En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les véhicules électriques et hybrides plus économiques à l'usage que les thermiques, selon l'UFC-Que Choisir

Transport  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

"Malgré un prix d'achat élevé, les véhicules propres peuvent être intéressants pour les consommateurs si on prend en compte l'ensemble des coûts liés à la détention du véhicule", assure l'UFC-Que Choisir dans son étude comparative sur les coûts globaux des voitures électriques et hybrides. Selon l'association, l'efficacité énergétique et l'entretien allégé font que ces véhicules pourraient être plus compétitifs à l'usage qu'une voiture diesel ou essence. "Actuellement, et jusqu'en 2025 selon notre analyse prospective, ce gain à l'usage est en partie contrebalancé par un prix d'acquisition plus élevé, atténué toutefois par l'actuel bonus de 6.000 euros", précise-t-elle.

D'ici là, l'association montre toutefois qu'après quatre ans d'utilisation, les voitures électriques neuves sont en moyenne, grâce au bonus, plus économiques qu'un moteur thermique (le coût de détention est inférieur de 3,4 % sur une berline moyenne).

Sur le marché de l'occasion, leur dévaluation les rend plus compétitives concernant leur coût de propriété. Ainsi pour une première main, la dépréciation représente environ 52 % du coût total de détention pour un véhicule essence et 69 % pour un véhicule électrique. Pour la seconde main, elle ne représente plus que 20,5 % pour l'essence et 39 % pour l'électrique.

Par rapport à des véhicules diesels, l'écart du coût s'accentue en faveur des voitures électriques de seconde main. Sur une berline moyenne, le véhicule électrique a un coût de détention inférieur de 28% (11% pour l'hybride rechargeable) par rapport à un diesel en seconde main et de 37 % (21% pour l'hybride rechargeable) en troisième main.

Réactions1 réaction à cet article

 

Roulant en voiture électrique et hybride électrique rechargeable (utilisation différenciée suivant les besoins) , je suis surpris d'un tel niveau d'étude de la part de UFC-QUE Choisir :
en effet une batterie ne tiendra pas la distance au delà de 8 ans et donc la 2° ou 3° main devra la changer et pour l'instant les couts sont supérieurs à 10 000€ , annulant de ce fait totalement la prime de départ ...
donc le cout devrait intégrer ou éliminer la prime.
Un autre point non intégré est celui du Kwh qui peut parfois dépasser les 14 € les 100 km sur une borne public de recharge, bien au-dessus de celui des 8 à 10 €/ 100km pour les voitures thermiques. Par contre avec une utilisation locale et une recharge en autoconsommation , le cout d'exploitation chute fortement .

il y a un peu tromperie pour le consommateur,
l'étude ADEME était plus sérieuse

Adri21 | 15 octobre 2018 à 18h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…