Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Changement climatique : une mission s'intéresse à l'indemnisation des victimes

Risques  |    |  D. Laperche
Actu-Environnement le Mensuel N°389
Cet article a été publié dans Actu-Environnement le Mensuel N°389
[ Acheter ce numéro - S'abonner à la revue - Mon espace abonné ]

Comment mieux indemniser des sinistres qui résultent des aléas naturels de forte intensité ? C'est l'une des questions sur lesquelles va se pencher la mission sénatoriale d'information sur la gestion des risques climatiques et l'évolution de nos régimes d'indemnisation. Celle-ci commence ses auditions mercredi 6 février.

Lors des travaux, elle va chercher à identifier les difficultés liées à l'indemnisation des sinistres résultant des aléas naturels de forte intensité et proposer des solutions pour y remédier. Les risques climatiques seront traités au sens d'aléas naturels affectés par le changement climatique. Certains risques naturels qui sortent de ce contexte, comme les séismes et certains affaissements de terrain, ne seront a priori pas abordés.

La mission a constitué son bureau le 22 janvier dernier avec comme président Michel Vaspart (Les Républicains - Côtes d'Armor) et la rapporteure Nicole Bonnefoy (Socialiste et républicain - Charente). Le bureau est doté de sept vice-présidents : Pascale Bories (Les Républicains - Gard), Gisèle Jourda (Socialiste et républicain - Aude), Évelyne Perrot (UC - Aube), Françoise Cartron (LREM - Gironde), Maryse Carrère (RDSE - Hautes-Pyrénées), Guillaume Gontard (CRCE - Isère) et Jérôme Bignon (Les Indépendants - République et Territoires - Somme).

Cette mission fait notamment écho à la situation particulière des habitants de l'immeuble Le Signal à Soulac en Gironde. Expulsés en raison d'un recul du trait de côte, les propriétaires doivent continuer à payer les charges pour leur ancien logement sans pouvoir prétendre à une indemnisation par le fonds Barnier.

Réactions1 réaction à cet article

Évidemment, on ne peut que saluer une telle initiative.

Mais à quand une mission qui serait chargée de vérifier qu'on ne reconstruit pas ou qu'on ne construit pas dans les zones déclarées et reconnues comme zones à risque(s) naturel(s) ?

Du coup on n'aurait plus besoin d'une mission chargée d'indemniser des sinistrés, comme s'il s'agissait d'une fatalité !

Que font les compagnies d'assurance à ce sujet ?

glaudius92 | 05 février 2019 à 12h33 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Votre conseil en Droit de l'Urbanisme durable et Domanialité publique Green Law Avocat
Module et armoire de sécurité pour le stockage du chlore gazeux Eurochlore