En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

François Hollande annonce un nouveau plan d'investissement et la poursuite du choc de simplification

Parmi les annonces du Président lors de sa deuxième grande conférence de presse la proposition d'une communauté européenne de l'énergie, un nouveau plan d'investissement et la poursuite du choc de simplification.

Gouvernance  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com
François Hollande annonce un nouveau plan d'investissement et la poursuite du choc de simplification

Le Président de la République, François Hollande, a tenu la deuxième conférence de presse de son quinquennat le jeudi 16 mai à l'Elysée. Dans l'offensive qu'il annonce pour l'an II de son mandat figure un plan d'investissement sur dix ans, qui portera notamment sur la transition énergétique et les grandes infrastructures de transport, mais aussi la poursuite des mesures de simplification des procédures à la fois pour les entreprises et les particuliers.

Au niveau européen, François Hollande a proposé à ses partenaires une initiative en quatre points. Parmi ceux-ci figure la mise en place d'une communauté européenne de l'énergie destinée à "coordonner tous les efforts pour les énergies renouvelables et réussir ensemble à assurer la transition énergétique".

Un plan d'investissement pour les dix ans qui viennent

Le Président de la République a demandé à Jean-Marc Ayrault de présenter au mois de juin prochain un plan d'investissement pour les dix ans qui viennent. Ce plan portera sur quatre grandes filières : le numérique, la transition énergétique, la santé et les grandes infrastructures de transport.

Répondant à une question d'un journaliste sur le canal Seine-Nord, le chef de l'Etat a indiqué que l'évaluation de l'ensemble des grands projets d'infrastructures était engagée. "On ne pourra pas tout financer", a-t-il prévenu, "mais nous veillerons à ce que chaque projet retenu ait le plus d'impact en termes d'emploi, d'amélioration de la vie et de respect de l'environnement".

Pour ce qui concerne la transition énergétique, reste à savoir comment ce plan s'articulera avec les conclusions du débat national en cours.

La question du financement de ce plan se pose également compte tenu de l'état des finances publiques. François Hollande évoque plusieurs possibilités : les crédits européens, ceux du programme des investissements d'avenir issus du grand emprunt de 2010, les fonds de la Caisse des dépôts, ceux de la Banque publique d'investissement (BPI), la cession de participations publiques, mais aussi les fonds issus du secteur privé (partenariats, capitaux extérieurs, fonds d'investissement).

Choc de simplification tout au long du quinquennat

Le Président est également revenu sur le "choc de simplification", annonçant que celui-ci se poursuivrait tout au long du quinquennat. Deux lois d'habilitation permettront au Gouvernement d'agir par ordonnance. La première, présentée en Conseil des ministres le 2 mai, doit permettre "de hâter la construction, de favoriser des procédures, sans altérer les droits en aucune manière". Et François Hollande de préciser "il y a 35.000 logements qui sont bloqués par des recours abusifs".

Le deuxième texte vise à faciliter les relations entre l'Administration et les entreprises afin de favoriser les implantations et raccourcir les délais. "On peut diviser par trois le temps pour implanter une entreprise, si nous harmonisons l'ensemble des procédures", estime le Président.

Pour les particuliers, ce dernier ne propose pas moins qu'"une forme de révolution". "Dans de nombreux domaines, pas tous, le silence de l'Administration vaudra désormais autorisation et non plus rejet", indique François Hollande. Le Premier ministre présentera au mois de septembre un projet de loi pour fixer les domaines dans lesquels ce principe s'appliquera. Il s'agira de domaines de la vie courante et les gros projets nécessitant une instruction ne seront pas concernés, précise le chef de l'Etat.

Réactions1 réaction à cet article

 

Un des facteurs de l'écart de compétitivité entre l'Allemagne et la France, c'est la manière de traiter et d'interpréter les informations. Exemple :
- Le Premier Ministre va annoncer le Plan d'investissements pour les prochaines années.
En Allemagne, les journalistes vont annoncer que : Plus de 10 Milliards par an seront consacrés à un vaste programme d'investissements indispensable et utile.
En France par contre, les journalistes auront comme d'habitude un comportement très négatif : Où le gouvernement va trouver les 10 Milliards du Plan d'investissements ? Comment trouver cet argent ?
Avec de nouveaux impôts naturellement ! Ces investissements sont-ils
indispensables ? Et bien d'autres du même genre.....
D'un coté on trouve un comportement constructif et utile....
de l'autre que du négatif, des interprétations stupides, des questions absurdes, etc.......
C'est cette attitude qui fait toute la différence entre les deux Pays.

Rolandus | 08 juillet 2013 à 21h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager