En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Europe valide la reprise des sites de production d'Uniper par le groupe tchèque EPH

Energie  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com
L'Europe valide la reprise des sites de production d'Uniper par le groupe tchèque EPH
Actu-Environnement Le Mensuel N°392 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°392
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Mercredi 8 mai, la Commission européenne a approuvé le rachat d'Uniper France par l'entreprise Energetický a průmyslový holding, a. s. (EPH) basée en République tchèque. Ce feu vert est donné dans le cadre du règlement européen sur les concentrations. La Commission estime que la concentration ne soulève pas des problèmes de concurrence en raison de l'absence des chevauchements entre les activités des sociétés dans l'Union européenne. Uniper intervient dans le domaine de la production d'électricité en France, alors que EPH est actif en dehors de France dans l'exploitation minière du lignite, la production, la distribution et la fourniture d'électricité et de chauffage ainsi que le transport, la distribution, le stockage et la fourniture de gaz.

Fin décembre 2018, Uniper avait annoncé ouvrir des négociations exclusives avec EPH en vue de céder ses sites de production : le site de Saint-Avold (Moselle), qui dispose d'une tranche charbon de 600 mégawatts (MW) et de deux tranches gaz de 420 MW chacune, le site de Gardanne (Bouches-du-Rhône) avec la centrale de Provence, qui comprend une tranche charbon de 600 MW et une tranche biomasse de 150 MW, six parcs éoliens et deux centrales solaires pour 90 MW. Le rachat des centrales au charbon d'Uniper par EPH pose question quant à leur avenir. Cette transaction pourrait remettre en cause leur fermeture, estiment Les Amis de la Terre.

Réactions1 réaction à cet article

 

Il n'y a pas si longtemps, des sources pas complètement identifiables racontaient que la fermeture des centrales au charbon en France se feraient sans que l’État ne doive indemniser leurs propriétaires...
Seuls les enfants ont cru ce bobard !
Cet acheteur tchèque , lui , saura expliquer à l'opinion française qu'il ira demander l'arbitrage de la Banque Mondiale si on ne l'indemnise pas comme il faut pour Gardanne et StAvold... Exactement comme VATTENFALL, entreprise publique suédoise, le fait quand le gouvernement de Berlin brutalise ses centrales nucléaires en Allemagne... Bref, la taxe carbone va à nouveau galoper...

candide | 10 mai 2019 à 17h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager