En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Chauffage des serres en bio : les partisans proposent d'encadrer cette pratique

Agroécologie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

Alors que l'interprofession doit trancher en juillet sur son interprétation de la réglementation européenne, le débat est houleux entre les partisans et les opposants au chauffage des serres en agriculture biologique. Pour rappel, l'UE n'interdit pas le chauffage des serres mais prône en revanche le respect des saisons. Les syndicats et associations représentant les acteurs historiques du bio sont fermement opposés à cette ouverture. Ils ont lancé, avec le soutien de plusieurs associations de défense de l'environnement, une pétition aujourd'hui sur ce sujet.

De son côté, l'assemblée permanente des chambres d'agriculture (APCA) organisait mercredi 29 mai une conférence de presse pour expliquer la position des organisations des producteurs de fruits et légumes favorables au chauffage des serres.

"Le chauffage des serres est une technique culturale conforme aux règles de production bio, qui est pratiquée librement dans les autres Etats membres de l'UE. Certains de nos producteurs y ont recours (cela concerne 0,2 % des surfaces en légumes bio en France en 2017) tout en respectant le cycle naturel des cultures", souligne-t-elle, ajoutant qu'une interdiction ouvrirait encore plus la porte aux importations.

"Nous proposons d'encadrer le chauffage tout en respectant la saisonnalité et de porter le débat au niveau européen. Nous sommes force de proposition pour la définition de la notion de « respect du cycle naturel » en cohérence avec la demande des consommateurs et par la notion de « planté dans l'année ». C'est à dire permettre une récolte dès le printemps".

Réactions5 réactions à cet article

 

C'est une ineptie écologique et alimentaire, pas étonnant que les chambres d'agriculture phagocytées par la FNSEA soutiennent pour la sauvegarde de l'agriculture industrielle dont il est urgent de sortir pour la survie de la planète et de ceux qui y vivent.

BJ50320 | 31 mai 2019 à 14h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A l'heure du réchauffement climatique, chauffer des serres pour produire hors-saison des fruits et légumes toute l'année, est une hérésie environnementale. Il faut interdire cette pratique dans toute l'Europe; on ne peut plus continuer ainsi, le changement c'est maintenant! l'argument comme quoi il y aurait plus d'importations n'est vrai qu'à demi car , par exemple, très peu de consommateurs acceptent de manger des fraises en hiver: elles sont très chères, mauvaises et viennent de loin. Aujourd'hui les populations sont beaucoup plus éduquées et il n'est justement pas nécessaire d'apprendre aux jeunes à continuer à s'alimenter n'importe comment.Les lois du marché nous plombent la planète.De plus si c'est pour respecter une saisonnalité, il n'y a plus besoin de chauffage, en hiver on mange des pommes et des poireaux! Comme autrefois!

gaia94 | 31 mai 2019 à 17h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"il n'est justement pas nécessaire d'apprendre aux jeunes à continuer à s'alimenter n'importe comment" : oh que si gaia94, sans doute plus que jamais ! Regardez donc la corpulence de plus en plus d'enfants (dès la maternelle pour certains), scrutez ce qu'ils emmènent à l'école pour fêter leurs anniversaires, discutez avec des profs d'EPS qui voient chez les enfants l'attractivité du sport et de l'effort physique fondre comme banquise au changement climatique, ..., et vous constaterez que beaucoup trop de jeunes sont engagés dans une voie alimentaire tracée par l'industrie de la malbouffe et la sédentarité.
Il est donc essentiel de continuer à apprendre à nos enfants à ne pas céder à des caprices ou des envies hors saison, tout en les incitant à une bonne hygiène de vie, ce qui impose aux adultes une discipline et une forme d'exemplarité contraignante au quotidien.
Quant au sujet de l'article, il faut certainement concevoir des serres plus adaptées aux conditions climatiques du lieu où elles sont implantées, et à leur évolution, afin de ne pas les chauffer. Je rejoins BJ50320 sur le fait que l'ombre du modèle productiviste plane très clairement sur cette demande de chauffage, quitte à dénaturer la bio française (qu'importe les conséquences du moment qu'il y a un marché à prendre !).
Les bios historiques et sincères ne doivent pas lâcher.

Pégase | 03 juin 2019 à 13h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mais je suis tout à fait d'accord avec vous, Pégase: en proposant toute l'année aux jeunes des fruits et légumes qui proviennent de serres chauffées et donc hors saisonnalité, on leur apprend à se nourrir n'importe comment , et ensuite ,le pli est pris! Ils n'y voient rien à redire et le marché peut continuer à produire n'importe quoi , n'importe quand, avec des serres chauffées en hiver, alors qu'on demande aux particuliers de moins se chauffer et de mieux isoler leur maison pour éviter les déperditions! Quelle logique!

gaia94 | 03 juin 2019 à 15h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Autant pour moi, gaia94, j'ai mal interprété votre première formulation. Nous sommes effectivement parfaitement d'accord.
;-)

Pégase | 03 juin 2019 à 18h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager