En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Des chercheurs européens évaluent l'impact écologique et économique des espèces envahissantes

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Une étude européenne* publiée dans la revue ''Frontiers in Ecology and the Environment'', à laquelle ont participé des chercheurs de l'Institut national de recherche agronomique (Inra), évalue pour la première fois les dommages écologiques et les coûts économiques occasionnés par les espèces invasives en Europe (algues toxiques, ragondin, oie du Canada, moule zébrée, etc).

D'après le communiqué de l'Inra publié le 5 août, cette étude s'est appuyée sur le projet européen Daisie (Delivering Alien Invasive Species Inventories for Europe) lancé en 2005. Ce programme avait permis de dresser un inventaire de toutes les espèces exotiques introduites sur le continent européen depuis la découverte de l'Amérique en 1492. Sur les 10.000 espèces recensées, 1.094 (11%) auraient un impact écologique et 1.347 (13%) un impact économique.

Les vertébrés terrestres ainsi que les plantes et animaux invasifs d'eau douce semblent avoir le plus fort impact écologique. D'un autre côté, les invertébrés terrestres apparaissent les plus dommageables en termes de coût pour les cultures et les forêts, explique l'Inra.

Ainsi, parmi les espèces invasives qui occasionnent chaque année les coûts économiques les plus importants figurent une algue unicellulaire toxique en Norvège (8,2 millions d'euros), la jacinthe d'eau en Espagne (3,4 millions d'euros/an) et le ragondin en Italie (2,8 millions d'euros/an). Les vertébrés terrestres comme le ragondin ou encore le rat musqué auraient quant à eux le plus fort impact à la fois écologique et économique, et sont à l'origine de dégâts dans plus de 50 régions européennes.

L'objectif des scientifiques dans cette étude est d'aider à l'anticipation et la prévention des risques liés à l'arrivée sur le continent d'autres espèces exotiques potentiellement nuisibles.

Selon la Liste Rouge de l'Union mondiale pour la nature (UICN), les espèces exotiques envahissantes sont la troisième cause de perte de la biodiversité dans le monde.


* Référence : ''How well do we understand the impacts of alien species on ecosystem services? A pan-European, cross-taxa assessment''; Front Ecol Environ 2009; doi:10.1890/080083 Montserrat Vilà, Corina Basnou, Petr Pyšek, Melanie Josefsson, Piero Genovesi, Stephan Gollasch, Wolfgang Nentwig, Sergej Olenin, Alain Roques, David Roy, Philip E Hulme, and DAISIE partners.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager