En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Glyphosate et cancer : Monsanto est condamné à verser près de 81 millions de dollars à Edwin Hardeman

Risques  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Le 27 mars, le tribunal fédéral de San Francisco (Californie) a condamné Monsanto, filiale de l'allemand Bayer, à verser près de 81 millions de dollars à Edwin Hardeman, un retraité américain septuagénaire, atteint d'un cancer. Le 19 mars dernier, le tribunal a jugé que l'herbicide Roundup de Monsanto, à base de glyphosate, a été "un facteur substantiel" du cancer du plaignant - un lymphome non hodgkinien- diagnostiqué en 2015. M. Hardeman a utilisé depuis les années 80 et jusqu'en 2012 de grandes quantités de Roundup pour désherber sa propriété à Sonoma, au nord de San Francisco.

En août 2018, le groupe avait aussi été condamné par un tribunal de l'Etat de Californie à payer 289 millions de dollars au jardinier Dewayne Johnson. Agé de 46 ans, il est également atteint d'un lymphome non hodgkinien incurable attribué au Roundup. Monsanto avait fait appel de ce jugement puis écopé d'une amende divisée par trois. Soit 78,5 millions de dollars octroyés à M.Johnson. Le tribunal avait maintenu le verdict sur le fond mais réduit les dommages et intérêts payés par le groupe agro-chimique.

La filiale de Bayer va de nouveau faire appel du verdict prononcé aujourd'hui par le tribunal fédéral de San Francisco. Selon l'agence Reuters, le jury a considéré que Monsanto n'avait pas agi de bonne foi pour prévenir les usagers du risque potentiellement cancérigène de son produit.

Le Roundup fait l'objet actuellement de plus de 11.000 actions en justice similaires aux Etats-Unis. Plus de 760 plaintes analogues à Edwin Hardeman sont regroupées au sein du même tribunal fédéral.

Réactions1 réaction à cet article

 

On dirait bien que, pour une fois, le pot de terre l'emporte sur le pot de fer. Les temps changent...
Cette condamnation, alors que la configuration du procès était pourtant clairement favorable à Bayer-Monsanto, ouvre la voie à des dizaines de milliers d'autres. C'est enfin une bouffée d'espoir pour toutes les victimes de ce produit soi-disant inoffensif pour l'Homme. Cela va peut-être encourager d'autres victimes a demander réparation pour d'autres molécules de synthèse. Et nous n'avons encore rien vu en ce qui concerne les actions en justice au motif des écocides.
En rachetant Monsanto, Bayer a décidément fait l'acquisition du siècle !!!

Pégase | 29 mars 2019 à 13h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…