En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Oiseaux mazoutés : la LPO porte plainte contre X pour pollution

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

La Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) a recensé plus de 30.000 oiseaux échoués sur les plages du littoral atlantique depuis fin janvier dont "15% ont été retrouvés mazoutés", a alerté l'association le 13 mars.

Plusieurs communes du littoral atlantique frappées par les tempêtes de cet hiver, ont été touchées par des arrivages de boulettes d'hydrocarbures début février. Elles avaient soupçonné un dégazage commis par un ou des pétroliers au large.

Fin février, le centre chargé d'analyser ces boulettes a assuré à l'AFP ne pas être en mesure de préciser leur origine exacte. "Le produit qui a été récupéré ressemble beaucoup à un fioul lourd", a confirmé Gilbert Le Lann, directeur du Centre de documentation, de recherche et d'expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux (Cedre), écartant l'hypothèse d'un dégazage sauvage. "On pense que ce n'est pas un dégazage au sens où on l'entend habituellement, maintenant, la source, on ne l'a pas identifiée", a-t-il ajouté, expliquant que, pour cela, il faudrait disposer d'un échantillon "prélevé au point de largage". Une enquête judiciaire est actuellement en cours.

La LPO a décidé de porter plainte contre X auprès du tribunal de Brest, "bien décidée à ce que la source de la pollution marine soit identifiée".

"Le Cedre a analysé ce pétrole et il en ressort qu'il porte la même signature chimique, qu'il soit récupéré en Charente-Maritime ou en Bretagne. Pour l'heure (…), les analyses montrent que les échantillons étudiés ne correspondent à aucune pollution ayant affecté la zone au cours des dernières années : Erika, Prestige et TK Bremen", indique l'association.

Le Macareux moine représente entre 60 et 65% des oiseaux échoués (soit 18.500 macareux) et le Guillemot de Troïl environ 25% (8.000 guillemots), précise la LPO. Un bilan qui reste "encore et toujours provisoire", prévient-elle.

Réactions1 réaction à cet article

 

La LPO a raison mais les pollueurs n'en ont cure.

Maryvonne | 17 mars 2014 à 18h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager