En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Exportation des déchets : la Chine referme un peu plus la porte

Depuis juillet 2017, la Chine a renforcé ses critères d'acceptation des déchets sur son territoire. De nouvelles restrictions sont entrées en vigueur début 2019. L'Europe cherche toujours de nouveaux exutoires.

Déchets  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Exportation des déchets : la Chine referme un peu plus la porte
Actu-Environnement Le Mensuel N°388 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°388
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Juillet 2017 : la Chine informe l'Organisation mondiale du commerce (OMC) de sa volonté d'interdire l'importation de 24 types de déchets sur son territoire. Sont concernés : certaines matières plastiques, les papiers non triés, certains matériaux textiles et les laitiers, scories, croutes d'oxydes et autres déchets provenant de la fabrication du fer ou de l'acier. Une politique poussée par son programme "National SWORD" dont l'objectif est de limiter voire d'interdire l'importation de certains déchets sur le territoire national en limitant les licences d'importation des usines chinoises, et en fermant définitivement celles qui ne respectent pas les normes environnementales, les autorisations d'importation ou les conditions techniques.

Près de dix-huit mois après, les conséquences de cette décision unilatérale se font encore sentir en Europe. "On ne s'attendait pas à une mesure si radicale", analyse Emmanuel Katrakis, secrétaire général d'Euric, la confédération européenne du recyclage, rencontré à l'occasion du salon Pollutec 2018. "Elle est radicale car elle jette le bébé avec l'eau du bain. Les seuils d'impureté autorisés ont été divisés par trois voire plus. Avant, ils étaient compris entre 1,5 et 5 %. La Chine les a fixés à 0,5 %." Avec plus de 75 % de ses déchets exportés vers la Chine, la France s'est très vite retrouvée avec des stocks sur les bras.

Et "les choses ne s'arrangent pas au quotidien", note Emmanuel Katrakis. "La politique va durer. Même si la radicalité de la décision a entrainé des dégâts collatéraux importants pour les industries du recyclage européen et chinois, de nouvelles mesures ont été annoncées par la Chine". En effet, en avril 2018, la Chine a prévenu que 32 types de déchets supplémentaires seront interdits ou restreints à l''exportation en deux salves successives de 16 par an avec une première échéance fixée au 31 décembre 2018 et une seconde au 31 décembre 2019.

Des impacts directs dans les centres de tri

La fermeture des frontières chinoises a eu un impact sur toutes les filières de matières recyclées. Pour les métaux non ferreux, 80 % des volumes français sont exportés. Les matériaux les plus complexes et qui nécessitent beaucoup de main d'oeuvre pour leur démantèlement, comme les câbles ou les moteurs, prenaient la route de la Chine. L'impact rapide et direct de la fermeture a été une augmentation des stocks français et une baisse de la valeur de la matière.

Pour le papier/carton, la Chine a fermé ses portes aux mélanges de mauvaise qualité. "Une douche froide", selon Pascal Genneviève, président de Federec papier-carton. "L'offre est très vite devenue supérieure à la consommation en Europe. Les flux se sont réorganisés. Le Royaume-uni a saturé les usines allemandes par exemple. L'industrie papetière européenne en a profité et en profite encore pour se refaire une santé financière. Mais les marchés européens ont été vite saturés".

La France a été fortement pénalisée avec une baisse des prix de 50 % en quelques mois. "Les stocks ont augmenté très vite dans les centres de tri. On a du faire face à des problèmes de sécurité et de dépassement des autorisations d'exploiter", explique Pascal Genneviève.

Tache d'huile en Asie

Avec une capacité de recyclage des déchets en plastique de 400.000 tonnes, pour une production de 900.000 tonnes, la France n'a pas pu faire face. Pour les 200.000 tonnes de plastiques français vouées à l'exportation chinoise, le premier réflexe des recycleurs a été de se tourner vers les voisins asiatiques : Vietnam, Malaisie et Indonésie. Une réorientation qui a provoqué un engorgement. Le problème étant mondial, la France n'a pas été la seule à avoir cette idée. Face à l'influx important, ces pays ont changé leur réglementation et certaines unités ont fermé. Retour à la case départ. La baisse des prix de la matière s'est tout de suite fait sentir avec une division par trois en quelques mois.

Comme pour les déchets en plastique, d'autres exutoires asiatiques ont été recherchés pour les papiers-cartons notamment en Asie du sud-est. "Mais les usines plus petites ont très vite été engorgées, comme les ports d'ailleurs, provoquant des difficultés techniques et logistiques", explique Pascal Geneviève. "Aujourd'hui les niveaux de prix sont encore faibles et la différenciation se fait sur la qualité des matières."

Un mal pour un bien pour l'industrie européenne ?

Face à la crise, il a fallu trouver une solution. "Nous sommes en train de mettre en place une industrie pour traiter ces matières en Europe. On investit mais ça prend un certain temps", explique Patrick Kornberg, président de Federec métaux non ferreux. Pour le papier/carton, certains sites industriels ont repris pour faire du carton ondulé et du papier journal et écouler les surplus de matière. Des investissements ont également été réalisés en Espagne, en Italie, en Pologne et en Autriche. "Nous sommes dans une période de transition. Mais l'Europe va s'adapter. Cette décision chinoise nous a obligé à être réactifs, à trouver des solutions," ajoute M.Kornberg. Et pourquoi pas le recyclage pour réindustrialiser l'Europe ?

"On a travaillé sur un projet d'installation d'usines en France", explique Renaud Pfund, président de Fédérec plastique. Les investissements ont également été dirigés vers la Turquie, la Pologne et des pays méditerranéens. "La Norvège a aussi demandé de passer les matières plastiques en liste orange de la convention de Bâle pour diminuer les facilités d'exportation." Une mesure qui risque de faire baisser le taux de recyclage si l'Europe n'a pas les capacités industrielles nécessaires. Certains craignent aussi que l'outil réglementaire encourage à monter des usines mais ne dynamise pas le marché européen sur le long terme.

Réactions5 réactions à cet article

 

40% du bilan carbone de la France est dans ses importations, et elle n'est pas pire que les autres pays européens... Cette décision de la Chine a l'immense mérite de nous mettre devant nos responsabilités : nous consommons trop, de façon non durable, et il est abject de faire porter nos fabrications les plus sales et le traitement de nos déchets par d'autres. Mais tant que le mot d'ordre sera une industrie sans usines, tant qu'on n'évaluera la santé d'une économie qu'à son PIB...

dmg | 24 janvier 2019 à 08h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tout à fait...

Pour travailler dans le secteur, je peux témoigner du chaos généré. Mais je ne suis pas Federec : qui pouvait penser que la Chine demeurerait la poubelle du monde?!

Mais tant que CITEO ne sera pas un éco-organisme opérationnel...

Nicolas | 24 janvier 2019 à 14h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Si je comprends bien, on a (à peu près mais à priori oui) le potentiel de déchets collectés pour développer une filière industrielle du recyclage (au moins quelques usines pour commencer) mais il faut que la Chine nous ferme la porte au nez pour qu'on se décide à ne plus faire faire le tour de la planète à nos déchets et à réindustrialiser le territoire ??

Ouf, il nous reste les pays méditerranéens (novlangue pour le Maghreb).

Personnellement engagé dans la sensibilisation au tri, je découvre (un peu plus) que nos éco organismes ne seraient que des affréteurs de cargo poubelle.

En tout cas je salue la Chine pour ce geste (se fermer la porte à une manne financière pour préserver son environnement, beaucoup on a en prendre bonne note), ainsi que la Norvège pour sa proposition de durcissement des accords de Bâle.

Je ne sais pas si il faudra que nos campagnes, nos plages et nos montagnes soient recouvertes de déchets en tout genre pour que l'on comprenne que le meilleur déchet c'est celui qu'on ne produit pas !!! (c'est comme l'énergie ;-) ) : consumérisme, l'obsolescence programmée, sur-emballage...

Tombour | 28 janvier 2019 à 15h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quelle découverte, cher Tombour ! C'est une réalité depuis au moins 20 ans : le débouché export est majoritaire.
Le défi est intéressant: sommes-nous encore capable de produire autre chose que des déchets et des discours écolos creux ?

Albatros | 01 février 2019 à 16h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'avoue (au moins) mes lacunes... (moi) même si une partie du message était surtout ironique.

Et oui, utopiste (un peu déprimé à force quand même) que je suis, je pense encore que nous sommes capables de plus que des discours creux, des initiatives locales voire personnelles apparaissent chaque jour et chacun a le pouvoir que lui donne sa CB, c'est toujours ça (et jusqu'à présent plus efficace que ma carte d'électeur pourtant bien tamponnée).

Tombour | 03 février 2019 à 23h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…