En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Forage de Total en Guyane : le gouvernement pouvait-il s'y opposer ?

Gouvernance  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

L'information n'a pas tardé à faire réagir. Quelques semaines après la remise du rapport du Giec sur le climat, Total a reçu le feu vert du préfet de Guyane pour un forage d'hydrocarbures offshore. "Ce forage est le résultat d'un permis d'exploration accordé en 2001 sur lequel il est légalement impossible de revenir", a justifié le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, sur Twitter. Et d'ajouter : "Bien que les récifs coraliens se trouvent à environ 20 km de la zone de forage, le Préfet a décidé, dans [un] esprit d'extrême précaution, de la mise en place d'une surveillance supplémentaire et spécifique de la flore et la faune de la zone concernée".

Pour Chantal Jouanno, présidente de la commission nationale du débat public (CNDP), "l'autorisation a été délivrée à Total sans respect du droit de la participation, puisque nous, CNDP, aurions dû être saisis du dossier". Cette information ouvrira-t-elle la voie à des recours ?

Le permis de recherche Guyane maritime porte sur la réalisation d'une campagne de forages d'exploration pétrolière. Un premier forage d'un puits d'exploration, en zone centrale, devrait être réalisé à partir de la fin 2018 jusqu'à la fin mai 2019. Selon les résultats de ce premier forage, Total pourrait décider de forer jusqu'à quatre autres puits d'appréciation de la découverte effectuée, d'ici 2022. "Cinq forages ont déjà été réalisés entre 2012 et 2013 mais n'ont pas permis de confirmer le potentiel pétrolier de la partie Sud-Est du permis", rappelle le rapport de la commission d''enquête publique, réalisée entre juillet et août 2018. La zone centrale n'a pas encore été forée. "L'évaluation de 500 à 1.000 millions de barils, en cas de succès a été annoncée", indique le rapport.

Réactions1 réaction à cet article

 

"En même temps" on fait des discours sur le développement durable et l'écologie et on mène concrètement une politique à son exact opposé!

adjtUAF | 26 octobre 2018 à 15h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…