En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La recherche d'efficacité énergétique porte le marché de la régulation

Les enjeux environnementaux et économiques poussent les professionnels du bâtiment à une meilleure maîtrise de la production de chaleur et de froid. Les marchés de la gestion technique du bâtiment et de la régulation sont en progression depuis 2006.

Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
   
La recherche d'efficacité énergétique porte le marché de la régulation
© Dusan Radivojevic
   
Après une stagnation du marché de la régulation et de la gestion technique des bâtiments entre 2002 et 2006, le secteur connaît une croissance, probablement liée aux enjeux environnementaux et économiques actuels, selon le syndicat des automatismes du génie climatique et de la régulation (ACR). En effet, les préoccupations sur l'efficacité énergétique conduisent à une recherche de solutions globales dans le bâtiment : isolation, chauffage mais aussi systèmes de régulation et de gestion technique du bâtiment. Ces deux derniers systèmes permettent d'adapter la production de chaleur, de froid et le renouvellement de l'air aux besoins des occupants et de réaliser ainsi des économies d'énergie. Ces dernières années, les systèmes de commande numérique sont devenus très efficaces, tant dans les programmes de bâtiments neufs dans l'existants, tant dans l'individuel que dans le collectif. En 2008, le marché global a été évalué à 330,4 M€, contre 314,3 M€ en 2007 (croissance de 5,1 %). Cette progression reste très inégalement répartie entre les différents domaines.

Le marché de la régulation

Le marché de la régulation est estimé à 206,5 M€, avec une croissance de 3,6 % essentiellement basée sur le domaine de la ventilation climatisation.

Le marché de la régulation du chauffage individuel et collectif est évalué à 129,8 M€ (+2,2 %, + 10 % en 3 ans). Par rapport à l'année 2007, les tendances des deux principaux domaines sont quasiment inversées. Le chauffage électrique régresse quelque peu alors que certaines énergies renouvelables et la rénovation de l'existant tendant à tirer le chauffage de l'eau chaude vers le haut. Selon ACR, le marché est porté par les crédits d'impôts et la rentabilité de tels systèmes, qui incitent l'investissement dans des appareils toujours plus performants.
Concernant le chauffage électrique, les gestionnaires d'énergie représentent plus de 60 % des appareils vendus, essentiellement dans la construction neuve. Dans l'existant, les ventes de programmateurs et d'indicateurs de consommation affichent de bons résultats.
Quant à l'eau chaude, les appareils performants sont toujours largement en tête du palmarès selon le syndicat. Les régulateurs pour chauffage individuel progressent de 9 %. Les thermostats d'ambiance programmable représentent la moitié des ventes de thermostats.

En 2008, le marché de la régulation de la ventilation et de la climatisation a connu une progression de plus de 6 %. Jusqu'à aujourd'hui, l'essentiel des préoccupations portait sur une meilleure maîtrise du chauffage. Demain, nous devrons nous préoccuper davantage de la ventilation. Ce marché devrait connaître une hausse, commente Jean Daniel Napar, président d'ACR. La régulation de la climatisation tertiaire s'orienterait, depuis plusieurs années, vers une meilleure performance.

La gestion technique du bâtiment

Le marché de la gestion technique du bâtiment a connu en 2008 une évolution plus modeste que les années précédentes : 3,5 % contre 5 % en 2007 et 7,6 % en 2006. Cependant, la progression de ce marché ces trois dernières années est évaluée à 25 %, certainement poussée par la prise en compte croissante des enjeux énergétiques et environnementaux. Les professionnels du bâtiment sont à la recherche de solutions de plus en plus globales afin d'assurer une meilleure efficacité énergétique dans le secteur.

Le domaine des services a connu la plus forte progression (+18,5 % contre 2,5 % l'année précédente) : les utilisateurs font appel aux constructeurs pour les problèmes particuliers et surtout pour les adaptations des matériels et des logiciels aux tâches de gestion énergétique, note le syndicat. Ceci dans un but de formation, évolutivité et pérennité des équipements.

Perspectives pour 2009

Selon ACR, la mise en œuvre des crédits d'impôt 2009 et de l'Eco PTZ (prêt à taux zéro) devrait pousser les marchés de la régulation et de la gestion technique des bâtiments. La montée en puissance des DPE (diagnostic de performance énergétique) et de l'affichage des consommations également. Le syndicat devrait jouer un rôle clé dans la recherche de l'optimisation des actions relatives à l'efficacité énergétique des bâtiments. Une des difficultés majeures qui vont marquer ces prochaines années sera d'éviter la dispersion des efforts intellectuels et financiers afin de les centrer sur les axes les plus rentables, note le syndicat.

Réactions1 réaction à cet article

 
méfiance des avancées en terme de régulation

Pour avoir installé et exploité de nombreux sites régulés, je constate aussi, avec regret, que les systèmes de régulation n'évoluent pas dans le bon sens. La complexification, souvent sans raison, a fait place à plus d'électronique.
Résultat : difficulté des exploitants à paramétrer (nécessité de formations et d'appareillages spécifiques), à résoudre les problèmes (nécessité de faire intervenir une entreprise spécialisée si ce n'est le constructeur, et encore s'il veut bien se déplacer), durée de vie ridicule.

J'ai connu des boitiers de régulations qui étaient moches, et ne faisaient que le nécessaire. La maitrise de l'énergie y était donc facile, et par conséquent efficace. Depuis qu'elles sont remplacées par du matériel moderne, il faut suivre les pannes, dépenser pour les interventions et le remplacement.

Qui plus est, les régulations nécessitent souvent des organes de régulation (vannes, clapets, sondes, etc.) "compatibles" et donc une marque se permet un monopole (obligation de racheter la même marque pour ne pas à avoir à tout remplacer).

Bref, le domaine de la régulation est un domaine typique : si vous voulez faire de la maitrise de l'énergie, préférez les techniques anciennes.

Jey | 11 mai 2009 à 08h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager