En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

LGV au sud de Bordeaux : quid du renforcement du dialogue environnemental ?

Transport  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com

Le secrétaire d'Etat chargé des transports Alain Vidalies a annoncé samedi 26 septembre que le Gouvernement validait la construction des deux LGV prévues au sud de Bordeaux. La création de ces lignes nouvelles s'inscrit dans le cadre du grand projet ferroviaire du Sud-ouest (GPSO) qui, selon le dossier, est considéré comme "un enjeu stratégique pour améliorer l'accessibilité et l'attractivité des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées".

Pourtant, après une enquête publique de plusieurs mois menée entre octobre et décembre 2014, la majorité des membres de la commission d'enquête avaient émis un avis défavorable à la déclaration d'utilité publique (DUP). Autrement dit, le rapport coût/bénéfices du projet n'est pas favorable. La commission parlait "d'infrastructure lourde pour un service non garanti", de "retombées économiques mitigées" et d'une "acceptabilité sociale faible".

Le Gouvernement a donc passé outre. L'association Agir pour l'Environnement a décidé de claquer la porte de la commission nationale sur la démocratie participative qui promettait un dialogue environnemental renforcé autour des projets d'infrastructures. Pour Stéphen Kerckhove, délégué général, "le gouvernement a une nouvelle fois fait la démonstration que les outils démocratiques n'étaient institués que pour simuler une gouvernance aussi inutile que les grands projets qu'elle permet d'imposer. Le gouvernement prend, par cette décision, une lourde responsabilité et ne pourra qu'être comptable des oppositions qui ne manqueront pas de naître prochainement !"

Les 327 km de lignes prévues doivent relier Bordeaux (33) à Toulouse (31) pour le premier tronçon et Bordeaux à Dax (64) pour le second tronçon dans la perspective d'une liaison avec l'Espagne. Ces deux liaisons font partie des secondes priorités (projets à réaliser après 2030) établies par l'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault sur la base des recommandations de la mission Mobilité 21.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager