Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Flamanville : l'IRSN juge nécessaire de modifier l'instrumentation du fond de la cuve

L'IRSN confirme que la cuve de l'EPR souffre d'un défaut de conception. Les garanties apportées par EDF sont insuffisantes pour accorder une autorisation de fonctionnement pérenne. L'Institut attend qu'EDF réalise une modification matérielle.

Risques  |    |  Philippe Collet
Flamanville : l'IRSN juge nécessaire de modifier l'instrumentation du fond de la cuve

L'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) confirme que la conception de la cuve des réacteurs EPR est défectueuse. L'appui technique de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) estime donc qu'il n'est pas possible aujourd'hui d'autoriser la mise en service de l'EPR de Flamanville (Manche) en bonne et due forme.

EDF a cherché à démontrer que ce défaut de fond de cuve n'interdit pas un fonctionnement de l'EPR. Mais ce fonctionnement serait plus encadré, ce qui interdirait certaines opérations. À titre provisoire, l'IRSN juge acceptable ce « fonctionnement réduit ». Mais, à plus long terme, seule une « modification matérielle pérenne » du déflecteur de fond de cuve apporte des garanties suffisantes.

Cet avis, daté du 21 juillet et déniché ce mois-ci par Le Canard enchaîné, confirme les informations rendues publiques en novembre 2021 par la Criirad. Pour rappel, l'EPR de Taishan (Chine) a été mis à l'arrêt de juillet 2021 à août 2022, après la découverte de ruptures de gaines ayant entraîné des fuites de matières radioactives dans le circuit primaire. L'ASN annonçait alors « examiner dans quelle mesure le retour d'expérience de la situation d'exploitation à Taishan peut être pris en compte dans le cadre de l'instruction en cours de la demande de mise en service de l'EPR de Flamanville ».

Défaut de conception du fond de cuve

 
L'IRSN estime que [le problème] est la conséquence d'une anomalie de conception du plenum inférieur des cuves des réacteurs de type EPR  
IRSN
 
L'avis de l'IRSN, qui s'inscrit dans le cadre de la démonstration de sûreté de l'EPR, s'appuie sur le retour d'expérience du réacteur 1 de Taishan. L'exemple chinois a mis en avant deux anomalies distinctes, explique Karine Herviou, directrice générale adjointe de l'IRSN, chargée de la sûreté nucléaire. La première est un problème de corrosion sous contrainte des ressorts de maintien des crayons de combustible. Ce problème, corrigé par EDF, est à l'origine des inétanchéités des crayons. L'autre souci a trait à la présence de fluctuations du flux neutronique. Ce second sujet impose de modifier la prise en compte de certains paramètres pour éviter des mouvements intempestifs des grappes de commande, voire un arrêt automatique intempestif du réacteur. Et sur ce point, la conclusion est sans appel : « L'IRSN estime que [le problème] est la conséquence d'une anomalie de conception du plenum inférieur des cuves des réacteurs de type EPR. »

Comme l'avait signalé la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad), ces fluctuations sont connues sur les réacteurs de type Konvoi, « dont la conception du fond de cuve est similaire à celle des réacteurs de type EPR ». Ces fluctuations ont deux conséquences. Elles entraînent des « oscillations latérales des assemblages de combustible et des variations des jeux entre ces assemblages (lames d'eau) » et des « des fluctuations de température de l'eau ».

L'IRSN confirme aussi que ce défaut de conception avait été identifié « lors des essais de qualification du fond de cuve réalisés sur une installation expérimentale ». Mais les conséquences sur les assemblages de combustible n'ont pas été anticipées. Pour l'IRSN, cette défaillance impose de renforcer les exigences associées à la conception des cuves des prochains réacteurs.

Un réacteur moins manœuvrable

Surtout, l'Institut revient sur les mesures prises jusqu'à présent par EDF. Il explique que l'entreprise a développé un modèle mathématique pour évaluer les conséquences sur la démonstration de sûreté et sur les seuils de surveillance et de protection du cœur. En contrepartie de la révision de certains seuils de sûreté, EDF propose de modifier le fonctionnement du réacteur. « Ce domaine de fonctionnement réduit peut se traduire en termes de manœuvrabilité du réacteur, par exemple en limitant la possibilité de faire du suivi de charge, c'est-à-dire le réglage de la puissance en fonction des besoins du réseau électrique », explique Karine Herviou.

