En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Près d'un Francilien sur six serait exposé à des niveaux supérieurs de bruit lié au trafic aérien

Transport  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Selon l'association Bruitparif, près d'un habitant de la région Ile-de-France sur six serait exposé à des niveaux de bruit lié au trafic aérien, supérieurs aux valeurs guides de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le 10 octobre dernier, l'OMS a recommandé de réduire, en Europe, les niveaux sonores produits par le trafic aérien à moins de 45 décibels (dB) Lden (niveau de bruit moyen pondéré sur la journée). L'OMS a aussi préconisé un seuil d'exposition au bruit nocturne à moins de 40 dB Lnight (niveau moyen sur la période de 8 heures de nuit), "afin de limiter au maximum les effets délétères sur la santé des populations". La valeur limite réglementaire fixée par la France est de 55 dB(A) Lden, rappelle Bruitparif. Et ce, pour les grands aéroports comme pour les aérodromes situés au sein ou à proximité des agglomérations.

Bruitparif a produit des cartes représentant les niveaux de bruit jusqu'aux valeurs recommandées par l'OMS ainsi que les zones potentiellement survolées à moins de 2.500 mètres. Selon les travaux présentés, le 19 novembre par l'association, environ 1,9 million de Franciliens, soit près de 16 % de la population régionale, seraient exposés au-delà de la valeur guide de l'OMS pour l'indicateur Lden. Et 1,2 million de Franciliens le seraient également la nuit (10 %). Dans la zone Nord (Paris-CDG et Paris-Le Bourget), ces valeurs représentent respectivement 1,4 et 1 million de personnes. Pour le secteur exposé aux nuisances liées à l'aéroport de Paris-Orly, les valeurs s'établissent respectivement à 480.000 et 180.000 personnes.

"Cette nouvelle cartographie était attendue avec impatience par un certain nombre de communautés d'agglomération particulièrement concernées par les survols d'aéronefs et devant adopter, avant la fin de l'année, leurs cartes stratégiques de bruit au titre de la troisième échéance de la Directive européenne 2002/49/CE", a indiqué Bruitparif. Cette directive du 25 juin 2002 prévoit l'obligation d'élaborer des plans de prévention du bruit dans l'environnement (PPBE) autour des aéroports.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…