En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Contrats de transition écologique : 8 nouveaux territoires et un déploiement national annoncé

Gouvernance  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

La secrétaire d'Etat à la Transition écologique Emmanuelle Wargon a annoncé, mardi 5 février, avoir retenu huit nouveaux territoires pour tester le dispositif des contrats de transition écologique (CTE). Il s'agit de la communauté de communes du Trièves et Grenoble-Alpes Métropole (Isère), du Pays Vendômois (Loir-et-Cher), du Pays Terres de Lorraine (Meurthe-et-Moselle), de la communauté d'agglomération Grand Paris Sud (Essonne), de la communauté de communes Coutances Mer et Bocage (Manche), de la communauté d'agglomération Rochefort Océan (Charente-Maritime), du groupement d'action locale Sud Mayenne - Pays de Craon, Pays de Château-Gontier, Pays de Meslay-Grez (Mayenne) et de Centre Morbihan Communauté et Pontivy Communauté (Morbihan).

L'extension de cette expérimentation a été décidée "à la suite des travaux menés tout au long de l'année 2018 et sur la base des retours positifs de ce nouveau mode de partenariat entre l'Etat et les collectivités locales", indique le ministère dans un communiqué. La secrétaire d'Etat a par ailleurs annoncé "le déploiement national du dispositif, à l'été 2019, afin de permettre à l'ensemble des territoires intéressés de porter leur candidature auprès du ministère".

Neuf territoires engagés en 2018

En 2018, quatre premiers contrats ont été signés avec les communautés de communes du Pays Châtillonnais et du Montbardois (Côte d'Or), la communauté de Communes du Pont du Gard et la communauté d'agglomération du Gard Rhodanien (Gard), la Sambre-Avesnois (Hauts-de-France) et la communauté urbaine d'Arras (Hauts-de-France). Cinq autres sont en cours d'élaboration : le département de la Corrèze, le Pays Briançonnais (Hautes-Alpes), le Pays de Grasse (Alpes Maritimes), le territoire de la côte Ouest (La Réunion) et la Guyane. Ils devraient être signés au printemps.

Le CTE "est co-construit à l'échelle d'un ou plusieurs établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), entre l'Etat et des collectivités, en lien avec des acteurs publics et privés. Il comprend un programme d'actions d'une durée de 3 à 4 ans, avec des engagements précis établis entre partenaires, et des objectifs de résultats qui font l'objet d'un suivi et d'une évaluation", rappelle le ministère. Si aucune enveloppe budgétaire n'est dédiée à ces projets, ils peuvent néanmoins disposer des aides existantes pour les énergies renouvelables, la performance énergétique des bâtiments, les nouvelles mobilités, l'économie circulaire…

Réactions1 réaction à cet article

 

Ecologique ???

il faut savoir que la ville de Grenoble est actionnaire majoritaire de la compagnie GEG (Gaz et Electricité de Grenoble), producteur et distributeur d'énergie soi disant "verte", connue dans les territoires pour vouloir dévaster les cours d'eau avec ses microcentrales ne pouvant produire guère qu'en été, pour profiter de l'aubaine des subventions, contrairement à l'intérêt public.
Compagnie qui n'a pas hésité à se mettre en infraction avec le Code de l'Environnement pour faire passer en fraude les deux projets en tête de liste des lauréats du dernier appel d'offres.
GEG s'est tout de même rendu compte que pour la 1ère Rivière Sauvage des Alpes, le Nant Bénin, il valait mieux jeter l'éponge. Ainsi ce cours d'eau joyau est sauvé. Il reste à GEG, pour rester "vert", à préserver le Ponthurin, lui aussi joyau (avis défavorable de l'AFB au projet).

Il faut bien se rendre compte que le gisement de nouvelle production hydroélectrique dans notre pays est un gisement épuisé. Et tout un chacun sait que quand un gisement est épuisé, il faut l'abandonner, ça ne sert à rien de s'entêter à vouloir l'exploiter à n'importe quel prix. En plus, depuis quelques années seulement, la capacité de production hydroélectrique a significativement baissé, en montagne le changement climatique est en action.
Le véritable enjeu énergétique, ce sont les économies !!!

D'autre part, il faut faire connaître une belle réussite de GEG : la méthanisation de déchets. A développer

Butimage | 06 février 2019 à 10h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager