En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Grand débat : le gouvernement retient l'urgence climatique

A l'occasion du Grand débat, les Français ont manifesté leur inquiétude face aux changements climatiques qu'ils disent percevoir dans leur quotidien. Edouard Philippe se félicite de cette prise de conscience.

Gouvernance  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Les premières synthèses du Grand débat national ont été dévoilées ce lundi 8 avril 2019. Les quelque 1,5 million de personnes qui y ont pris part se déclarent préoccupées par le dérèglement climatique. Les questions de la mobilité, s'agissant en particulier de la place de la voiture et des transports publics, ainsi que celles liées à l'énergie complètent le trio des principales préoccupations environnementales des Français.

A l'occasion de la présentation des synthèses, Edouard Philippe a retenu quatre grands axes. Le premier est une "immense exaspération fiscale", dont il a déjà "tiré la conséquence en annulant la hausse de la taxe carbone". La deuxième est "une exigence de fraternité", qui, selon le Premier ministre, pointe l'écart entre les habitants des métropoles et ceux des zones hors des métropoles. Une révision des règles d'urbanisme, qui favorise l'étalement urbain et l'isolement, est attendue. Troisième axe : l'"exigence démocratique" qui appelle notamment une démocratie "plus représentative". Enfin "la dernière exigence est une urgence : l'urgence climatique", explique le Premier ministre qui voit "une bonne nouvelle" dans le fait que les "Français ne [sont] pas climato-sceptiques".

Développer les transports publics, plutôt que de taxer le carburant

La restitution des contributions libres (dont les opinions exprimées dans les cahiers citoyens, les courriers et les emails, les comptes rendus des réunions d'initiative locale) place au premier rang des préoccupations environnementales "un consensus sur l'urgence écologique". Celui-ci "[implique] des propositions pragmatiques sur les comportements individuels et des solutions innovantes", estime la synthèse. 19 % des opinions exprimées sur le thème de l'environnement concernent le climat. La synthèse des débats en ligne, plus détaillée, précise que 62 % des Français "estiment que leur vie quotidienne est touchée par le changement climatique". Le dérèglement climatique se caractérise d'abord par des vagues de chaleur et la sécheresse (24,6 %), puis par les événements climatiques (16,5 %).

Suit ensuite l'enjeu des transports, pour 17 % des Français. "Il s'agit (…) de la thématique la plus citée dans les propositions spontanées concernant la transition écologique", précise la synthèse. En outre, les actions en matière de transports sont jugées comme étant la deuxième action individuelle la plus efficace (37,5 %, derrière le tri des déchets (47,8 %)). De même, la réduction de la pollution causée par les transports est considérée comme la mesure la plus efficace pour améliorer la qualité de l'air. Aujourd'hui 37 % des contributeurs en ligne disent pouvoir se passer de leur voiture individuelle, contre 32 % qui disent ne pas pouvoir. Comment modifier le rapport à la voiture ? Pas en augmentant les taxes, estiment 55 % des Français. Les répondants privilégient plutôt l'amélioration des transports en commun, via une baisse des prix, le développement des lignes et leur rénovation.

Technologies vertes ou écologie offensive ?

L'énergie est le troisième grand thème environnemental abordé dans les contributions libres : 11 % des Français ont abordé les énergies renouvelables et 9 % la réduction de la consommation. "Ces propositions sur le changement de modèle énergétique ressortent également fortement dans les réunions collectives", précise la synthèse. La synthèse du débat en ligne signale que pour 52 % des participants, il existe des solutions alternatives plus écologiques à leur mode de chauffage actuel. Mais pour utiliser ces alternatives plus écologiques, ils attendent un soutien financier et fiscal (seulement 42 % ont connaissance des aides et dispositifs pour l'isolation et le chauffage). A noter aussi que 10 % des participants au débat défendent un élargissement de l'assiette de la fiscalité écologique pour le transport aérien et maritime.

