En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Gaz renouvelable : la filière interpelle Emmanuel Macron

Energie  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

Ce mercredi 20 février, 42 acteurs interpellent les pouvoirs publics sur la place du gaz renouvelable dans le mix énergétique. Des collectivités territoriales, industriels, associations interprofessionnelles, think-tanks et associations environnementales signent une tribune afin d'"attirer l'attention d'Emmanuel Macron à la suite de l'incompréhension provoquée par le projet de programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE)"

"Nous ne pouvons nous passer d'une filière qui crée des revenus pour les agriculteurs, des emplois non délocalisables et contribue à la préservation des ressources et à la lutte contre le changement climatique", plaident les signataires. L'association France gaz renouvelables estime que "le projet actuel de loi [sic] remet en cause l'objectif inscrit dans la loi de transition énergétique de 2015 de 10 % de gaz renouvelable dans la consommation totale de gaz en France en 2030". Les acteurs du secteur réclament que "les autorités compétentes [donnent] à cette filière les moyens de se développer à la hauteur a minima des objectifs de la loi".

Pour rappel, le projet de PPE prévoit que le biogaz, injecté ou utilisé directement, couvre de 6 à 8 % de la consommation de gaz en 2028. En outre, le gouvernement conditionne cet objectif à la réduction des coûts. Les projets retenus dans les appels d'offres pour le biométhane injecté devront atteindre 67 euros en moyenne par mégawattheure (MWh) en 2023 et 60 euros MWh en 2028. "Si ce prix moyen n'est pas atteint, les volumes alloués seront réduits", prévient le ministère. A l'inverse, "le volume de l'appel d'offres sera adapté à la hausse si les tarifs moyens demandés dans le cadre des offres sont inférieurs". Le ministère fixe aussi une trajectoire de tarif d'achat (guichet ouvert) de 87 euros par MWh pour le biométhane injecté en 2023 et de 80 euros par MWh en 2028. Ce tarif "sera ajusté à la baisse en cas de contractualisation de capacités de production de biogaz supérieures à l'objectif de 800 GWh par an sur l'ensemble des filières de valorisation".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…