En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Loi transition énergétique : les outils de la rénovation des bâtiments renforcés

Après de longs débats, les députés de la commission spéciale ont enrichi par amendements le projet de loi sur la transition énergétique en matière d'obligations de travaux de rénovation des logements et leur financement.

Energie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Les 69 députés de la commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi sur la transition énergétique ont adopté à l'Assemblée, dans la nuit du jeudi 25 septembre au vendredi 26 septembre, le Titre II du texte dédié à la rénovation énergétique des bâtiments, après l'avoir enrichi d'une série d'amendements.

Plus de 380 amendements ont en effet été déposés dans le cadre de ce titre. La moitié (186) ont visé l'article 5 qui prévoit d'imposer des obligations de performance énergétique pour certains travaux lourds d'isolation thermique (ravalement de façade, réfection de toiture ou de combles, aménagement de nouvelles pièces d'habitation) "sous conditions de faisabilité technique et économique", suscitant de longs débats de la commission.

Quelles obligations de performance énergétique ?

Les députés UMP ont voté contre cet article 5 "car l'impact de ces travaux sur le coût du consommateur n'est pas connu", a dénoncé leur porte-parole Julien Aubert, député du Vaucluse. L'UMP demandait "la suppression de cette obligation" dans un amendement qui a été rejeté par la commission.

Autres amendements retoqués : ceux déposés par l'ancienne ministre écologiste du Logement Cécile Duflot et par Jean-Paul Chanteguet (PS), président socialiste de la commission du développement durable à l'Assemblée, qui proposaient de "supprimer la possibilité de ne pas faire d'isolation lorsqu'il existe une disproportion entre les avantages des ces travaux et leurs inconvénients". "Les motifs de dérogation à cette obligation" seront précisés par décret, a souligné Alain Vidalies, secrétaire d'Etat aux Transports, représentant le Gouvernement.

La rapporteure du texte Sabine Buis (députée PS de l'Ardèche) a ajouté un amendement assurant que les aides publiques dédiées aux travaux d'amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants seront "maintenues lorsqu'il y a obligation de travaux". Il a été adopté par les députés. Ces derniers ont également approuvé l'amendement porté par Cécile Duflot et Denis Baupin, député écologiste de Paris, fixant l'objectif d'un parc immobilier entièrement rénové aux normes bâtiment basse consommation (BBC) à l'horizon 2050 (soit une consommation de 80 kWh/EP/m²/an). Un autre amendement déposé par la rapporteure prévoit qu'"à l'horizon 2030, tous les bâtiments privés résidentiels dont la consommation en énergie primaire est supérieure à 330 kilowattheures équivalent par mètre carré et par an doivent avoir fait l'objet d'une rénovation énergétique".

Cécile Duflot et Denis Baupin proposaient également, à l'instar de la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal le 12 septembre dernier, que les nouveaux bâtiments publics soient à "énergie positive" (Bepos) conçus pour produire en moyenne plus d'énergie qu'ils n'en consomment. L'article 4 du texte fixe une "exigence d'exemplarité énergétique" à tous les nouveaux bâtiments publics jugée "floue" par les députés écologistes. Alain Vidalies a émis un avis "défavorable" estimant que cet amendement, dans sa rédaction,"crée des charges pour l'Etat et les collectivités locales". Le Gouvernement a toutefois ajouté via un amendement la possibilité des collectivités de "bonifier leurs aides financières ou d'octroyer prioritairement ces aides aux bâtiments à énergie positive". Un autre amendement du Gouvernement, adopté par la commission, permet d'accorder, dans certains secteurs du plan local d'urbanisme (PLU), un "bonus de constructibilité" pour des projets atteignant un certain niveau de performance environnementale et pour les bâtiments à énergie positive.

Renforcer la lutte contre la précarité énergétique

Le Gouvernement a également intégré par amendement (adopté à l'unanimité) "la performance énergétique dans les critères de décence des logements". Le seuil de performance exigé sera "relevé au fur et à mesure des années par décret".

Un amendement écologiste visant à flécher une part des certificats d'économie d'énergie (CEE) (déterminée par arrêté) vers la précarité énergétique a également été voté, dans le cadre de l'article 8 du texte. "Cette part restant largement insuffisante à l'issue des deux premières périodes (des CEE), il est nécessaire de fixer une proportion (…) permettant notamment de sécuriser le financement du programme Habiter mieux conduit par l'Anah, dont le financement est d'ores et déjà insuffisant et en péril à compter de 2015", indiquent Cécile Duflot et Denis Baupin. Jean-Paul Chanteguet a vu en revanche rejeter son amendement visant à "prévoir un plan contraignant à long terme pour mettre fin à ces situations de précarité énergétique". "Sur 30 millions de logements, 4 millions sont des passoires énergétiques", a-t-il rappelé.

Quatrième période des CEE

Une quatrième période des CEE, comprise entre le 1er janvier 2018 et le 31 décembre 2020, sera dans la loi, ont approuvé les députés. Selon l'amendement déposé par Mme Buis, un arrêté ministériel sera pris et notifié aux intéressés avant le 31 mars 2017. La mise en place de la 4e période des CEE "en conformité avec les objectifs de la Directive Européenne de l'Energie (EED), dotée d'objectifs ambitieux et a minima équivalent à celui de la 3ème période, serait de nature à donner toute son ampleur à ce dispositif", a expliqué la rapporteure.

Tiers-financement

Les députés ont également voté à l'unanimité la création d'un fonds de garantie pour la rénovation énergétique afin d'aider au financement des travaux. Ce fonds sera alimenté par les CEE et les fonds propres de la Caisse des dépôts, a précisé Alain Vidalies. Il "va permettre de faire distribuer par les banques des nouveaux prêts moins coûteux pour les ménages", selon Ségolène Royal.

Après de vifs débats, les députés ont aussi approuvé l'amendement, porté par Sabine Buis et Jean-Paul Chanteguet, qui permet "aux entreprises publiques locales (EPL) de tiers-financement de ne pas être soumises aux conditions d'agrément des établissements de crédit et des sociétés de financement ". Le projet de loi prévoit des sociétés régionales de tiers-financement qui avanceront le coût des travaux de rénovation aux particuliers et se rémunèreront ensuite sur les économies d'énergie réalisées. L'agrément bancaire des sociétés de tiers-financement doit être tranché par un groupe de travail mis en place lors la conférence bancaire et financière pour la transition énergétique fin juin dernier.

Cet amendement renvoie à "un décret le régime prudentiel applicable à ces sociétés, qui pourra donc être simplifié et allégé, compte tenu de leur objet limité". Critiqué par Cécile Duflot, il permet à ces sociétés "de se financer par des ressources empruntées aux établissements de crédit ou sociétés de financement, ou par tout autre moyen". "Le fait de faire bénéficier les collectivités d'une exception sous conditions au monopole bancaire n'enlève en rien la possibilité pour ces dernières de conclure des contrats de partenariat avec les banques", estime M. Chanteguet. Selon l'amendement, ces sociétés de tiers-financement "seront néanmoins soumises à la supervision de l'Autorité de contrôle prudentiel dans leur activité de crédit".

Réactions6 réactions à cet article

 

Encore faudarit il disposer des entreprises homolguées conditionnalité en nombre suffisant!!

La qualité n'est pas la question du jour!!

mesquin | 29 septembre 2014 à 10h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Si on pouvait commencer par rénover l'hôtel de Roquelaure, où trône la Mère supérieure Royal? J'ai souvenir de réunions du DNTE dans une salle de cet auguste palais, en février ou mars, avec des fenêtres à simple vitrage, des portes-fenêtres au bas desquelles il y a un jour de 3 cm et des radiateurs bouillants...
Autre exemple, ches Mme l'Ambassadrice du climat Tubiana, à Sciences-Po, un débat de l'IDDRI sur le réchauffement (j'aurais aimé savoir le bilan carbone des invités des USA, d'Australie, etc. tous bien verts et bien "citoyens"...), en hiver, avec des fenêtres grandes ouvertes au-dessus de radiateurs bouillants.
Avant d'écrire n'importe quoi, si on faisait un petit peu de ménage dans les locaux institutionnels (surtout dans les hauts-lieux de la bien-pensance écolo-verdâtre)?

Albatros | 30 septembre 2014 à 09h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Inutile de rentrer dans les détails à ce stade de l'avancement du projet de loi.
Le suil critique est le financement.
Quand on est riche plutôt que de dépenser il vaut mieux investir.
Quand on est pauvre il reste les bijoux de famille, mais on ne les vend qu'une fois ou au clou! Alors il vaut mieux réflechir pour quel(s) projet(s). Les ressources ne sont pas illimitées!
Si on peut en croire l'état actuel de nos finances Nationale , nous serions dans ce cas...
Réflexion 1: faut-il continuer à limiter le crédit pour encadrer l'inflation?
Réflexion 2: Investir dans la protection des ressources et de notre niche écologique terrestre (limitée à la biosphère) devrait être considéré comme extrèmement valorisable en terme financier. Donc non générateur d'inflation.
Et non pas considérer la Nature comme une ressource illimitée...et sans valeur !
Réflexion 3 : suivant le raisonnement précédent ; décroitre devrait permettre de s'enrichir!!!.

jack GEPY | 30 septembre 2014 à 12h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je réagis à cette information concernant la quatrième période des CEE "Selon l'amendement déposé par Mme Buis, un arrêté ministériel sera pris et notifié aux intéressés avant le 31 mars 2017. "...

Dire qu'on évoque déjà la 4 ème période alors que la période 3 a nécessité une période d'1 an de transition parce que rien n'était près, et malgré cette rallonge, et à 3 mois du début de la période 3, rien n'est encore acté... HAHA... qu'est ce qu'on est bon pour les projets à 3 ans, 30 ans... mais à 3 mois... Y a plus personne...

Tout ce que nos élus ont réussit à faire c'est de mettre des barrières à l'entrée, en créant les conditions d'un oligopole du dispositif des CEE (4-5 acteurs seront actifs au lieu de 33 aujourd'hui) avec les conséquences qu'on connait pour les consommateurs bénéficiaires. 2 de ces acteurs ont dépassé les 40 M€ de CA en 2 périodes...

nehbil | 01 octobre 2014 à 10h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La rénovation thermique des bâtiments devrait être LE gros chantier du début de XXIè siècle avec l'autonomisation des chaines de production agro-alimentaire à une échelle régionale.
Si on ne rénove pas thermiquement les bâtiments : que va-il se passer. De plus en plus de gens ne pourront chauffer leur bâtiments (hausse de la précarité énergétique), ce qui conduira inexorablement à une dégradation du bâti liée à l'augmentation de l'humidité et à une hausse massive des problèmes de santé publique qui finiront par toucher toute la population.
Que manque-t-il pour rénover ? De l'argent pour payer les matériaux et de la main d'oeuvre qualifiée pour effectuer le travail.
En France, nous avons 20 millions de logements à rénover (pour atteindre les standards du BBC) et 5 millions de chômeurs (si on tient compte de tous les contrats précaires). Qu'est-ce qu'on attend pour mettre en place des dispositifs qui permettent de faire en sorte que ces chômeurs puissent enfin trouver un programme dans lequel il retrouveront leur dignité (plutôt) que de vivre des miettes que le système veut bien (encore) leur laisser. Au lieu de ça, on surajoute des dispositfs (carnet de suivi, à quoi ça sert on sait qu'on part de très loin ; ou mécanisme financier : on va encore payer de gens qui ne servent à rien) ; mécanismes qui alourdissent inutilement le projet et vont encore freiner le rythme des rénovations.

geronimo | 13 octobre 2014 à 09h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

....suite)
Il y aurait des solutions très efficaces pour forcer les propriétaires bailleurs à isoler leur logement. Il n'est pas rare de voir des propriétaires bailleurs louer plusieurs logements (4, 5 voire 10 logements). Pour des raisons de rentabilité et parce que ce ne sont pas eux qui payent les factures de chauffage (80% de la facture énergétique du logement), ils louent des biens souvent très médiocres sur le plan énergétique (catégorie D voire au delà). Ces personnes devraient être obliger (ou fortement inciter, car en France on n'aime pas les mesures jugées trop dictatoriale) de vendre le nombre de logement qu'il faut (1 ou 2 en moyenne s'ils en ont dix) pour financer la rénovation du reste. Cela assainirait de manière notable le marché immobilier avec un mise de logement massive sur le marché (cf la bulle immobilière des 12 dernières année avec une augmentation moyenne des prix de 140%).
Il ne faut pas oublier que c'est par l'inaction qu'on arrive à des blocages sur des sujets aussi graves (50% de propriétaires bailleurs en France).
Il y a tout un travail qui a été effectué par de nombreuses instances sur l'obligation de rénovation (cf : http://www.cler.org/Obligation-de-renovation). Je ne sais pas si beaucoup de politiques ont lu ce rapport mais ils ferait bien de s'en inspirer plutôt que nous ressortir des mesurettes et affronter les vrais problèmes en face.

Geronimo | 13 octobre 2014 à 10h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager