En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Perturbateurs endocriniens : les options de gestion des risques du HHCB en consultation

Risques  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Le ministère de la Transition écologique soumet à la consultation du public jusqu'au 30 septembre prochain un projet d'analyse de la meilleure option de gestion des risques du HHCB. Cette substance est classée très toxique pour la vie aquatique et est un probable perturbateur endocrinien. Elle est utilisée dans les désinfectants, les produits antiparasitaires, les produits de lavage ou de traitement de l'air, les parfums ou encore les cosmétiques.

Le projet d'analyse a été réalisée par l'Agence française de sécurité sanitaire (Anses). Celle-ci indique que l'Agence européenne des produits chimiques (Echa) a lancé un contrôle de conformité de la substance en octobre 2018. Ce contrôle nécessite une étude de toxicité pour le développement pré-natal et une autre pour la reproduction, prolongée sur une génération. Deux études qui peuvent fournir des informations utiles sur les effets de perturbation endocrinienne à long terme sur l'homme, indique l'Anses. Des études complémentaires pourraient être nécessaires, indique cette dernière, notamment pour clarifier les effets endocriniens chez les poissons. Une nouvelle évaluation des propriétés de persistance, de bioaccumulation et de toxicité (PBT) du HCCB est également nécessaire selon l'agence.

Cette analyse de l'Anses s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens adoptée en avril 2014. Cette feuille de route prévoit que l'agence sanitaire étudie chaque année des substances susceptibles d'être perturbatrices endocriniennes ou utilisées en substitution. La deuxième stratégie nationale sur les PE est en cours d'adoption. Les ministres de la Santé et de la Transition écologique ont soumis le projet à la consultation du public en janvier dernier.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager