En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Destructions de cultures de maïs OGM sur fond de guérilla judiciaire

Des militants anti-OGM ont détruit des cultures de maïs MON 810 ce vendredi 2 mai. Ces cultures sont actuellement illégales mais ne l'étaient pas lors du semis et pourraient ne plus l'être lundi.

Agroécologie  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com
Destructions de cultures de maïs OGM sur fond de guérilla judiciaire

Des militants de Greenpeace, des Faucheurs volontaires et de la Confédération paysanne ont arraché ce vendredi 2 mai des plans de MON 810 dans un champ situé sur la commune de Saubens (Haute-Garonne). La culture de ce maïs transgénique, produit par la société américaine Monsanto, est actuellement interdite par l'arrêté du ministre de l'Agriculture du 14 mars 2014.

"Greenpeace, les Faucheurs Volontaires et la Confédération Paysanne ont alerté le ministère de l'Agriculture il y a une dizaine de jours sur cette culture OGM, en demandant sa destruction conformément à l'arrêté en vigueur. Nous sommes sans réaction de leur part pour l'instant", explique Anaïs Fourest, chargée de campagne Agriculture pour Greenpeace, pour justifier cette action.

Les ONG demandent au Gouvernement la neutralisation de ce champ OGM, ainsi qu'une enquête approfondie sur les autres cultures potentiellement existantes sur le territoire. "Cette opération vise à dénoncer la facilité avec laquelle on peut cultiver du maïs OGM malgré l'interdiction en vigueur en France : le maïs a été acheté en Espagne", ajoute Europe Ecologie Les Verts (EELV).

Acte de plantation prémédité ?

Le semis aurait toutefois eu lieu quelques jours avant la parution de l'arrêté d'interdiction, "devant huissier" selon Greenpeace qui dénonce "un acte de plantation prémédité". "S'il s'avère que ces semis sont bien OGM, la réglementation prévoit leur destruction afin d'éviter tout risque de dissémination", précisent toutefois les ministres de l'Ecologie et de l'Agriculture dans un communiqué commun, après avoir indiqué que des inspections avaient été immédiatement réalisées et que les résultats définitifs étaient attendus pour le début de la semaine.

L'Association générale des producteurs de maïs (AGPM) ainsi que d'autres organisations ont en effet déposé un recours en référé et un autre sur le fond contre l'arrêté d'interdiction du MON 810. L'audience de la procédure en référé a eu lieu devant le Conseil d'Etat ce mercredi 30 avril. Les partisans des cultures transgéniques ont déjà obtenu dans le passé l'annulation de deux arrêtés ministériels d'interdiction mais n'avaient pas obtenu satisfaction dans le cadre de la procédure d'urgence.

"Ces semis seront-ils de nature à caractériser une urgence à suspendre l'arrêté ? N'ont-ils pas été réalisés uniquement dans ce but ?", interroge l'association Inf'OGM. Pour les associations intervenues en soutien du ministère de l'Agriculture, il ne fait pas de doute que "ces semis, délibérément politiques, s'intègrent dans une stratégie judiciaire. Le but est de pousser le Conseil d'Etat à reconnaître "l'urgence à agir" et donc à annuler l'arrêté ministériel".

Décision en référé ce lundi

La Haute juridiction administrative doit rendre lundi 5 mai sa décision dans le cadre de la procédure d'urgence. En cas de suspension de l'arrêté, la culture du MON 810 pourrait redevenir légale dans l'attente de la décision au fond du Conseil d'Etat ou de l'adoption de la proposition de loi d'interdiction de la culture des maïs génétiquement modifiés votée par l'Assemblée nationale le 15 avril. Cette proposition, qui doit être débattue par le Sénat ce lundi également, vise notamment à contrer une possible annulation de l'arrêté.

"Seule une interdiction au niveau européen pourra prévenir la contamination de nos champs", estime EELV. En effet, les députés UMP ont d'ores et déjà annoncé leur volonté de déférer la loi en discussion devant le Conseil constitutionnel, la jugeant anticonstitutionelle et contraire au droit européen.

Et Greenpeace de rappeler l'engagement de la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, lors de sa conférence de presse du 26 avril dernier : "Je proposerai donc […] des améliorations au projet de directive pour offrir aux Etats membres toute la sécurité juridique nécessaire pour l'interdiction des OGM sur les territoires et pour renforcer leur évaluation environnementale".

Réactions98 réactions à cet article

 

Vous vous faites le porte-parole de GP... C'est pas glorieux.

Vous écrivez aussi : « La culture de ce maïs transgénique, produit par la société américaine Monsanto... »

Non, il n'est pas forcément produit par Monsatan.

Wackes Seppi | 02 mai 2014 à 23h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le lobby des insecticides, a encore actionné sa branche écolo.
Le seul et unique intérêt de l'agriculteur qui a semé cette variété MON810 était d'économiser sur les insecticides.
Ce manque à gagner est insoutenable pour ce lobby des insecticides qui a mobilisé son armada écolo.
Nous n'avons pas fini de bouffer ces insecticides.

VD69 | 02 mai 2014 à 23h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

S'ils autorisent la culture ou s'ils continuent à vouloir planter malgré l'interdiction ce n'est pas judiciaire qu'elle va être la guérilla.
Bravo à Greenpeace et aux autres associations pour cette action.
Qu'une carte des champs potentiellement semés en OGM soit publié pour que l'on puisse agir

lio | 03 mai 2014 à 12h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quand on parle des OGM c'est toujours pour dénoncer les mêmes choses (voir l'article).
Mais jamais on lit que des consommateurs auraient été empoisonnés en ayant consommé des produits agricoles OGM.

ami9327 | 05 mai 2014 à 03h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Est-ce que le consommateur absorbe des produits OGM? Ils sont en général destiné à l'élevage, le soja ou le maïs doux destinés à la consommation sont généralement étiqueté sans OGM.
Mais a-t-on déjà lu, de source officielle, que les pesticides étaient responsables de cancer, je ne crois pas. Contrairement à ce qu'écrit VD69 il n'y a pas d'économie de pesticides avec des OGM, c'est une vielle lune véhiculée par les scientistes comme Wackeseppi. Des fanatiques qui réfutent la réalité.
Quand on leurs en fait la démonstration, ils changent de sujet. Ils nous parlent de progrès avec des solutions du siècle passé, l'environnement ne les intéresse pas, seule leur idéologie passéiste les motive. Leur seule justification est leur utilisation par quelques millions d'agriculteurs. Manipulés par des menteurs et des VRP sans scrupules.

JFK | 05 mai 2014 à 10h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le 24 mai 2014 redescendons en masse dans les rues le crier encore plus fort ! OGM, j'en veux toujours pas, ni dans mon assiette, ni ailleurs Mr. les lobbys (FNSEA, UIPP, OGPM, ....) et politiciens UMP néolibéraux, capitalistes, oligarchiste ! Voir ci-dessous liste des villes organisatrices ! N'hésitez pas à la compléter ! Faisons le savoir au plus grand nombre !!!

Eau Pure | 05 mai 2014 à 15h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Juste une petite précision: on dit déposer un recours au fond et pas "sur le fond".

Eli | 05 mai 2014 à 15h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci JFK de nous faire part des motivations des agriculteurs prêts à payer plus cher pour une variété qui n'a pas un rendement supérieur ni une qualité supérieure reconnue par les marchés.
SVP, faites nous l'économie des centaines de millions d'agriculteurs débiles manipulés par des VRP sans scrupules.
Quant à l'économie d'insecticides de synthèse, renseignez-vous sur les consommations dans les pays autorisant les plants Bt: les consommations y ont décru de plus de moitié . Une telle diminution serait bienvenue chez nous, même si les chimistes devraient en souffrir.

VD69 | 05 mai 2014 à 16h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

24 mai 2014 ! Marche contre Monsanto et consorts oligarchiste ! Détail disponible sur les réseaux sociaux ! A faire savoir au plus grand nombre !!!

Liste des villes non exhaustives :
> Brest:
> Guingamp
> Montpellier
> Strasbourg
> Toulouse
> Paris
> ............................

Eau Pure | 05 mai 2014 à 19h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

VD69, vous croyez vraiment vous en sortir avec des affirmations aussi insensées. Vous avez le droit d'y croire ou même d'en rêver.
Mais aucun OGM n'améliore le rendement, essayez de démontrer le contraire, sachant que les gènes impliqués n'ont aucun lien avec la productivité. Quant à l'amélioration de la qualité, je serais curieux que vous m'expliquiez sur quels critères, qu'est-ce que vous appelez qualité, en quoi un maïs ou un soja OGM est il amélioré, la réponse est simple en rien. Ni le poids spécifique, ni la teneur en protéine, à part la présence de résidus de toxine il n'y a rien d'autre.

WS parlait de quelques millions, vous c'est par centaine, je ne pense pas qu'ils soient débiles, ils sont mal informé, par des types comme vous, qui inventent des propriétés inexistantes.

Insecticide de synthèse, vous faites bien de préciser, parce qu'une plante qui produit un insecticide tout au long de son cycle, fusse il organique n'est pas comptabilisé dans votre calcul, mais la réduction des volumes est essentiellement liée à la concentration des matières actives, le document publié par l'USDA démontre qu'il y a une convergence des volumes de pesticides avec ou sans OGM, ce n'est pas en faisant une économie de quelques centaines de grammes de matière active que l'on va réduire les volumes de moitié.
Laissez moi deviner, c'est l'ISAAA qui publie ces absurdités!

JFK | 05 mai 2014 à 23h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
sans rentrer dans les détails, je suis pour ma part violemment opposée à toutes les cultures transgéniques quelles qu'elles soient car je trouve TOUS les arguments visant à leur mise en place complètement bidons.
Je veux vivre dans un environnement où règne la diversité car c'est la diversité au sein des espèces qui leur permet de résister aux conséquences des différentes modifications de leur environnement. Il n'y a pas UN maïs parfait SUR LE LONG TERME. Et on ne recrée pas facilement ce qu'on a fait disparaître, surtout dans le monde du vivant. A ceux qui croient aux arguments des lobbies pour les OGM : arrêtez de rêver ! L'homme ne maîtrise pas si bien que ça le monde !

aurelie | 06 mai 2014 à 10h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cette violence dans les propos de certains est simplement consternante. Comment un organe responsable peut-il appeler à la destruction?
Merci à Actu E et à son modérateur de se ressaisir.
Ségo a dit qu'elle allait proposer un texte, pas qu'elle l'imposerait.

NB: je ne suis pas payé par Monsanto et je ne suis "violemment" contre personne.
NB2: il n'est pas idiot de réfléchir à exploiter le potentiel du vivant et s'opposer à tout systématiquement est incompréhensible. Aurélie: dites que vous êtes opposée violemment à Monsanto et allez leur casser la gueule. Assumez ensuite totalement vos actes de violence quand vous les aurez réellement commis... A moins d'un peu de réflexion, d'analyse critique et de recherches individuelles avant.
Excellent mois de mai: en Ukraine, ils ne peuvent plus mettre en culture de colza transgénique, ils n'ont pas la tête à ça. Réjouissez-vous donc de cette mise en application d'une écologie active.

Albatros | 06 mai 2014 à 10h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Typiquement le genre d'action dont je ne saurais dire si elle est à critiquer ou à applaudir.
Les OGM me mettent particulièrement mal à l'aise, tant d'un point de vue scientifique, qu'éthique ou philosophique.
L'amélioration des rendements, la diminution de l'utilisation d'intrants et toutes les promesses d'un produit miraculeux que l'on nous vend sont contestables (du moins il me semble, mais si quelqu'un a des sources indépendantes qui montrent le contraire je suis preneur).
Personnellement, je trouve assez malsain de bidouiller, si précisément que ce fût, le vivant. Les plantes, majoritairement pour le moment, puis les animaux, un peu pour l'instant et surement beaucoup à l'avenir, puis les hommes... On créé des monstres. Est-ce que c'est désirable? En tout cas, moi je n'aime pas cette idée.
Les motivations sont certainement purement économiques, mais dans un monde qui ne va que si le business va, quoi d'étonnant?

Wackes seppi : il me semble que le MON 810 est bien breveté par Monsanto...
Concernant les effets toxiques des pesticides sur la santé, il suffit de taper dans un moteur de recherche. On trouve des sources fiables (par exemple l'expertise publiée par l'Inserm en 2013 : Pesticides - Effets sur la santé). J'entends déjà les détracteurs dire que ça ne prouve rien , mais ça prouve surtout qu'il n'ont aucune expérience en épidémiologie ou évaluation de risques.

Bonne journée à tous

dischem | 06 mai 2014 à 10h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

Le modérateur que je suis fait bien son boulot de modération (veille sur la forme des messages) et non pas de censure (veille sur le fond).

Bien à vous, Le modérateur d'Actu-Environnement

Modérateur | 06 mai 2014 à 10h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Albatros s'il y avait une censure sur ce site il y a longtemps que seppi et LB ne pourrait plus poster de messages (ce qui nous ferait des vacances)
les écologistes, heureusement ne sont pas tous membres "d’Europe écologie les rouges" , le gentil écologiste baba cool qui tend l'autre joue c'est fini, devant la gravité de la situation environnementale il est nécessaire de réagir de manière plus radicale et ce type de délinquance (plantation d'ogm et autres) doit cesser.
Il faut que les lobby anti environnementaux(ogm, gaz de shit, etc) aidés par leur puissance économique et les politiques, comprennent qu'ils n'imposeront pas leur volonté aux dépens de l’intérêt général.
La démocratie doit aussi être économique .

lio | 06 mai 2014 à 11h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Albatros, c'est une habitude chez les promoteurs d'OGM de détourner les mots de leur sens, est-ce que c'est parce que vous manquez de subtilité que vous ne comprenez pas d'avantage le manque d'intérêt des OGM.
Concernant les actions sur le terrain je préférerais un recours juridique, quitte à ce qu'il soit en référé, mais permettrait aussi de condamner et d'appliquer des amendes à l'agriculteur et au négociant.

JFK | 06 mai 2014 à 12h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

JFK n'a pas répondu à ma question simple, je n'exclue pas qu'il ne l'ait pas lue. Si Lio, Aurélie et autres Dischem ont une réponse, rien ne les empêche de nous en faire profiter. Je la repose: Pourquoi les agriculteurs veulent semer du maïs MON810? Alors que cette variété est plus chère, qu'elle n'a pas un meilleur rendement que les variétés traditionnelles et que le prix de vente de ce maïs sur les marchés n'est pas supérieur.
J'ai bien une réponse, à savoir que les agriculteurs font plus d'économie sur le poste insecticide que le surcoût de la semence. Ceux qui refusent cette réponse doivent nécessairement avoir une autre réponse.

VD69v | 06 mai 2014 à 13h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il y a plusieurs sortes d'OGM: ceux qui aident l'agriculteur (variétés tolérantes aux herbicides, OGM producteurs d'insecticides ou fongicidesBIOLOGIQUES) et il y a ceux qui permettent a la plante de produire une substance qui nous est utile (le riz qui contient du carotène= vitamine A).
Dans toutes les discussions le second type d'OGM n'est jamais considéré.
Maintenant Pour ou Contre les OGM qui aident l'agriculteur? En fait c'est simple, l'agriculteur peut trés bien s'en passer et faire ALORS appel aux phytosanitaires DE SYNTHESE requis. Au niveau financier la différence ne doit pas être bien grande.
Ce qui pose en réalité un problème est le comportement des multinationales. Mais La technique OGM n'est pas obligatoirement liée a elles, elle peut provenir d'organismes a but non lucratif, ayant des objectifs humanitaires clairs.

ami9327 | 06 mai 2014 à 13h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci M. JFK de me traiter de scientiste (05 mai 2014 à 10h26) et (avec M./Mme VD69) de « fanatiques qui réfutent la réalité ». Vous êtes fort aimable.

Question fanatisme, on est servi. M. JFK a contribué – et comment – aux commentaires sur le billet « OGM : le ministère de l'Agriculture américain dresse un bilan contrasté après 15 ans de culture ». Que disait-il ? « "L'usage d'insecticide sur les plantations de maïs est passé de 235 g par hectare [...] en 1995 à 22 g par hectare [...] en 2010", rapporte le ministère. »

Moyennant quoi, hier, M. JFK a donné libre cours à son fanatisme en écrivant : «  Contrairement à ce qu'écrit VD69 il n'y a pas d'économie de pesticides avec des OGM »...

M. JFK attribue aux autres sa propre tactique. Il est question d'OGM ? M. JFK vient nous tartiner les oreilles avec une conception intégriste de l'écologie, comme si les OGM étaient par définition contraires à l'écologie.

« Ils nous parlent de progrès avec des solutions du siècle passé » ? C'est curieux ! Les OGM ont une trentaine d'années et seraient déjà du passé ? Les « solutions » de M. JFK seraient celles de l'avenir alors même qu'on les a vues à l'oeuvre dans le passé et qu'on en connaît les limites et insuffisances ?

« ... l'environnement ne les intéresse pas... » ? Non, l'environnement nous intéresse aussi... Tenez, pour les maïs Bt aux USA : «  L'usage d'insecticide sur les plantations de maïs est passé de 235 g par hectare [...] en 1995 à 22 g par hectare [...] en 2010 ».

Wackes Seppi | 06 mai 2014 à 14h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le 5 mai 2014 à 23h56, M. JFK ressort une phrase de son livre saint anti-OGM...

« Mais aucun OGM n'améliore le rendement, essayez de démontrer le contraire, sachant que les gènes impliqués n'ont aucun lien avec la productivité. »

Reprenons de ce billet précédent : « Si les semences Bt améliorent les rendements en limitant les pertes causées par certains ravageurs, les résultats des semences tolérantes aux herbicides sont "nuancés", explique le ministère. » Cela a été écrit par des gens pas vraiment enthousiastes sur les OGM, et cela n'en a que d'autant plus de valeur...

M. JFK écrit encore : « Quant à l'amélioration de la qualité, je serais curieux que vous m'expliquiez sur quels critères, qu'est-ce que vous appelez qualité, en quoi un maïs ou un soja OGM est il amélioré, la réponse est simple en rien. Ni le poids spécifique, ni la teneur en protéine, à part la présence de résidus de toxine il n'y a rien d'autre. »

Obnubilé par le maïs et le soja Bt ou HT, M. JFK... La réduction des toxines cancérigènes, reprotoxiques, cytotoxiques, etc. reléguée au rang de détail futile... Les OGM biofortifiés prêts à l'emploi comme le riz doré ou le soja 'Plenish' ou dans les tuyaux superbement ignorés...

Les agriculteurs pris pour des débiles...

La réduction de l'emploi des insecticides – dans un premier temps niée – minorée...

Wackes Seppi | 06 mai 2014 à 14h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mme Aurélie a écrit (6 mai à 10h12) :

« ...je suis pour ma part violemment opposée à toutes les cultures transgéniques quelles qu'elles soient... »

C'est une position dogmatique largement fondée sur la désinformation.

Vous devriez cesser de vous alimenter, tout au moins de manger des dérivés du blé, des pommes de terre, des tomates, etc.

Si l'on considère que les plantes transgéniques contiennent des gènes provenant d'une espèce différente de la leur, cela fait des décennies que de telles plantes sont cultivées et consommées.

