En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nucléaire : 22 fraudes potentielles signalées à l'Autorité de sûreté

L'Autorité de sûreté nucléaire dresse un premier bilan de son plan de lutte contre les fraudes. Elle signale que 22 irrégularités lui ont été signalées en six mois via son nouveau dispositif dédié aux lanceurs d'alerte.

Risques  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Depuis fin novembre 2018, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a reçu 22 signalements d'irrégularités relatifs à la sûreté nucléaire, à la radioprotection des personnes et à la protection de l'environnement. "Certains signalements sont caractéristiques d'une fraude potentielle", explique l'ASN, précisant que "ces cas, en faible nombre, font l'objet d'investigations plus approfondies de [sa] part". Tel est le principal point qui ressort du premier bilan du plan d'action de l'ASN contre le risque de fraude publié ce lundi 13 mai.

L'Autorité précise avoir reçu sept de ces 22 signalements via le portail dédié ouvert le 21 novembre dernier. Ce portail "offre à un lanceur d'alerte un accès privilégié à l'ASN lui garantissant la confidentialité de son identité". "Les autres moyens principaux employés sont les contacts directs avec les services concernés de l'ASN (divisions régionales ou directions), pour 8 signalements, et le courrier, pour 5 signalements", détaille l'ASN. Elle précise en outre que "les rares déclarations dont l'auteur reste anonyme ont été exclusivement envoyées par courrier". Si les faits signalés relèvent de la fraude, l'Autorité les signale au procureur, en application de l'article 40 du code de procédure pénale. "Quatre signalements ont déjà été effectués", annonce-t-elle, ajoutant que "la nature exacte de ces signalements est couverte par le secret de l'instruction".

Tous les domaines nucléaires concernés

L'Autorité explique aussi que les signalements concernent les installations nucléaires de base, les activités médicales ou les organismes agréés. "Les faits signalés peuvent être d'ordre technique – comme l'emploi de matériaux inadaptés ou l'absence de réalisation de certains contrôles – ou organisationnel, tel que la réalisation d'activités (soudage, examens non destructifs, etc.) par des personnes n'ayant pas les compétences requises ou la réalisation de contrôles par des organismes internes", explique-t-elle. L'ASN évoque en particulier la "modification de résultats d'essais, [la] falsification de l'identité de la personne ayant réalisé une opération (contrôle technique, soudage, examen non-destructif, etc.), la non-réalisation de certaines opérations (remplacement de pièces par exemple ou vérifications techniques spécifiques)".

Ce nouveau dispositif fait partie du plan d'action de l'ASN contre le risque de fraude. Outre le portail dédié aux lanceurs d'alerte, ce plan comporte quatre autres volets : le renforcement des dispositions mises en œuvre par les fabricants et les exploitants, le recours à des organismes de contrôle externes, pour porter un appui à la surveillance des activités de fabrication, l'évolution des pratiques de contrôle de l'ASN, notamment en inspection, ainsi que la demande de déclaration systématique à l'ASN des cas de fraudes détectés par l'exploitant.

Focus sur les fraudes les plus courantes

L'Autorité présente aussi les prochaines étapes du déploiement de son plan d'action. Elle explique aussi avoir "réalisé des inspections pilotes qui ont permis de valider une méthode d'analyse adaptée aux scénarios de fraude les plus courants". Celle-ci "sera prochainement mise en application". A l'avenir, elle compte aussi vérifier la façon dont les exploitants nucléaires intègrent dans leur politique d'achat la prévention du risque de fraude. Elle s'est aussi rapprochée de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) et de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) pour échanger et s'inspirer de leurs pratiques d'inspection en matière de détection de la falsification de documents. Enfin, elle a engagé une réflexion sur le recours plus large à des organismes de contrôle externes et intègrera un cadre de la gendarmerie nationale pour bénéficier de son expertise.

Réactions6 réactions à cet article

 

Il sera intéressant et de bonne pratique journalistique de publier le descriptif exact et la qualification finale des fraudes effectivement reconnues comme telles, leur danger potentiel réel, pas uniquement cet effet d'annonce anxiogène.
Et on espérerait que les mêmes dispositifs soient mis en place dans les autres activités "à risque", chimie, pharmacie, grands travaux, etc. : pourquoi seul le nucléaire fait-il l'objet d'un tel rigorisme ?

dmg | 14 mai 2019 à 08h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Des fraudes dans le BTP, qui plus est dans les installations nucléaires ? Les bras m'en tombent, moi qui croyais dur comme uranium que ce secteur d'activité était propre !!!
Merci au législateur de permettre enfin aux lanceurs d'alerte, sentinelles au sein de notre société, de peut-être nous éviter des catastrophes technologiques et de mettre la main de la justice sur quelques belles fraudes (mais le procureur peut encore classer sans suite, tant c'est dans la routine dès qu'il s'agit de délits se rapportant au droit de l'environnement...)
Dire que certaines centrales nucléaires , si ce n'est toutes, fonctionnent toujours avec des défauts plus ou moins graves causés par de précédentes fraudes aux normes de sécurité...

Pégase | 14 mai 2019 à 09h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il y a toujours eu des signalements car les fraudes ont toujours existé, aujourd'hui c'est plus grave car le parc vieillissant ne supporte plus aucune approximation ni aucune faute.La construction de l'EPR a déjà donné lieu a de multiples signalements et heureusement que l'ASN est là pour rectifier le tir en étant intransigeante et insensible aux pressions de toutes sortes. Ou l'on voit que la vie humaine ne compte pas pour beaucoup pour certains sous-traitants... ce nouveau dispositif pour les lanceurs d'alerte est très bien venu, c'est une excellente idée.

gaia94 | 16 mai 2019 à 19h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Des précisions seraient utiles en effet: 22 signalements d'irrégularités dont certains caractéristiques d'une fraude potentielle.
Ce n'est pas la pétaudière que semblent craindre certains.

Albatros | 17 mai 2019 à 09h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Chers dmg et Albatros,

Pour l'instant, l'ASN n'a pas donné plus d'informations sur les potentielles fraudes. L'article reprend l'ensemble des informations disponibles.


En outre, interrogée par les parlementaires sur le sujet, l'ASN n'en a pas dit plus. Son président a juste ajouté qu'il ne savait pas si les signalements au procureur avait donné lieu à des enquête.

Bien sûr, Actu-Environnement suivra le sujet et donnera les informations disponibles.

Cordialement,

Philippe Collet | 17 mai 2019 à 14h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

De telles annonces sans possibilité d'accès au rapport détaillé pour chaque cas ne sont pas à prendre en considération.
Elles ne servent que l'intérêt de certains qui s'évertuent à alimenter des rumeurs malveillantes contre le développement d'une des rares technologies qui soit apte à lutter efficacement contre le réchauffement et le dérèglement climatique.

Quid | 22 mai 2019 à 12h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager