En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Installations classées : les dernières statistiques annuelles

Le ministère de l'Ecologie a mis en ligne le 26 août le bilan chiffré annuel de l'inspection des ICPE pour 2010. Des données précieuses sur les 46.000 installations soumises à autorisation ou enregistrement, et les 450.000 soumises à déclaration.

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
   
Installations classées : les dernières statistiques annuelles
   

Après une première communication en mars dernier, c'est le bilan d'activité complet de l'inspection des ICPE, élaboré à partir des données d'activité de tous les services d'inspection (DREAL, DDPP, DDCSPP, CGA, etc.), qui est cette fois-ci rendu public. "Les chiffres présentés sont détaillés dans des tableaux qui reprennent, pour chaque région, une synthèse et les données par département", précise le ministère de l'Ecologie.

Baisse du nombre d'installations autorisées

Au 31 décembre 2010, on comptait en France 45.998 établissements soumis à autorisation. Parmi ceux-ci, on dénombre 16.500 élevages. Le nombre de carrières soumises à autorisation est passé de 8.000 en 1997 à 4.200 fin 2010, du fait principalement de la concentration des activités d'extraction en France. Le nombre d'établissements autorisés pour le traitement des déchets reste stable autour de 540 établissements.

Le territoire national compte également 1.210 établissements Seveso et 6.400 établissements soumis à la directive IPPC sur la prévention intégrée de la pollution, dont 3.000 élevages.

   
Répartition des établissements soumis à autorisation ou à enregistrement au 31/12/2010 © Inspection des installations classées
 
   

Parmi les autres activités industrielles soumises à autorisation figurent 4.150 dépôts de ferraille, 3.050 entrepôts, 2.300 installations de traitement de surface, 2.000 installations agroalimentaires et 395 abattoirs.

Le nombre d'installations autorisées est en baisse depuis 2003. "Afin d'alléger les procédures, les seuils d'autorisation de plusieurs catégories d'installations ont été relevés", avance comme explication le rapport.

Augmentation des arrêtés complémentaires

Le nombre de demandes d'autorisation initiale est en baisse également : 1.700 autorisations nouvelles en 2010 et… 30 enregistrements. Mais, pour le ministère, "si l'on constate une baisse significative du nombre de demandes d'autorisation, moins 50% en 10 ans, et moins 30% depuis 2008 liée directement au ralentissement de notre économie, la progression du nombre d'arrêtés complémentaires, plus 55% sur la même période, est bien la traduction des efforts de l'administration et des exploitants en matière de réduction des risques et des pollutions".

L'Administration explique cette augmentation des arrêtés complémentaires par le renforcement de la présence des inspecteurs sur le terrain et par la réglementation qui impose un réexamen régulier de la situation des installations : examen périodique des conditions d'exploitation des installations IPPC au regard des meilleures techniques disponibles, réexamen des études de dangers des établissements Seveso, inspection des infrastructures de transport de matières dangereuses, poursuite de l'action de recherche et de réduction des substances dangereuses dans l'eau, etc.

Visites approfondies en hausse, sanctions stables

Ce renforcement de la présence des inspecteurs sur le terrain, mis en avant par l'Administration, peut paraître paradoxal alors que le nombre total des visites a diminué de 20% depuis 2006. On notera toutefois que le nombre de visites d'inspection approfondie a, quant à lui, doublé en dix ans.

Le programme stratégique de l'inspection sur la période 2008-2012 prévoit des fréquences minimales d'inspection annuelle pour les établissements prioritaires, tous les trois ans pour les établissements "à enjeux" et tous les sept ans pour les autres établissements autorisés.

Pas évident pour les services de contrôle lorsque l'on sait que le nombre d'inspecteurs s'élève à 1.501, soit 1.217 équivalents temps plein. D'autant que "ces contrôles, autrefois uniquement attachés à l'aspect prévention des risques et de la pollution générée, se sont enrichis d'approches complémentaires avec des volets "produits" (REACH, biocides) ou sécurité des équipements industriels (appareils à pression)", précise le ministère.

Dans 12% des cas, une inspection conduit à une mise en demeure. En 2010, 3.000 mises en demeure, 400 sanctions administratives et 1.250 procès-verbaux d'infraction ont été établis. "Rapportées au nombre total de visites d'inspection, les mises en demeure, sanctions administratives et procès-verbaux sont revenus aux niveaux de 2007 et 2008", précise le rapport.

"Cette présence sur le terrain ainsi que la conscience de plus en plus importante des exploitants de la nécessité de protéger l'environnement ont réduit la proportion de visites conduisant à des mises en demeure ou à des sanctions sur les dix dernières années", explique la Direction générale de la prévention des risques.

Réactions4 réactions à cet article

 

Bravo pour les visites approfondies et le travail des inspecteurs des DREAL. Mais quand on dit que les professionnels intègrent de plus en plus les aspects "protection de l'environnement", cela n'est malheureusement pas le cas pour tous les sites "clandestins" qui se développent, et qui bien entendu ne respectent pas la règlementation en vigueur...ce qui crée une distorsion de concurrence importante et dangereuse pour les industriels français! A quand des opérations conjointes forces de l'ordre / DREAL ?

Damidam | 30 août 2011 à 09h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

les DREAL concourent à la désindustrialisation du pays,
4 ans d'instruction pour une petite extension d'installation de stockage de produits pétroliers pour automobiles ( gazole )
pendant ce temps à Rotterdam et Anvers autorisation de construction de très grands complexes en moins d'un an et demi

cherchez l'erreur !

Industriel | 30 août 2011 à 17h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Nous avons des députés qui pondent des lois sans arret et une administration qui cherche à freiner ou mettre des PV. Cet ensemble coute très cher au dynamisme de la France. Il faut une une certaine dose ...pour vouloir être entrepreneur...
les Administrations Francaises devraient aider administrativement les entreprises et soutenir les projets créateurs de richesse bien nécessaires.

LB | 30 août 2011 à 18h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dans un pays où le ministère de l'industrie n'existe plus et où celui de l'écologie etc. est celui des écolos, rien d'étonnant à ce que l'administration DREAL ait pour objectif inavoué la fin de l'industrie. On rêve d'une administration qui aiderait les administrés!

Quant aux sites industriels "clandestins", il me semble que leur importance est largement surestimée...

Albatros | 01 septembre 2011 à 11h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Nouvelle édition du Bréviaire des Installations classées