En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

EEL Energy peaufine son hydrolienne inspirée de la nage des poissons

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
EEL Energy peaufine son hydrolienne inspirée de la nage des poissons

Le biomimétisme est une réalité pour EEL Energy. Le spécialiste de l'hydrolien a présenté, jeudi 28 février, la version fluviale de son hydrolienne à membrane, inspirée de la nage des poissons. En développement à Boulogne-sur-mer (Pas-de-Calais), dans le bassin des essais de l'Ifremer, cette hydrolienne permet de convertir les courants fluviaux ou marins en une électricité renouvelable et prédictible.

EEL Energy travaille actuellement sur un prototype de 5 mètres d'envergure. Les prototypes précédents, plus petits, ont démontré "des performances très intéressantes", avec une vitesse de démarrage dès 0,5m/s de vitesse de courant. "Le coût de l'électricité de ce prototype de petite taille est d'ores et déjà inférieur à 150€ /MWh, ce qui rend l'équipe confiante sur un objectif de coût inférieur à 100€ / MWh, pour une machine de taille plus importante", explique Franck Sylvain, DG d'EEL Energy.

Réactions4 réactions à cet article

 

Ça fait plusieurs années que je parie sur ce procédé biomimétique de production d'électricité.

Sauf erreur il n'y a pas du vent et/ou du soleil tous les jours de l'année.

Par contre deux marées par jour, c'est garanti depuis un certain nombre de millénaires ?

Et pour ce qui est de fleuves et de grosses rivières en France on n'est pas trop mal placé

Comme ça se passe - je le déplore - pour l'éolien, verra-t-on sous peu des citoyens proches d'une grosse rivière ou d'un fleuve créer une coopérative pour la réalisation d'une hydrolienne EEL Energy pour leur consommation locale ?

Sagecol | 04 mars 2019 à 10h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ils vont tuer la pêche, la faune et le tourisme avec leurs éoliennes à 12 km des côtes ouest de la France... le tourisme c'est toute l'année contrairement à la mer du Nord qui attire peu de visiteurs... Pourquoi ne pas utiliser les autres énergies marines, avec la houle, les vagues, les courants et des éoliennes flottantes au grand large non visibles de la plage sans liaisons électriques vers la terre qui détruisent les fonds marins, mais en transformant l'eau de mer en hydrogène que des méthaniers viendraient prélever pour alimenter les centrales thermiques et les voitures à l'hydrogène...je suis un opposant à l'invasion éoliennes terrestres inutiles au vu de leur production en direct sur rte-france.com

RAPANUI85 | 04 mars 2019 à 17h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Où trouve-t-on une étude solide si possible francophone sur cette possibilité en soi intéressante ?

Sagecol | 04 mars 2019 à 17h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Actuellement nos décideurs ne voient que l'éolien sur terre et les pieds dans la mer... et le photovoltaïque implanté sur les anciennes décharges d'ordures qui n'ont jamais été réhabilitées comme demandé par la DDASS en 1990... Il faudrait investir dans la recherche d'autres solutions moins agressives...La Planète est couverte d'eau de mer avec des énergies permanentes contrairement au vent et soleil... Des éoliennes produisant de l'électricité qui pourraient transformer l'eau de mer en hydrogène et d'autres solutions qui mériteraient de s'y intéresser.

RAPANUI85 | 05 mars 2019 à 11h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager