Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Eolien terrestre : le gouvernement publie le décret destiné à accélérer les contentieux

La suppression d'un degré de juridiction et la cristallisation des moyens dans les contentieux éoliens sont actés par un décret paru le 1er décembre. A la grande satisfaction des professionnels de l'éolien et au grand dam des antis.

Energie  |    |  Laurent Radisson

C'est un sujet qui a déjà fait beaucoup réagir et qui va sans doute continuer à le faire. En janvier dernier, Sébastien Lecornu, alors secrétaire d'Etat à la Transition écologique, présentait les conclusions du Article publié le 03 décembre 2018

Réactions3 réactions à cet article

 

Une mesure faite par et pour le lobby éolien. Qui peut croire encore à la démocratie participative en matière de protection des paysages ?
Les citoyens se voient écartés de fait des recours , les Commissions de la nature des paysages et des sites ne servent à rien car consultatives ,les préfets eux-mêmes sont soumis aux décisions des tribunaux administratifs ,voire du conseil d'Etat dépourvu de sensibilité écologique
.
On n'a jamais vu un tel déni de justice au profit d'une industrie .

sirius | 04 décembre 2018 à 10h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Comme en son temps, d'autres gouvernements se sont focalisés sur les contentieux liés à des permis de construire d'installations ou de bâtiments peu ou mal insérés dans le paysage et faisant souvent l'impasse sur les enjeux écologiques, ce gouvernement veut réduire d'abord les contentieux sur l'éolien terrestre. Il ne se pose pas de questions sur les raisons des oppositions à ce type d'énergie renouvelable et les modalités de participation des habitants concernés et des autres citoyens soucieux de protéger les paysages, aux décisions d'implantation des parcs éoliens. Ce faisant, pour réduire les contentieux, supprimer un échelon de recours et permettre à la cour d'appel de juger en dernier ressort me semble indigne d'un état de droit et inacceptable pour la bonne marche de notre démocratie.
Cela dit, j'aurais aimé voir une aussi forte opposition et autant de contentieux quand les centrales nucléaire ont été construites ; mis à part les écologistes, peu de gens s'en sont émus.

mangouste | 04 décembre 2018 à 18h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Défense de l'environnement ou du paysage ?
Personnellement, pour avoir grandi avec une colonne de vapeur omniprésente dans le paysage (CNPE à 25 km), en ayant en tête à partir de 1986 du risque que cela représentait (à 8 ans, merci Tchernobyl), je préfère et de loin voir des éoliennes s'implanter autour de chez moi...

L'augmentation des délais de recours depuis près de 20 ans a eu comme répercussion :
- augmentation des coûts des projets (justifiant auprès de la CRE du coût de rachat de l'électricité, ne soyez pas dupes),
- déplacement des projets énergétiquement intéressants dans des zones défendues par des anti-éoliens vers des projets moins performants dans des zones moins "défendues"
- instabilité du secteur grevant tout développement industriel (au lieu de vous plaindre que les équipements viennent de l'étranger, réfléchissez à la cause de ce constat)
et au final un gros retard de développement des ENR et en général, justifiant (en partie) le maintien des programmes nucléaires (dont on ne sait toujours pas traiter les déchets) et la prolongation des sites actifs au delà des durées initialement prévues (avec les risques que cela comporte).

Un beau paysage pour moi c'est d'abord un endroit où je peux respirer, mais c'est le problème de défendre une subjectivité.

Tombour | 28 janvier 2019 à 09h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

PACK PECO : chaudière à granulés 15-35 kW avec silo de stockage Fröling
CRAMBO, broyeur lent universel pour le bois et les déchets verts HANTSCH