En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Déchets : les députés favorables à la vidéosurveillance des dépôts sauvages

Déchets  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

Permettre un recours facilité à la vidéosurveillance dans la lutte contre le dépôt sauvage de déchets. Tel est l'objectif de l'amendement adopté par les députés, jeudi 24 janvier, dans le cadre de la discussion du projet de loi portant sur la création de l'Office français de la biodiversité.

L'amendement du député LR Raphaël Schellenberger ajoute "la prévention de l'abandon d'ordures, de déchets, de matériaux ou d'autres objets" à la liste des domaines pour lesquels le code de la sécurité intérieure autorise les autorités publiques à transmettre et enregistrer des images prises sur la voie publique par vidéoprotection.

"Le développement de telles pratiques, dans nos forêts et nos campagnes notamment, doit cesser. Les dispositifs de vidéosurveillance, efficaces en matière de prévention et d'enquête, apparaissent particulièrement adaptés à la prévention de telles infractions", estiment les signataires de l'amendement. Le texte a reçu un avis favorable de la rapporteure, après qu'elle ait sous-amendé la disposition. Le gouvernement, par la voix de la secrétaire d'Etat Emmanuelle Wargon, s'en est remis à la sagesse de l'Assemblée bien qu'il aurait préféré voire cette mesure adoptée dans le cadre du projet de loi sur l'économie circulaire.

Sa collègue Brune Poirson, qui porte ce dernier texte, avait lancé en mai 2018 un groupe de travail visant à lutter contre les dépôts sauvages de déchets. Ce groupe de travail devait remettre ses conclusions de manière échelonnée jusqu'en avril prochain.

Réactions1 réaction à cet article

 

L’installation d'une vidéosurveillance pour surveiller un dépôt "sauvage" de déchets ne revient-il pas à régulariser un tel dépôt ?
De plus ceux qui ont l'habitude d'abandonner ainsi leurs déchets ne sont pas tombés de la dernière pluie. A la vue d'une caméra, ces choses-là se remarquent vite, ils iront déverser leurs déchets 200 m plus loin. D'où une dissémination incontrôlable.
Le remède risque d'être pire que le mal et de toute façon très couteux pour le contribuable.
Il serait sans doute moins onéreux pour la collectivité de mettre des bennes à l’emplacement de ces dépôts et de se poser réellement la question de savoir pourquoi la règlementation des déchets n'est pas respectée.
Savez vous combien coûte l'enlèvement et la prise en charge de trois inoffensives plaques de "fibrociment" (contenants de l'amiante liée dans du ciment) de 2m2 chacune ? réponse : entre 800 et 1500 €. Vous vous demandez toujours pourquoi le circuit réglementaire n'est pas suivi ? Cherchez l'erreur !
Dans ces conditions; on trouvera encore ces plaques pendant des décennies sur les chemins menant à nos déchetteries. Et c'est un exemple parmi des milliers d'autres.

glaudius92 | 02 février 2019 à 15h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…