En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les arguments bio des fabricants de cosmétiques sous surveillance

Tandis que les préoccupations écologiques grandissent, la mention bio fleurie notamment dans les rayons cosmétiques. Un développement que la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes tente de surveiller.

Risques  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
La Cosmétique bio s'inspire de la phytothérapie en s'appuyant sur l'usage de substances naturelles du type huiles végétales, huiles essentielles, eaux florales, cires et beurres, majoritairement issues de l'Agriculture Biologique (certifiée par le logo AB). Elle obéit à une démarche qualité stricte dans la sélection des ingrédients : ils doivent être d'origine naturelle et prioritairement issus de l'Agriculture Biologique contrôlée, sans OGM, sans matière issue de la pétrochimie, sans silicone, sans paraben, sans colorant ni parfum de synthèse. Aucun test sur les animaux ne peut être pratiqué.
L'accent est également mis sur le respect de l'environnement avec le recours à des procédés de transformation et de fabrication non polluants et respectueux de la santé et de l'environnement.

La préoccupation grandissante des consommateurs en faveur du respect de l'environnement entraîne une multiplication de mentions valorisant des produits ou des services sous cet angle. Pour exemple, les produits cosmétiques, dont le marché est en plein développement, comporte souvent dans leur présentation des mentions faisant référence à leur caractère biologique, naturel ou écologique.
C'est dans ce contexte qu'une enquête a été menée au cours du deuxième et troisième trimestres 2006 par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) afin de recenser et de vérifier les allégations environnementales et bio figurant sur les étiquetages et publicités de ces produits.

139 fabricants cosmétiques ont été contrôlés pour vérifier que la mention «bio» n'étaient pas fausses ou de nature à induire le consommateur en erreur sur la nature, la composition et les qualités substantielles des produits.

Les enquêteurs ont à cette occasion constaté des anomalies qui auraient normalement dû être relevées par l'organisme certificateur comme l'Inexactitude de la concentration en ingrédients d'origine naturelle ou l'Étiquetage en langue anglaise d'un produit.

Au final, parmi les 47 prélèvements réalisés, 6 ont été déclarés non conformes ou à suivre à cause de la présence de produits de synthèse dans des produits qualifiés de « naturel » ou de « bio », ce qui a conduit à dresser notamment deux procès-verbaux : un procès-verbal pour publicité trompeuse a été dressé à l'encontre d'une entreprise qui commercialisait des produits cosmétiques pour bébés en revendiquant leur caractère « naturel » alors qu'ils contenaient des substances chimiques, indique la DGCCRF. Un autre procès-verbal a été établi après un rappel de réglementation dont le professionnel n'avait pas tenu compte pour utilisation de la mention « Bio » et « Aux actifs naturels » ainsi que « Certifié » alors que les produits n'avaient pas été certifiés par un organisme certificateur, ajoute la Direction générale de la répression des fraudes.

La DGCCRF avait déjà mené une enquête en 2005 et 2006 afin de recenser et de vérifier les allégations environnementales figurant sur les étiquetages et publicités des produits industriels de grande consommation. Cinquante-deux établissements avaient été visités : grandes et moyennes surfaces, magasins spécialisés dans les produits « naturels », magasins de produits de bâtiment, stations de lavage automobile, jardineries, sociétés de vente par correspondance et sites Internet. Résultat : près de 200 produits ou gammes de produits ou services avaient été recensés. Sur ceux-ci, les produits d'entretien et lessives venaient en tête, avec 82 constatations d'allégations environnementales, suivies de loin (14 produits) par les sacs poubelle. On retrouvait ensuite, des filtres en papier, des essuie-tout, des lingettes et changes, des articles textiles, des produits de bâtiment, des peintures, des savons, des produits pour le jardin, des emballages, de la papeterie, des huiles auto…

Sur le même sujet

Glossaire

Agriculture biologique

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…