En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Climat : une stratégie européenne pour réduire les émissions de méthane de 35 % en 2030

La Commission a présenté une stratégie pour réduire les émissions de méthane sur le territoire européen et à l'international. Les secteurs de l'énergie, des déchets et de l'agriculture sont ciblés.

Gouvernance  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
Climat : une stratégie européenne pour réduire les émissions de méthane de 35 % en 2030

La Commission européenne a présenté, mercredi 14 octobre, une stratégie pour réduire les émissions de méthane* en Europe et à l'international. Ce gaz à effet de serre puissant est le « deuxième contributeur au changement climatique, après le dioxyde de carbone. C'est aussi un puissant polluant atmosphérique local, qui cause de graves problèmes de santé », souligne l'exécutif européen. Il propose donc un nouvel arsenal de mesures, afin d'atteindre l'objectif de neutralité carbone à l'horizon 2050.

 
C'est dans le secteur de l'énergie que l'on peut réduire les émissions le plus rapidement et au moindre coût  
Kadri Simson, commissaire à l'Énergie
 

Les combustibles fossiles ciblés en priorité

La stratégie cible les principaux secteurs émetteurs : l'agriculture (53 % des émissions anthropiques européennes), les déchets (26 %) et l'énergie (19 %). « [Ces] secteurs (...) ont tous un rôle à jouer, mais c'est dans le secteur de l'énergie que l'on peut réduire les émissions le plus rapidement et au moindre coût », a précisé le commissaire à l'Énergie, Kadri Simson. Les infrastructures gazières et pétrolières seront particulièrement ciblées. « L'Europe montrera la voie, mais nous n'y arriverons pas seuls. Nous devons coopérer avec nos partenaires internationaux pour réduire les émissions de méthane de l'énergie que nous importons ». De premières propositions législatives seront présentées en 2021.

La Commission envisage d'interdire les pratiques de torchage et de dégazage de routine. Elle étudiera également la possibilité de fixer des objectifs, des normes de réduction des émissions de méthane ou d'autres mesures d'incitation pour les fossiles importés si « les partenaires internationaux » ne prennent pas « d'engagements significatifs de réduction des émissions de méthane ».

 
Un effort nécessaire pour atteindre la neutralité carbone La première stratégie européenne de réduction des émissions de méthane date de 1996. « Par rapport aux niveaux de 1990, les émissions de méthane du secteur de l'énergie ont été divisées par deux, tandis que celles provenant des déchets et de l'agriculture ont diminué respectivement d'un tiers et d'un peu plus d'un cinquième », indique la Commission.

Avec les politiques actuelles, l'UE pourrait réduire ses émissions de 29 % d'ici à 2030 par rapport aux niveaux de 2005. Mais, pour atteindre la neutralité carbone en 2050, et au moins 55 % de réduction d'ici 2030, il est nécessaire de réduire les émissions de méthane de 35 à 37 % à cet horizon.
 

Par ailleurs, des mesures seront prises pour l'utilisation et la réduction des émissions de méthane provenant de mines de charbon actives et abandonnées, notamment dans le cadre de l'initiative pour les régions charbonnières.

Agriculture : élevage et production de biogaz

L'exécutif européen veut également utiliser la politique agricole commune (PAC) pour diffuser de meilleures pratiques en agriculture, et notamment pour l'élevage (technologies innovantes, alimentation animale et gestion d'élevage…). « Des recherches ciblées sur des solutions technologiques ou naturelles et des changements de régime alimentaire seront également mises en œuvre », souligne la Commission. Elle soutiendra la création d'un groupe d'experts chargé d'étudier les solutions pertinentes. De son côté, elle inventoriera les meilleures pratiques et technologies disponibles.

Outre les pratiques agricoles, elle ciblera l'amont et l'aval. Elle s'attaquera aux habitudes alimentaires des citoyens et à la gestion des déchets agricoles. La production de biogaz, de biomatériaux ou de produits biochimiques à partir de ces déchets sera encouragée. La Commission prévoit , dans ce but, de réexaminer le cadre réglementaire du marché du gaz, afin de faciliter la production et la distribution de biogaz. « En outre, la révision prochaine de la directive sur les énergies renouvelables, en juin 2021, offrira des possibilités d'accélérer le développement du marché du biogaz ».

Enfin, dans le secteur des déchets, le réexamen de la législation sur la mise en décharge, prévu en 2024, sera l'occasion de se pencher sur les gaz de décharge et leur potentiel énergétique. Des mesures pourraient être prises pour réduire la mise en décharge de déchets biodégradables.

Repérer les super-émetteurs et les fuites de méthane

La Commission souhaite enfin clarifier les règles du jeu, en améliorant la mesure et la déclaration des émissions de méthane. « Actuellement, le niveau de surveillance dont le méthane fait l'objet varie d'un secteur ou d'un État membre à l'autre, ainsi qu'au sein de la communauté internationale », explique-t-elle.

Un observatoire international des émissions anthropiques de méthane pourrait être créé, en partenariat avec le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), la Coalition pour le climat et l'air pur (CCAC) et l'Agence internationale de l'énergie (AIE). « Le programme satellitaire Copernicus de l'UE améliorera également la surveillance et contribuera à détecter les super-émetteurs mondiaux et à repérer les fuites de méthane importantes », notamment dans les infrastructures gazières, indique la Commission.

La Commission réexaminera également le règlement sur la répartition de l'effort entre États et envisagera d'étendre le champ d'application de la directive relative aux émissions industrielles afin d'y inclure les secteurs émetteurs de méthane non encore couverts.

Réactions1 réaction à cet article

 

La France arrête Fessenheim et, du coup, va redémarrer ses centrales au charbon pour passer l'hiver. L'Allemagne vient de démarrer une centrale à charbon. La politique européenne a déjà du plomb dans l'aile…

dmg | 15 octobre 2020 à 13h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager