Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

FNE liste une centaine de projets "destructeurs de nature" et appelle à "un sursaut démocratique"

Aménagement  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

"De la nécessité d'un sursaut démocratique". C'est en ces termes que France Nature Environnement (FNE) publie sa carte d'"une centaine de projets destructeurs de nature contre lesquels ses militants sont mobilisés". Une seconde carte identifie une cinquantaine de projets respectueux de notre environnement. "Non exhaustive et évolutive, cette carte montre que le dossier Sivens n'est pas un cas isolé", estime l'ONG, ajoutant que "ces points noirs écologiques sont autant de preuves du déficit de démocratie dont nous souffrons aujourd'hui".

Selon FNE, les projets d'autoroutes, de parcs d'activités, de barrages ou d'aéroports présentés sur la carte des projets destructeurs présentent "[des] coûts environnementaux largement sous-estimés, quand ils ne sont pas ignorés, et [des] bénéfices sociaux et économiques surévalués". A l'opposé la carte des projets respectueux de l'environnement présente "des projets pour lesquels la parole citoyenne portée par [FNE] semble avoir été entendue. Ces projets montrent qu'un autre aménagement du territoire est possible".

Dénonçant "un processus de concertation en panne", la fédération environnementale estime que "les difficultés pour mener le « débat public » sur les conséquences environnementales des projets creusent le fossé de l'acceptabilité sociale et conduisent malheureusement à des situations conflictuelles". En conséquence, "trop souvent, les associations n'ont pas d'autre choix que de faire appel à la justice pour lutter contre les dérives de cette pseudo-concertation".

Réactions6 réactions à cet article

 

Adhérent à une association affiliée à FNE je déplore de voir que cette carte ne comporte pas les paysages saccagés par les éoliennes industrielles.

sirius | 18 décembre 2014 à 23h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@sirius
Vous avez mal regardé, ces projets sont tous là, sur la carte des projets "positifs".
Je suis mort de rire!
FNE se voit donc comme un juge de paix qui sait ce qui est bien et ce qui est mal, mais qu'en est-il de l'avenir de notre pays dans tout ça???? Le point de vue environnemental est certes majeur, mais il est réellement réducteur.

A quand une liste des associations nuisibles à l'avenir?

Marcel | 19 décembre 2014 à 10h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est sidérant de constater qu'une association de protection de l'environnement soutienne les projets éoliens industriels et s'oppose à la création d'un golf ou d'un parc de loisir.
Il semblerait que des "relations privilégiées" avec les promoteurs de l'éolien industriel soient à mettre face à cette prise de position pour le moins déconcertante. Le projet d' usine électrique en mer de Saint Brieuc (entre 60 et 100 turbines posées sur un banc de coquilles Saint Jacques au beau milieu des dauphins de la baie ) est un bel exemple de compromission de FNE et aussi un triste exemple de non concertation par ailleurs dénoncé par la même FNE.
En soutenant l'éolien industriel, FNE soutient les émissions de C02 un comble, un scandale!

ITC78 | 19 décembre 2014 à 12h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Nous notons "faire appel à la justice" en cas de désaccord sur un projet. Nous osons croire que FNE n'identifie pas la démonstration de chienlit anarchiste de Sivens à "un appel en justice" ?
Dont acte

Le Glaude | 19 décembre 2014 à 14h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

« A quand une liste des associations nuisibles à l'avenir? »

Vaste programme !

La France, c'est le conservatisme exacerbé. Les plus âgés veulent surtout que rien ne change dans leur cadre de vie, sauf si cela leur apporte un bénéfice direct, immédiatement mesurable. Les moins jeunes engagés dans la vie active dans des emplois leur conférant une bonne sécurité, idem. Surtout pas de changement susceptible de compromettre une existence relativement douillette... Ceux qui galèrent, on s'en moque éperdument. L'avenir de nos jeunes ? Là encore, c'est : « bof ! ». Les jeunes des classes aisées ou sécurisées seront toujours casés. Les autres...

Alors, quand un projet perturbe le petit confort, on crée une association. Comme elle est petite, on s'associe avec d'autres associations. On est forcément très accommodant : l'objectif de l'association A est sans fondement ? Pour l'association B, ce qui importe, c'est que A + B = plus fort. A +B + C, c'est encore plus fort...

Et, au bout du compte, on arrive à FNE...

En fait le compte n'est pas fini : on aboutit à des administration, des politiciens et des ministres qui instrumentalisent ces associations pour faire avancer leurs projets ou, plutôt, saboter les projets des autres.

FNE « appelle à "un sursaut démocratique" » ? Very big joke !

Wackes Seppi | 19 décembre 2014 à 16h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On peut se demander pourquoi les associations de protection de l'environnement ne dénoncent pas plus vigoureusement les pratiques des quelques forcenés qui leur sont affiliés par hasard ou par opportunité. Et à la lecture de cette brève, on en vient à penser qu'ils y trouvent effectivement un intérêt...
La triste récupération politique à laquelle a donné lieu les événements de Sivens est sans doute l'ultime témoignage de l'état de délabrement complet de notre démocratie et des institutions de la cinquième République. Ô bonheur des médias, la communication a définitivement supplanté le respect du droit qui se fait, de toute façon, par ordonnances.
Le discours ambiant sur la démocratie participative traduit un même éloignement par rapport aux exigences fondamentales de la démocratie elle-même, autant qu'une démission des autorités nationales dont le rôle principal est d'arbitrer entre les différentes composantes de l'intérêt général.

Ulrich | 19 décembre 2014 à 18h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

TD-Diver & Baro-Diver : sondes / surveillance des eaux souterraines SDEC