Pour autant, l'IRSN émet trois critiques. Premier reproche : le modèle mathématique « n'est pas satisfaisant », car il n'est pas valide sur le plan règlementaire. Les données qui en sont tirées ne devraient donc pas être utilisées dans la démonstration de sûreté (sauf à être validées conformément à la réglementation). L'IRSN déplore ensuite que les calculs présentés par EDF concernent surtout les conditions de fonctionnement normales. Les éléments relatifs aux fonctionnements accidentels « sont insuffisants ». Enfin, la solution d'EDF est jugée périlleuse : l'Institut « souligne la complexité de la démarche d'analyse de l'impact des fluctuations de flux neutronique sur la démonstration de sûreté ».

Et l'IRSN d'en conclure que cette démarche « [ne peut] constituer une démonstration de sûreté pérenne acceptable ». En revanche, les résultats d'EDF « constituent une analyse de sûreté intermédiaire (…) acceptable [pour] un fonctionnement réduit ». Mais à une condition : « que les caractéristiques des fluctuations de flux neutronique considérées dans l'analyse d'EDF soient vérifiées expérimentalement ».

Pour un fonctionnement à long terme, « l'IRSN estime qu'EDF doit définir et mettre en œuvre, aussi rapidement que [possible], une modification matérielle pérenne ». Cette modification, qui concerne un déflecteur fixé en partie basse des équipements internes amovibles de la cuve, doit permettre d'optimiser l'hydraulique du fond de cuve et de résorber définitivement l'anomalie de conception.

Réactions4 réactions à cet article

 

Et le président et donc le gouvernement qui fonde toute sa politique énergétique sur le développement du nucléaire, au lieu de l'engager plus résolument sur les renouvelables (voir plus haut l'interview de Cédric Philibert)!

mangouste | 14 octobre 2022 à 18h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mais quel resplendissant fiasco ces EPR, technologique bien sûr mais aussi financier et surtout politique ! Et avec un bilan aussi pitoyable, il est urgent d'en programmer de nouveaux ? Mais de qui se moque-t-on au plus haut niveau de l’État ?

Pégase | 14 octobre 2022 à 18h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour monsieur,
J' ai toujours pensé dit et écrit que la princioale érreur de la filière française était de faire la course à la surpuissance.
Celle-ci mal maîtrisée au niveau des étude scientifiques induit des comportement ératiques qui se manisfrestent de plus en plus importants fonction de l'augmentation de la puissance demandée.
Cela c'est produit sur la chaine 900,1200,1350,1450,puis sur l'EPR.
On a oublié les erreurs commisent sur Super Phénix.
En fait il aurait fallu rester dans la puissance initiale des réacteurs de 900 Méga ou refaire une étude compléte avec une modélisation nouvelle à consevoir.
Les érreurs de conception du fond de cuve de l'EPR sont la matéralisation du fait que la loi de l'homothécie ne fonctionne pas dans ce domaine comme par exemplle en hydraulique ou en aéronautique.

Roger Flandin | 18 octobre 2022 à 12h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Qu'attendre désormais du nucléaire ? Pas grand chose dans le droit fil de ce qui a déjà été utilisé . Il est très dommage d'avoir abandonné le projet ASTRID qui devrait revenir en force dans le contexte actuel, à condition de ne pas utiliser le sodium comme fluide caloporteur. Il faut absolument le substituer par un autre élément moins dangereux.


Le projet ASTRID permet de recycler le plutonium et ses dérivés, dont nous possédons d'importants stocks et son prototype est quasi opérationnel. Il était prévu pour des questions de rentabilité de ne s'y intéresser qu'en deuxième partie de ce siècle, mais le réchauffement climatique accéléré et les coûts des énergies fossiles que nous devons abandonner au plus vite, devraient nous conduire à l'étudier de très près. Cela permettrait de nous débarrasser de ces encombrants stocks de matières fissiles dangereuses, et s'il venait à être exploité dans de petites centrales, il permettrait à la France d'être entièrement autonome en énergie, en biseau bien sûr avec l'installation définitive des renouvelables , ainsi le vœu de Greta serait exaucé!

gaïa94 | 18 octobre 2022 à 16h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager