (risques sismiques, d'inondation, proximité d'un aéroport), des fuites de tritium à répétition, ainsi que la multiplication d'incidents (plus de 90 avis d'incidents d'EDF depuis 2000)".

La plainte ajoute que la centrale est "directement concernée par les irrégularités détectées dans l'usine Creusot Forge, annoncées en 2016 par l'Autorité de sécurité nucléaire française (ASN)". Des observations sont également formulées dans le cadre du quatrième réexamen périodique de sûreté des réacteurs français de 900 mégawatts (MW). Le 22 mars 2018, l'ASN a annoncé avoir autorisé le fonctionnement jusqu'à 40 ans du réacteur 3 de la centrale du Bugey. En juillet 2018, EDF a découvert de nouvelles anomalies des équipements, fabriqués à l'usine du Creusot, affectant le réacteur 3 de la centrale.

Les précédentes actions administratives introduites par le canton et la Ville de Genève contre le dépôt de déchets radioactifs et la centrale nucléaire du Bugey ont été rejetées par les juridictions françaises "au motif d'un défaut de qualité pour agir".

Réactions2 réactions à cet article

 

...juste poser la question : combien de GWh nucléaires français transitent par la Suisse, qui se sucre au passage... tout comme les Allemands avec Fessenheim, on est en pleine schizophrénie...
Quant aux motifs invoqués... la chimie et la pharmacie suisses et allemandes sont bien plus dangereuses...

dmg | 29 décembre 2018 à 09h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cette plainte d'élus suisses contre l'une des vieilles casseroles nucléaires françaises est certainement à nouveau l'oeuvre des petits hommes verts ! Ils sont vraiment partout, toujours prêts à enquiquiner les industriels français. La jalousie, sûrement.
Le motif de rejet précédent - "défaut de qualité pour agir"- est absolument savoureux, au regard de ce qui est précisément reproché à cette centrale bourrée de défauts techniques (donc dangereuse).

Pégase | 07 janvier 2019 à 12h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager