En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Compostage des boues d'épuration : des élus et des professionnels s'inquiètent pour la filière

Des associations d'élus et de professionnels de l'assainissement et de la valorisation organique estiment que la filière de compostage des boues d'épuration est menacée. En cause : certaines mesures de la Feuille de route économie circulaire.

Eau  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

"Interdire de façon dogmatique le mélange des déchets organiques reviendrait donc à condamner le compostage des boues [issues des stations d'épuration], voire le principe même de leur retour au sol, s'inquiètent dans un communiqué commun des associations d'élus et des professionnels de l'assainissement ainsi que de la valorisation organique. "La seule alternative serait alors de les incinérer, ce qui aurait un impact significatif sur le prix des services d'eau".

A l'origine de leur mobilisation : la présentation du volet agricole de la Feuille de route économie circulaire (Frec) au Salon de l'agriculture. Le document décline des mesures pour encourager les boucles vertueuses au sein du monde agricole ainsi qu'avec d'autres acteurs.

Pour ce qui concerne les boues issues des stations d'épuration, si le document reconnaît le rôle que jouent les agriculteurs dans le recyclage des déchets organiques des territoires, il pointe également que ces matières peuvent contenir des contaminants tels que des éléments traces métalliques, des résidus de médicaments, des agents microbiologiques, du plastique ou du verre.

"Ces contaminants sont susceptibles de polluer de façon irréversible les sols agricoles et de menacer la production agricole. Il est donc important de veiller sur la qualité - la valeur agronomique et l'innocuité - de ces matières issues du recyclage", indique la Frec. Seules les filières vertueuses qui collectent les biodéchets, triés à la source et les traitent sans mélanges, sont garantes de la qualité du fertilisant".

Un socle pour réglementer les contaminants à venir

La Frec prévoit au sein "d'un pacte de confiance" de permettre de définir les conditions de la valorisation des matières et des déchets organiques sur les sols agricoles. "Un socle commun réglementant les principaux contaminants des matières organiques d'origine résiduaire sera établi", indique le document. La feuille de route souhaite également mettre en place des sorties du statut des déchets adaptées notamment pour les matières fertilisantes et les supports de la culture de qualité mais hors les boues des stations d'épuration.

Les associations d'élus et des professionnels demandent quant à eux "à ce que cette filière, qui produit des matières fertilisantes de qualité (normalisées, hygiénisées), soit au contraire encouragée".

Réactions4 réactions à cet article

 

La prise de conscience de la présence , outre d'autres indésirables, de résidus médicamenteux dans les boues de stations d'épuration est malheureusement récente.

Et "évidemment" cette présence est aussi réelle dans l'eau robinet: ce qui devrait aussi interroger et faire l'objet d'études au sein d'une société si peu raisonnable et louable que majoritairement elle c ... défèque dans de l'eau théoriquement potable.

Il est vrai que des "toilettes" sèches dans un appartement, c'est guère aisée à installer.

Sagecol | 15 mars 2019 à 11h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le mélange de boues de stations d'épuration urbaine dans des "biodéchets" est tout simplement de la dilution de pollution, ce qui est interdit.
Il est tout simplement scandaleux que les Diafoirus écolos à la Poirson et consorts imposent cette pratique illégale (sous prétexte de la foutaise qu'est la "vertu climatique" avec le fameux "4 pour 1000") sans l'assortir de contrôles rigoureux d'innocuité, et d'une traçabilité au minimum à la parcelle.
L'agriculture française, tellement malmenée à tort notamment dans ce fil, mérite un minimum de respect et de cohérence.
Je tiens ici à exprimer tout mon respect aux agriculteurs et à leurs représentants élus, en particulier à la courageuse et tenace Mme Lambert (dont je ne partage pas l'ensemble des convictions), tellement souvent et ignominieusement insultée.
Sincères salutations.

Albatros | 15 mars 2019 à 16h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Si Albatros n'avait pas mordu à l'hameçon, je me serais inquiété sur son état de santé :-)

Vous proposez de faire quoi, vous, avec ces boues ?

Sérieusement : de l'horticulture hors sol peut-être.

Sagecol | 15 mars 2019 à 18h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Du bio

Albatros | 18 mars 2019 à 16h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…