En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Charles-de-Gaulle Express : Elisabeth Borne annonce la signature du contrat de concession

Transport  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

"Le contrat de concession sera signé dans les prochains jours. C'est indispensable pour pouvoir donner le coup d'envoi des travaux sans perdre de temps", annonce la ministre des Transports, dans une interview au Parisien, mercredi 6 février, à propos du projet de liaison ferroviaire express entre Paris et l'aéroport de Roissy (CDG Express). En novembre dernier, le gouvernement avait pré-désigné le groupement Hello Paris, réunissant Keolis et RATP Dev, pour l'exploitation de la ligne et avait prolongé la déclaration d'utilité publique (DUP) du projet pour une durée de sept ans.

Elisabeth Borne indique qu'elle reprend à son compte les quinze recommandations formulées dans le rapport que le préfet de région, Michel Cadot, vient de lui remettre. La ministre avait confié à ce dernier, en décembre, une mission de concertation avec les élus du territoire concernés par le projet. Une concertation qui "a confirmé l'inquiétude des élus et le malaise croissant des usagers des transports vis-à-vis du risque d'une dégradation subie et progressive de leurs conditions de déplacements, liée aux travaux de réalisation du CDG Express et plus globalement sur l'axe ferroviaire Paris Nord", rapporte le préfet.

"Le CDG Express est nécessaire, il sera réalisé. Jamais il ne se fera au détriment des transports du quotidien : c'est ma ligne rouge", assure la ministre. Mme Borne indique toutefois que le projet et le calendrier pourront être ajustés "autant que nécessaire pour respecter cette priorité", même si l'ouverture de la ligne avant les Jeux olympiques de 2024 reste l'objectif. Valérie Pécresse, présidente d'Ile-de-France Mobilités et de la région, indique ne pas être "convaincue de la capacité de SNCF Réseau de réaliser le projet CDG Express d'ici à 2024 sans dégrader les conditions de circulation de 1,6 million de voyageurs de l'axe nord". Le conseil d'administration du syndicat des transports d'Ile-de-France avait voté le 12 décembre une délibération demandant à l'Etat de suspendre les travaux tant que toutes les garanties techniques et financières permettant d'améliorer les conditions de transport des franciliens n'étaient pas données.

Le CDG Express est réalisé "sans un seul euro de subvention publique. Il sera financé à 60 % par ses passagers et à 40 % par les passagers aériens. Sur 1,8 Md€ d'investissement du CDG Express, il y en a plus de 500 millions qui vont à l'amélioration du RER B", veut rassurer Mme Borne. "Avec seulement 19.000 voyageurs par jour, le CDG Express sera déficitaire et les contribuables finiront par financer ce train pour les riches", estime pour sa part Fabien Guillaud Bataille, élu communiste et administrateur d'Ile-de-France Mobilités. Le Syndicat des compagnies aériennes autonomes (Scara) fait la même prévision de déséquilibre, craignant que le projet ne puisse être viable sans "la mise en place d'un impôt payé par les passagers des compagnies aériennes".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…