En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Compétitions sportives en milieu naturel : de nouvelles règles d'évaluation des impacts

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Fixer les règles applicables à l'évaluation des incidences sur l'environnement des compétitions de sports motorisés sur les voies non ouvertes à la circulation publique. Tel est l'objet d'un arrêté interministériel publié le 10 avril au Journal officiel.

L'ensemble des manifestations de sports motorisés organisées sur des voies non ouvertes à la circulation publique doivent faire l'objet d'une évaluation de leurs incidences sur l'environnement. Lorsque la demande d'autorisation porte sur une manifestation non soumise à permis d'aménager, le dossier doit comprendre une évaluation des incidences sur les sites Natura 2000, ainsi qu'un formulaire, distinct, décrivant les incidences de la manifestation sur l'environnement.

Ce formulaire est adapté à l'importance de la manifestation, selon qu'elle compte moins de 100 véhicules, entre 100 et 250, ou plus de 250 véhicules. "Dans une logique de proportionnalité, une manifestation plus importante nécessitera une évaluation des incidences sur l'environnement plus détaillée", explique le ministère de la Transition écologique. Le formulaire comprend deux tableaux : l'un permettant d'identifier les espaces naturels susceptibles d'être affectés, l'autre de recenser les différents impacts de la manifestation et d'indiquer les mesures préventives et correctives prévues. Au regard de ces informations, le préfet accordera ou non l'autorisation et, s'il l'accorde, prescrira les mesures proposées, auxquelles il pourra ajouter des prescriptions complémentaires.

La publication de ce nouvel arrêté fait suite à la décision du Conseil d'Etat du 21 février 2018 qui avait annulé l'arrêté en vigueur avec effet au 1er juillet 2018. La Haute juridiction avait jugé que ce texte prévoyait à tort l'exemption d'évaluation pour les manifestations dont le budget était inférieur à 100.000 euros.

Réactions4 réactions à cet article

 

Qu'on les interdise

Point barre

Mais évidemment les gouvernants ont intérêt à varier les "circenses".

Sagecol | 10 avril 2019 à 18h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faut tout bonnement interdire les compétitions mettant en oeuvre des moteurs thermiques, que ce soit ceux des concurrents et ceux des écuries, accompagnants, presse ou caravanes... Je rêve d'un tour de France sans CO2...

dmg | 11 avril 2019 à 08h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Imposer aux organisateurs de compétitions sportives de se poser la question de leur impact sur le milieu naturel : une véritable révolution est en marche !
Plus prosaïquement, je redoute les études d'incidences bâclées voire de pure complaisance. Car quels sont les qualifications techniques requises pour les réaliser ; de fait quels sont les organismes habilités (et par qui) pour cela ?

Pégase | 11 avril 2019 à 21h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Imposer aux organisateurs de compétitions sportives "

Faut savoir réfléchir plus loin que son plaisir égocentrique pour çà.

N'en demandez pas trop à l'écrasante majorité des Français, SVP.

Alors qu'il y a une grande différence entre le sport plus ou moins mercantile et pourri et l'activité physique, l'important, c'est que "le peuple" (qui en fait n'existe pas plus que "les Français") soit bien anesthésié pour que les gouvernants puissent "opérer" les ponctions lombaires, pardon, financières

Sagecol | 12 avril 2019 à 06h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…