Enfin, les contributions libres montrent que les Français évoquent quatre approches pour régler les problèmes environnementaux. La première privilégie le développement de technologies et les "usages verts". Le tri, le co-voiturage ou la voiture électrique sont des réponses adéquates pour 23 % des participants. La deuxième approche est qualifiée de "vision offensive de l'écologie" et rassemble 15 % des idées autour de l'interdiction des pesticides, la taxation des "gros pollueurs" ou la hausse de la taxe carbone. La nécessité de changer de mode de vie (moins consommer, manger moins de viande, règlementer la publicité, interdire l'obsolescence programmée) et de limiter l'empreinte de l'Homme sur la Nature (protéger la biodiversité, reboiser, protéger les animaux) sont les deux dernières approches pointées par les Français.

Réactions7 réactions à cet article

 

Ben franchement c'est maigre, les solutions pour les transports, co-voiturage oui mais recentrer les habitations au plus près du lieu de travail et des services,serait mieux, quid des transports publics à commencer par le ferroviaire, au moment ou les guichets et petites gares ferment. Quant aux pesticides le chiffre de 15 % seulement fait peur, il faut INTERDIRE TOUT DE SUITE, il est urgent de ne plus attendre. La gestion à parité des structures agricoles c'est aussi tout de suite.

BJ50320 | 09 avril 2019 à 09h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Après lecture de l'article et lecture très rapide de la synthèse, pas de problème concernant l'environnement, l'Elysée et les Ministères peuvent dormir sur leurs 2 oreilles: les résultats sont en adéquation avec toute la propagande - pardon l'information et l'éducation - distillée depuis des années.
Par contre, les causes de la faible quantité de réponses seront totalement occultées.
Mais tout va bien dans le meilleur des mondes: les résultats sont en conformité avec ce qu'a prévu le déclaré vainqueur du scrutin de mai 2017, bien avant tout ceci. En conclusion, rien ne va changer et la voie choisie sera maintenue, comme prévu et annoncé juste après le lancement du "grand débat" (qui n'en a que le nom, du reste). L'honneur est sauf !!!

Seiyatlse | 09 avril 2019 à 10h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Les Français", ça n'existe pas

Ce qui existe c'est divers sous-ensembles de Français avec parfois des options plus ou moins communes.

Chaque fois que Philippe hier a dit "Les Français" il trompait en """nous"""" faisant dire ce qui l'arrange ou le dérange le moins.

Sagecol | 09 avril 2019 à 13h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Vraiment ça tombe bien. Justement le thème sur lequel on peut s'agiter dans tous les sens sans avoir aucune influence sur le sujet...
Rappel:
Stock de CO2: 3200 Mds tCO2
Ce stock augmente annuellement de la moitié des émissions
Emissions annuelles globales: 33 Mds tCO2
Emissions annuelles France: 0.33 Mds tCO2

C'est néanmoins plus facile que de promettre de ne laisser personne vivre dans la rue...

Albatros | 09 avril 2019 à 14h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et tant qu'on nous parle de la brillante action climat de nos gouvernants ("make the planet great again", quelle rigolade !), on ne parle pas de la performance du pays de la COP 21 :
6 millions de chômeurs. 9 millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté. 900 000 SDF, dont 31 000 mineurs. 4 millions de mal-logés, 3,7 millions de Français se privent de produits d’hygiène de base. 15 % de Français se sont passés de chauffage, 4,8 millions de personnes ont recours à l’aide alimentaire, un Français sur cinq ne mange pas à sa faim...

Albatros | 09 avril 2019 à 15h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est vrai que je perçois chaque jour le terrrrrrrible réchauffement global de +0,7°C en 130 ans, et je me demande si je ne vais pas émigrer en Antarctique pour trouver enfin des températures négatives...

jipebe29 | 11 avril 2019 à 16h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Evidemment, nos gouvernants qui n’ont RIEN compris à la problématique de production d’électricité veulent suivre les directives dictatoriales d’Emmanuel Macron en augmentant drastiquement les EnR intermittentes, notamment l’éolien, en se contrefichant, ou en ignorant, incompétence oblige leur mauvais bilan carbone (centrales thermiques d’appoint) et en réduisant le nucléaire au bilan carbone particulièrement vertueux, ce qui va à l’encontre des objectifs de réduction de nos émissions de CO2. Depuis 40 ans, nous somme gouvernés par des idéologues incompétents.

jipebe29 | 11 avril 2019 à 16h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…