Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le Mouvement des entreprises de taille moyenne demande à déroger à l'artificialisation des sols

Aménagement  |    |  Agnès Sinaï  |  Actu-Environnement.com

Dans une tribune publiée dans Les Echos, le 12 janvier, le Mouvement des entreprises de taille intermédiaire (Meti) estime que l'impératif de réindustrialisation, réactualisé par la pandémie de Covid-19, devrait permettre de déroger « de manière permanente » à l'encadrement de l'artificialisation du territoire, qui s'imposera aux collectivités territoriales.

Les deux coprésidents du Meti, Frédéric Coirier, président de Poujoulat, et Philippe d'Ornano, président de Sisley, justifient cette revendication au motif que, « pour créer un million d'emplois, il faut 100 kilomètres carrés, soit 0,2 % de la surface nationale ».

« Nous sommes dans l'attente des textes réglementaires qui vont formaliser ce qu'est l'artificialisation, précise, au média Localtis, Damien Mathon, secrétaire général de Poujoulat, mais l'impératif de réindustrialisation devrait nous conduire à faire déroger l'industrie de cette règle qui s'imposera aux communes. »

La loi Climat et résilience, promulguée en 2021, a fixé l'objectif « zéro artificialisation nette » (ZAN) d'ici à 2050, avec une réduction de moitié du rythme d'artificialisation d'ici à 2030.

Les collectivités territoriales ont réclamé le report d'au moins un an de la date limite de réunion, actuellement fixée au 22 février 2022, de la conférence des schémas de cohérence territoriale (Scot) chargée d'élaborer leur contribution à la déclinaison de l'objectif de réduction de consommation d'espaces naturels.

Réactions2 réactions à cet article

 

C'est un chantage à l'emploi inadmissible et inacceptable.

BJ50320 | 18 janvier 2022 à 10h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Oui, odieux chantage à l'emploi...
Si seulement ils considéraient la réhabilitation des dizaines de kilomètres carrés de friches industrielles ! Et quand on voit ce que trop souvent artificialisation signifie : déporter à l'extérieur des agglomérations des activités de grande superficie pour les remplacer par de l'immobilier haut de gamme (exemple criant : le plateau Paris-Saclay)...

dmg | 18 janvier 2022 à 13h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Conseil en droit de l'Environnement, Énergie et Infrastructures Cabinet Valentin Renoux - Avocat