Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Logistique durable : le gouvernement annonce le lancement d'un appel à projets

Une série de 13 nouvelles mesures visant le secteur de la logistique ont été actées au dernier Cilog. Un appel à projets et des travaux sur la logistique urbaine devraient favoriser la transition écologique du secteur.

Transport  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com

Ce jeudi 21 octobre, à l'occasion du deuxième Comité interministériel de la logistique (Cilog), la ministre de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, et le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebarri, ont annoncé le lancement d'un nouvel appel à projets et présenté treize nouvelles mesures destinées au secteur de la logistique. « Le secteur logistique n'est pas seulement indispensable à notre économie, il est indispensable à nos vies. Sa décarbonation doit devenir une réalité, déclare le ministre des Transports dans un communiqué. Nous nous donnons les moyens de la concrétiser : avec la Stratégie nationale pour le fret ferroviaire ; avec nos investissements exceptionnels en faveur du fluvial et du verdissement du transport routier ; et avec l'appel à projets du PIA4 que nous lançons ce jour. »

La transition par l'innovation

Des treize mesures dévoilées par les deux ministres, deux se démarquent particulièrement en matière de transition écologique de la logistique. La première est l'ouverture de l'appel à projets « Logistique 4.0 », dans le cadre de la stratégie d'accélération « Digitalisation et décarbonation des mobilités » du quatrième Programme d'investissements d'avenir (PIA4). Doté d'une enveloppe prévisionnelle de 90 millions d'euros, il vise tous types d'entités (organismes de recherche, entreprises, collectivités) porteuses d'un projet de développement de briques technologiques, de démonstration industrielle ou « d'un système innovant dans le cadre d'un démonstrateur territorial permettant de valider la pertinence technico-économique de la solution en usage représentatif ».

Le dispositif sollicite plus précisément les projets relatifs à la digitalisation, l'automatisation et la transition écologique des chaînes logistiques. « Les projets attendus doivent accélérer le développement de solutions innovantes d'optimisation des chaînes logistiques, dont les bénéfices sont à la fois économiques et écologiques, explique le gouvernement. L'ensemble de la chaîne logistique (transport, entreposage, emballage, suivi, etc.) est considéré. » Les candidatures sont recevables jusqu'au 15 février 2022, pour un premier relevé, puis jusqu'au 15 mai suivant, pour un second.

Numériser pour décarboner ?

La seconde mesure concerne un ensemble de recommandations émises au sein d'un rapport institutionnel sur la logistique urbaine durable. Il a été remis par Anne-Marie Idrac, présidente de France Logistique, Anne-Marie Jean, vice-présidente de l'eurométropole de Strasbourg, et Jean-Jacques Balzan, adjoint au maire de Toulouse. Parmi ces recommandations, le gouvernement retient notamment l'idée de missionner le Groupement des autorités responsables de transport (Gart) au sujet de la logistique urbaine durable « au plus près des territoires », à l'aide d'un appui financier du ministère des Transports.

Ce dernier prévoit, en outre, la constitution d'un Observatoire national de la logistique urbaine ainsi que d'un groupe de travail d'évolution législative (rattaché à la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer) afin de numériser les arrêtés de circulation et la transmission de données statiques sur les aires de livraison. Enfin, le gouvernement compte également « engager des actions pour développer la formation et l'information sur la logistique urbaine afin de responsabiliser davantage les parties prenantes ». Il prévoit en cela de mobiliser le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema) pour produire des guides méthodologiques en amont de la mise en place des zones à faibles émissions (ZFE).

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager