En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Etat lance une plateforme de suivi des agriculteurs sortis du glyphosate

Agroécologie  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Ce jeudi 22 novembre, l'Elysée a mis en ligne une plateforme de suivi des agriculteurs français engagés à sortir de l'usage de l'herbicide glyphosate d'ici le 31 décembre 2020. Le plan gouvernemental de sortie du glyphosate prévoit de mettre fin sous trois ans à la majorité des usages du pesticide et sous cinq ans à la totalité.

La plateforme vise à partager les bonnes pratiques des agriculteurs pour arrêter de recourir à l'herbicide controversé. L'Elysée y rappelle que le rapport de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra), paru en décembre 2017, montre que des alternatives au glyphosate existent déjà pour près de 90 % des surfaces agricoles.

Le site propose de suivre "en temps réel" la dynamique collective des agriculteurs français "déjà sortis" ou "engagés" à le faire via deux compteurs. Toutefois, à l'heure actuelle, aucune donnée n'est encore affichée concernant leur nombre. La plateforme invite les agriculteurs à déclarer leurs parcelles sans glyphosate, sur le site du ministère de l'Agriculture. Une carte de France permettra aussi de voir le nombre de parcelles, par département, déclarées sans glyphosate.

Selon l'agence Reuters, la plateforme proposera également, à partir du premier semestre 2019, un volet accompagnement, en lien avec la banque de ressources techniques accessible d'ici fin 2018. A cette même échéance, la cartographie des données d'achat et de vente de glyphosate sera rendue publique et les données sources mises à disposition, selon le ministère de l'Agriculture.

Réactions2 réactions à cet article

 

S'il s'agit d'un projet d' expérimentation objective, prospective et suffisamment longue en temps (3 ans au minimum),sur un échantillon représentatif (surface et diversité),visant à obtenir des résultats aptes à être comparés aux résultats obtenus à partir d'un échantillon témoin similaire, alors bravo, nous pourrions enfin disposer d'un test sur le terrain,"grandeur nature". Mais où est l'échantillon témoin? Il paraît pourtant très facile de le recruter.

Au départ, l'échantillon "sans glyphosate" devrait être analogue à l'échantillon "avec glyphosate", et l'emploi de l'herbicide devrait y être abandonné dès son inclusion dans l'expérience.

Et pour éviter toute impression d'a priori de la part des expérimentateurs puis des lecteurs et/ou décideurs, les contrôles aléatoires sur le terrain seraient à prévoir, et l'évaluation de la méthode et du bilan tiré de l'étude devrait être effectuée (bonnes pratiques respectées) avant d'être publiée, ceci quels qu'en soient les résultats.

Ceux (dont je suis) qui émettent les plus sérieuses réserves sur l'absence d'effets adverses à l'économie agricole, nés de la suppression du glyphosate, pourraient ALORS réviser ou non leur copie.

Euplectes

Euplectes | 23 novembre 2018 à 11h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je viens d'aller sur la plateforme, les deux compteurs sont à zéro, donc ce n'est pas gagné !

BJ50320 | 23 novembre 2018 à 16h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…