En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un glacier patagonien étudié pour comprendre l'évolution du climat

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Alors que les carottes de glace obtenues en Antarctique permettent aujourd'hui de disposer de plus de 800.000 ans d'archives climatiques, leur seule analyse ne suffirait pas à comprendre l'histoire des interactions climatiques entre les diverses régions du monde, estime l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD).

Des forages réalisés au cours des années 90 sur six glaciers tropicaux de la Cordillère des Andes ont permis de recueillir des informations sur l'évolution du climat tropical de l'hémisphère sud. Cependant, aucune étude de ce genre n'avait encore été réalisée aux moyennes latitudes, souligne l'IRD.

Dans ce contexte, une mission menée en 2005 par une équipe de l'IRD et ses partenaires sur le glacier du San Valentin, en Patagonie chilienne, a permis de mettre en évidence l'alternance des influences antarctique et pacifique sur le climat austral du continent américain. Une première carotte courte de 16 m avait été extraite afin de vérifier le potentiel de ce site comme archive du climat. Situé à l'interface entre les tropiques et le pôle sud, ce forage réalisé à cette latitude constituerait le maillon qui manque encore à la chaîne de connaissance de la documentation glaciaire du climat de l'hémisphère sud, indique l'IRD.

Une deuxième mission de forage a ainsi été menée en 2007 sur le San Valentin permettant à la même équipe de forer le glacier sur toute son épaisseur et d'extraire une deuxième carotte de 122 mètres de long. Les scientifiques estiment d'ores et déjà pouvoir recueillir plusieurs milliers d'années d'archives climatiques. Selon les chercheurs, en recoupant les informations contenues dans ce carottage avec celles déjà obtenues pour les glaciers situés plus au nord, sur la Cordillère, il serait possible de retracer l'évolution du climat dans tout l'hémisphère sud au cours des derniers milliers d'années et ainsi mieux anticiper ses réactions aux variations climatiques globales.

Ces recherches, financées par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR), ont été menées en partenariat avec le Centre d'études scientifiques de Valdivia (CECS), le Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement (LSCE) de Gif-sur-Yvette, le Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l'Environnement (LGGE) de Grenoble et le Laboratoire des Mécanismes et Transferts en Géologie (LMTG) de Toulouse.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager