En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La fonte de la calotte du Groenland pourrait conduire à une montée du niveau de la mer de 7 mètres

Selon une étude, la calotte du Groenland avait perdu plusieurs centaines de mètres sous l'effet du réchauffement il y a environ 8.000 ans. Aujourd'hui, elle pourrait fondre plus vite que prévu et conduire à une élévation du niveau de la mer de 7 m.

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
   
La fonte de la calotte du Groenland pourrait conduire à une montée du niveau de la mer de 7 mètres
Une section de carotte est ramenée à la surface lors du forage 100 m.
© CNRS/ FAIN Xavier
   
La calotte glaciaire du Groenland a réagi plus rapidement au changement climatique au cours des 10.000 dernières années, qu'estimé précédemment, selon une étude publiée le 17 septembre par une équipe internationale de glaciologues dont ceux du Laboratoire français de glaciologie et de géophysique de l'environnement (LGGE).

Rappelons que déjà les paléoclimatologues français du Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement, qui ont analysé les carottes du forage profond NorthGRIP au Groenland, avaient révélé en juin 2008 dans la revue ''Science'' que le premier réchauffement rapide se serait produit il y a 14.700 ans, lorsque la température du Groenland a augmenté de plus de 10°C. Ils avaient également souligné qu'il y a 12.900 ans, un retour à des conditions glaciaires s'était traduit par des températures extrêmement froides, avant un réchauffement final, il y a 11.700 ans, marquant la fin de la dernière glaciation.

Selon l'équipe de glaciologues qui publie cette fois dans la revue ''Nature'', la calotte glaciaire du Groenland a été confrontée à un réchauffement il y a entre 9.000 et 6.000 ans. Les chercheurs ont ainsi analysé des carottes prélevées dans la calotte de glace principale du Groenland, mais aussi au sein de deux petites calottes situées sur la côte. A partir des gaz emprisonnés dans ces prélèvements, les chercheurs ont pu reconstituer l'histoire du climat et des altitudes de surface de la calotte depuis 11.000 ans.

Leur étude montre qu'entre - 7 000 et - 10 000 ans, le Groenland a connu une température maximale supérieure d'environ 2°C à la température actuelle. Ces conditions chaudes étaient accompagnées d'une diminution de l'altitude de surface des régions côtières de la calotte de 200 à 600 mètres pour les sites étudiés.

Forts de ces constatations, les chercheurs estiment qu'une hausse de température de quelques degrés Celsius au Groenland pourrait entraîner au cours de ce siècle une perte de la masse de la calotte glaciaire plus importante que prévue. La fonte en totalité de cette calotte pourrait conduire à une élévation d'environ sept mètres du niveau de la mer, menaçant de nombreuses populations côtières et des Etats insulaires.

Vitesse record d'écoulement du glacier Kangerdlugssuaq

Sur le terrain, une fonte des glaciers de l'Est du Groenland semble s'accélérer, selon l'expédition scientifique menée par Greenpeace au Groenland depuis le 28 juin à bord de l'Arctic Sunrise. La vitesse d'écoulement du glacier Kangerdlugssuaq serait des plus alarmantes atteignant 38 mètres par jour ou 14 km par an. Le glacier de Kangerdlugssuaq est probablement le plus rapide du monde, a souligné le 18 septembre le climatologue Gordon Hamilton du Climate Change Institute de l'université du Maine (Etats-Unis), membre de l'expédition. Sa vitesse d'écoulement a quasiment triplé entre 2004 et 2005, passant de 5 km à 14 km par an, avant de se stabiliser à ce dernier niveau depuis cette date selon Greenpeace.

L'allure à laquelle il charrie d'énormes quantités de glace sous forme d'icebergs provenant du cœur du Groenland est donc trois fois supérieure à celle d'il y a quelques années. Les conséquences se font sentir à la fois sur le volume total de la calotte glaciaire du Groenland et sur le niveau global de la montée des océans, a indiqué Gordon Hamilton. Pour le Dr Fiamma Straneo de l'Institut océanographique de Woods Hole (États-Unis), l'afflux de courants chauds dans les fjords du Groenland serait l'un des facteurs à l'origine de ces bouleversements.

Rappelons que selon le quatrième rapport du Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC) qui prévoit, selon les scénarii, une hausse de température moyenne de 1,8 à 4 degrés, pouvant aller jusqu'à 6,4 degrés par rapport à 1990, l'accélération de la fonte de glaciers pourrait contribuer à une élévation du niveau moyen de la mer pouvant atteindre entre 18 et 59 centimètres d'ici 2100.

Alors que s'ouvre le 22 septembre le sommet des Nations Unies sur le climat à New York, Greenpeace appelle les dirigeants politiques à prendre leurs responsabilités pour permettre la signature d'un accord historique pour stopper les changements climatiques. C'est à leur tour de prendre la mesure du défi. Si nous ne pouvons pas changer la science, nous pouvons changer les politiques, a déclaré Karine Gavand, chargée de campagne climat à Greenpeace France, à cent jours de la conférence internationale de Copenhague (Danemark) qui doit aboutir à un nouveau traité post-Kyoto.


Références : Holocene thinning of the Greenland ice sheet, Vinther B. M., Buchardt S. L., Clausen H. B., Dahl-Jensen D., Johnsen S. J., Fisher D. A., Koerner R. M., Raynaud D., Lipenkov V., Andersen K. K., Blunier T., Rasmussen S. O., Steffensen J. P., Svensson, A. M. Paru dans ''Nature'' le 17 septembre 2009.

Réactions7 réactions à cet article

 
Je crains les futurologues et les prévisionnistes

Voici une nouvelle étude qui nous prédit une hausse du niveau des mers de 7 m "au cours de ce siècle".
Les études précédentes prévoyaient "entre 18 et 59 centimètres".
Serait-il possible de faire un petit catalogue des diverses prévisions de tous ces scientifiques, avec comparatif des valeurs qu'ils annoncent.
Sans remettre en cause le principe du réchauffement climatique, je trouve que ces chiffrages sont parfois un peu téméraires.
Ce qui est quasi certain, c'est que la diversité des valeurs annoncées permettra à l'un, au moins des prévisionnistes de proclamer que la science avait raison et on oubliera vite que d'autres scientifiques tout ausi honorables avaient donné des valeurs diverses, variées et erronnées.
Seul l'avenir dira qui avait raison.

Dominique43 | 23 septembre 2009 à 08h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
un peu de bon sens

En l'an mille a Strasbourg, au mois de janvier, c'était la saison de cueillette des fraises. Le rechauffement climatique est absolument naturel, (peut etre accentué par les activités anthropiques). L'homme essai toujours de lutter contre la nature dans le but d'améliorer son cadre de vie, mais la c'est pour enrichir les lobby "vert" a la mode. Et oui c'est le pognon qui oriente les politiques

tony24 | 24 septembre 2009 à 08h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 
réagirons-nous un jour pour de bon?

Il y a déjà longtemps qu'on en parle mais personne ne prend ce genre d'info au sérieux, à croire que la peur rend aveugle, sourd et idiot. Si on présentait aux français la carte de France après une montée des eaux de quelques mètres... réagiraient-ils ou se contenteraient-ils de dire qu'on est fou, comme d'habitude?

maitou | 24 septembre 2009 à 10h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Mais la couche de glace augmente en Antarctique...

Selon certaines rumeurs, la fonte des glaces au Nord est compensée par l'accroissement de la couche de glace au Sud. Qui croire ?

Prof | 24 septembre 2009 à 22h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:un peu de bon sens

C'est à cause de genre de réactions complètement déconnecté de la réalité, que lon est dans cette situation... à bon entendeur...

fish08 | 29 septembre 2009 à 21h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La Terre se retourne sur elle même... Tout simplement... disent les peuples dit indigènes...

fille du soleil | 26 juillet 2012 à 20h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

réveillez vous de la glace dans leau qui font n'augmente pas le niveau de l'eau seul les glacier qui fonde peuvent ajouté de l'eau et ainsi faire monter le niveau des mer

le véritable probleme est un changement magnétique et energétique dasn la zone d'espace ou se trouve le system solaire les changement météo se sont vérifier sur chaqu'une des planete don la terre avec les modification magnétosphérique ce qui influ sur le gulfstream et autre.. bref chercher l'info par vous meme et ne croyer pas la tele !

anon | 13 août 2012 à 09h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager