En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

LGV Lyon-Turin : Jean-Marc Ayrault signe la déclaration d'utilité publique

Transport  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Hasard du calendrier ? Le lendemain de l'annonce de la création d'une contribution climat-énergie, par laquelle le couple exécutif donnait des gages à ses partenaires écologistes, le Premier ministre signait le décret déclarant d'utilité publique et urgents les travaux nécessaires à la réalisation de l'itinéraire d'accès au tunnel Lyon-Turin. Le texte est paru hier au Journal officiel.

Cet itinéraire est situé entre Colombier Saugnieu (Rhône) et Chambéry (Savoie), avec des aménagements localisés à Montmélian et Francin (Savoie), d'une part, et entre Avressieux (Savoie) et Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie), d'autre part. Les expropriations nécessaires devront être réalisées dans un délai de quinze ans. Le texte prévoit que le maître d'ouvrage devra, s'il y a lieu, remédier aux dommages causés aux exploitations agricoles dans les conditions prévues par le Code rural.

Pour la Coordination des opposants au Lyon-Turin, ce décret est "un mauvais coup porté à la démocratie et aux finances publiques, au moment où l'on sait que ce projet est inutile, que rien ne le justifie, que le déficit public est toujours plus important, comme les efforts demandés aux contribuables".

François Hollande et Mario Monti, alors président du Conseil italien, avaient confirmé en décembre dernier la liaison ferroviaire à grande vitesse (LGV) Lyon-Turin. Cette liaison, combinant fret et trafic voyageurs, via un tunnel transalpin de 57 km, vise un temps de trajet Paris-Milan de 4 heures, contre 7 heures aujourd'hui. Son entrée en service est prévue en 2028-2029.

Réactions2 réactions à cet article

 

L'inutilité publique de ce projet pharaonique est attestée quotidiennement par la réalité des chiffres du trafic routier des poids lourds.
Viser un temps de trajet Paris-Milan de 4 heures, contre 7 heures aujourd'hui justifie-t-il un engagement financier de 26 (ou plus?) milliards d'euros, que la cours des comptes à déjà condamné?
Les camions continuent de circuler sur les routes des Alpes du nord faisant encourir aux riverains des risques AVÉRÉS d'apparition de cancer du poumon (communiqué du Centre International de Recherche sur le Cancer/Organisation Mondiale de la Santé).
Les camions sur les trains c'est TOUT DE SUITE car la ligne existe et peut tous les transporter.
Les responsables qui repoussent ce transfert des camions à l'horizon 2028-2029 et ne mettent pas tout en œuvre pour le faire IMMÉDIATEMENT mettent sciemment en danger la vie des populations.

gérardP | 26 août 2013 à 23h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cette' déclaration d'utilité publique est infondée, totalement fausse !!! Un aéroport n'a jamais été d'utilité publique ! Rien n'y est gratuit pour le public , que l'accompagnement des passagers, qui paieront très chers leurs voyages, s'ils en ont les moyens , et avec la crise, les passagers risquent d'être très rares ... C'est donc un aéroport qui ne servira à rien, ou à pas grand monde.... Mais, par contre, il coûtera très cher à toute la collectivité, dont nous faisons tous partie ! Les terrains de cultures ou les près nourrissant les animaux, sont bien plus utiles à la collectivité !!! Il faut préserver la campagne et il serait honteux d'y construire un aéroport inutile et coûteux !!!!

Vilaine | 27 août 2013 à 18h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager