En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

399 catastrophes naturelles en 2007, les inondations en augmentation

Gouvernance  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
L'année 2007 a connu une forte augmentation du nombre d'inondations dans le monde, avec plus de 164 millions de personnes touchées (en particulier en Chine aux mois de juin et juillet derniers), a indiqué le 18 janvier la Stratégie internationale de prévention des catastrophes (ISDR), agence de l'ONU, qui rappelle la nécessité d'investir dans les mesures de prévention.

Huit des 10 pays qui comptent le nombre le plus important de victimes de catastrophes en 2007 se trouvent en Asie, avec 4.234 personnes tuées au Bangladesh par le cyclone Sidr en novembre, a précisé l'ISDR, à l'occasion d'une conférence de presse afin de présenter les derniers chiffres du Centre pour la recherche sur l'épidémiologie des désastres (CRED), qui collabore avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Avec 399 catastrophes enregistrées, l'année 2007 a connu une légère augmentation par rapport à la moyenne de 394 enregistrée sur la période 2000-2006, a souligné l'ISDR. 197 millions de personnes ont été touchées par des catastrophes, dont plus de 164 l'ont été par des inondations.

L'ISDR souligne également que les catastrophes ont eu un impact économique important dans les pays développés, notamment au Japon (12.5 milliards de dollars pour le tremblement de terre de juillet), en Europe (10 milliards pour la tempête Kyrill) et aux États-Unis. Au total, les pertes s'élèveraient à 62.5 milliards, les catastrophes ayant frappé des biens de valeur élevée.

Ces chiffres nous rappellent ce qui aurait pu être sauvé si nous avions investi davantage dans des mesures de prévention des catastrophes, a déclaré Salvano Briceño, le directeur de l'ISDR. Il a aussi affirmé que si les coûts financiers des catastrophes dans les zones plus pauvres étaient moindres, le coût social pouvait être beaucoup plus élevé à long-terme. Les plus pauvres n'ont pas de ''filets de sécurité'', il faut donc accroître la capacité de récupération des plus vulnérables, a-t-il ajouté.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…