Le transfert n'a certes pas été fait au moyen de méthodes de laboratoire qui permettent de « couper » le gène d'intérêt par des outils moléculaires, mais de croisements impossibles dans la nature. Notre bon blé d'aujourd'hui contient des gènes tirés de blés sauvages, du seigle, ou d'espèces comme celles du genre Aegylops. Nos bonnes tomates, des gènes d'espèces non comestibles...

« ...TOUS les arguments visant à leur mise en place complètement bidons » ? Ce sont plutôt les arguments visant à leur interdiction. Le Conseil d'État a retoqué l'avant dernier arrêté d'interdiction précisément pour cela. Il devrait le faire aussi pour l'arrêté Le Foll (j'écris « devrait » car la loi sur le point d'être promulguée introduit une complication juridique).

« Je veux vivre dans un environnement où règne la diversité... » ? Les OGM que nous connaissons ne modifient en rien la diversité de votre environnement.

(À suivre)

Wackes Seppi | 06 mai 2014 à 14h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

(Suite)

« Il n'y a pas UN maïs parfait SUR LE LONG TERME » ? Exact. C'est pour cela que les activités d'amélioration des plantes sont continues.

« Et on ne recrée pas facilement ce qu'on a fait disparaître » ? Les OGM que nous connaissons et dont on parle ne font rien disparaître

J'ai écrit ci-dessus « que nous connaissons ». Nous ne sommes qu'au début de l'ère de la transgénèse, et il n'est pas impossible que l'on mette au point une plante qui fasse disparaître entièrement un parasite ou une maladie, comme nous avons éradiqué la variole.

Si toutes les cultures de papayer du monde étaient transgéniques, le Papaya Ringspot Virus seraient vraisemblablement éteint.

Wackes Seppi | 06 mai 2014 à 14h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ni WS ni LB ne font la promotion de la violence et de la destruction... même de la langue française. Ils font de méritoires efforts pour exposer quelques arguments non-écolos et prendre la défense d'une profession outrageusement décriée ici: insultes, mépris, amalgames, menaces de destruction... (approuvées par le "modérateur" qui fait son boulot parfaitement, évidemment) sont le lot commun dans les posts dès que le terme "OGM" est présent (à se demander s'il ne s'agit pas de réactions automatiques?).

Albatros | 06 mai 2014 à 15h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

M./Mme Dischem a écrit (6 mai 2014 à 10h38) :

« L'amélioration des rendements, la diminution de l'utilisation d'intrants et toutes les promesses d'un produit miraculeux que l'on nous vend sont contestables (du moins il me semble, mais si quelqu'un a des sources indépendantes qui montrent le contraire je suis preneur). »

Cette phrase comporte deux éléments : des facteurs objectifs et un superbe homme de paille.

Des sources indépendantes sur les rendements, les intrants ? Il y en a plein. Il suffit de les chercher et de ne pas les rejeter au motif que – ne confortant pas des a priori et des fantasmes – elles sont nécessairement manipulées. 18 millions d'agriculteurs qui utilisent des plantes GM sur 175,2 millions d'hectares (plus de trois fois la superficie de la France) devraient être une caution suffisante pour l'utilité des plantes GM.

Les « promesses... » ? C'est l'argument récurrent de l'antiOGMisme primaire : les OGM ne vaudraient rien parce que les promesses n'auraient pas été tenues. Où sont les promesses (ailleurs que chez les désinformateurs anti-OGM) ? Une plante GM (ou du reste non GM) a un profil particulier avec un usage potentiel. Ça marche, ou ça ne marche pas, pour des raisons diverses et variées. Point.

Vous trouvez « assez malsain de bidouiller [...] le vivant » ? C'est une opinion, respectable. Mais ça fait près de 10.000 ans qu'on le fait.

(À suivre)

Wackes Seppi | 06 mai 2014 à 15h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

(Suite)

« On créé des monstres » ? Le maïs, patiemment créé au cours des millénaires, est un monstre. Le chou-fleur aussi. Ne parlons pas des animaux de compagnie.

« Les motivations sont certainement purement économiques, mais dans un monde qui ne va que si le business va, quoi d'étonnant? »

Oui, tout se réduit, in fine, à de l'économie. Mais, en matière d'agriculture et d'amélioration des plantes, l'économie passe par la satisfaction d'impératifs liés à l'agronomie, la technologie, l'alimentation, le commerce, etc.

Oui, il y a certainement des brevets. Mais je ne me lancerai pas dans une recherche.

Wackes Seppi | 06 mai 2014 à 15h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je pense que le/la modérateur fait bien son travail.

Il y a certes des commentaires fort déplaisants, mais c'est, d'une part, l'illustration d'une extraordinaire intolérance et, d'autre part, l'occasion de remettre certaines choses en place.

Wackes Seppi | 06 mai 2014 à 15h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'attends que vous me donniez vos sources d'information. Je pense avoir un certain sens critique et un bagage scientifique suffisant pour ne pas " les rejeter au motif que – ne confortant pas des a priori et des fantasmes – elles sont nécessairement manipulées"... Malheureusement, quand on veut essayer de faire reposer son propos sur des travaux scientifiques, dire "il y en a plein" ne suffit pas, et il faut citer les sources précisément.

Le fait que des millions d'agriculteurs utilisent les OGM ne prouve rien du tout. Si les gens ne faisaient que des choses censées, il y aurait 1 milliard de fumeurs en moins sur Terre.

Ne jouons pas sur les mots. Je doute que des agriculteurs se tournent spontanément vers des OGM sans qu'on leur promette ou garantisse des avantages. Les firmes biotechnologiques doivent bien essayer de les convaincre à un moment donné. Tout comme elle doivent essayer de convaincre le grand public et les institutions...
(au passage je ne vous permets pas de me qualifier d'antiOGMiste primaire, nous ne nous connaissons pas)

Ca fait près de 10.000 ans qu'on modifie le vivant comme le font les industries biotechnologiques? Je serais tenté de les plaindre si elles doivent encore développer leurs organismes "patiemment [...] au cours des millénaires" prochains. Malheureusement, ce ne sera pas le cas puisque les techniques qu'ils emploient n'ont rien à voir avec les méthodes traditionnelles.

Dischem | 06 mai 2014 à 18h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

WS, VD69, scientistes est le mot qui vous défini le mieux, accompagné de fanatiques. Vous avez saisi la nuance entre pesticide et insecticide, le diagramme publié par l'USDA démontrait une convergence entre OGM et non OGM. Je vous rappelle que ce vous considérer comme une référence n'est que le résultat de quelques essais, que la moyenne des rendements n'a pas évoluées depuis.
A situation comparable, le contrôle des pyrales à le même effet, par contre l'usage des semences BT est systématique tandis que l'application d'un insecticide est relative. Le chiffre de 20 grammes que vous évoquez n'a aucun sens, un simple traitement contre le taupin c'est plusieurs centaines de grammes de matière active, pour ce qui est de la technique agronomique il est clair que vous êtes totalement incompétent, ce qui explique votre approche simpliste, c'est un peu comme VD69 qui fustige la méthanisation en recommandant le compostage. Il doit aussi trouver cela moderne!

Voilà maintenant que de simple plantes OGM ont des facultés de réduction des toxines cancérigènes, reprotoxiques, cytotoxiques, etc.
Et quoi d'autre, si vous faites référence au risque induit par les mycotoxines, vous devriez quand même savoir qu'il n'y a aucun rapport avec l'usage d'un OGM, elles ont toutes un dénominateur commun qui s'appelle Fusarium, une maladie cryptogamique la Fusariose commune à toutes les espèces de céréales mais qui n'a rien à voir avec la Pyrale comme le suggère certains.

JFK | 06 mai 2014 à 21h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

VD69, il ne s'agissait pas d'une question mais d'une affirmation, sinon je confirme que le coût par ha de semence de Mais OGM est supérieur de 100 dollars, si l'on considère que dans le meilleur des cas il permet d'économiser 2 passages d'insecticide, ce n'est certainement sur ce poste que l'agriculteur fait des économies.
A noter que la différence était d'une quarantaine de dollars en 2000, 90 dollars en 2010, mais je n'ai aucune illusion sur le fait que vous puissiez comprendre l'effet d'un monopole, après tout vous ne comprenez même pas les enjeux des subventions massives à l'agriculture. C'est sans doute en écoutant des types comme vous que les agriculteurs sont devenus totalement dépendant de l'agrochimie.
Autre point, il faudrait vous accorder avec WS, lui prétend que les doses d'insecticides ont été divisées par 10, vous par 2.

JFK | 06 mai 2014 à 22h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

WS"« Ils nous parlent de progrès avec des solutions du siècle passé » ? C'est curieux ! Les OGM ont une trentaine d'années et seraient déjà du passé ? Les « solutions » de M. JFK seraient celles de l'avenir alors même qu'on les a vues à l'oeuvre dans le passé et qu'on en connaît les limites et insuffisances ?"
30 ans, en terme de progrès technologique c'est bien du passé.
Vous ne connaissez rien des limites et des insuffisances des techniques alternatives, vous le démontrez à chacune de vos interventions.
L'agronomie, la biologie, l'écologie sont des sciences tout aussi complexes que vos OGM simplistes, l'évolution des espèces, les modes de reproduction des parasites, leur cycle, ceux des auxiliaires, sont un sujet bien plus vaste que le décodage d'un génome. Vous ne comprenez rien aux enjeux mais restez rivé à vos certitudes, peut-être la nostalgie d'un ingénieur en agro-alimentaire qui se contente de répéter ce qu'il sait. Essayez plutôt de vendre des smartphones, là au moins, vous serez dans la mouvance des victimes de la consommation.

JFK | 06 mai 2014 à 22h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

M./Mme Dischem,

C'est fatiguant ces commentateurs qui balancent leurs opinions fondées sur la désinformation et des préjugés pour exiger de leurs contradicteurs qu'ils apportent les preuves de leurs dires.

Vous pouvez faire l'effort de trouver par vous-même les sources d'information «indépendantes», celles qui contredisent vos préjugés et dont vous pourrez vérifier la pertinence en exerçant votre propre jugement. Pour commencer, vous pouvez chercher la base de données «GENERA» du site Biofortified. C'est en anglais...

On ne peut pas écrire à la fois:

«L'amélioration des rendements, la diminution de l'utilisation d'intrants et toutes les promesses d'un produit miraculeux que l'on nous vend sont contestables (du moins il me semble, mais si quelqu'un a des sources indépendantes qui montrent le contraire je suis preneur)»

et

«J'attends que vous me donniez vos sources d'information. Je pense avoir un certain sens critique et un bagage scientifique suffisant pour ne pas " les rejeter au motif que – ne confortant pas des a priori et des fantasmes – elles sont nécessairement manipulées"... Malheureusement, quand on veut essayer de faire reposer son propos sur des travaux scientifiques, dire "il y en a plein" ne suffit pas, et il faut citer les sources précisément.»

Qui êtes vous? Un fainéant? Un censeur?

Si vous pensez avoir «un bagage scientifique suffisant», vous devez être capable de chercher par vous-même. Et de proposer d'autres arguments que ceux que vous déroulez.

Wackes Seppi | 06 mai 2014 à 23h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

la philosophie de Seppi on la connait, la terre appartient à l'homme et il en dispose a sa guise, on voit le résultat, il fait parti de ces apprentis sorcier qui se croient plus malin que les autres et qui prétendent pouvoir bidouiller ou plutôt breveter le vivant pour servir les intérêts de la science elle même au service des intérêts économiques de quelques un.
Résumer des milliards d'années d'évolution a un simple jeu de petit chimiste vaniteux voila ce qu'il nous propose.
Chaque plante chaque animal, chaque organisme vivant joue un rôle dans une organisation extrêmement complexe qui constitue l'équilibre naturel, l'homme l'a rompu et il veut compenser grâce à la technique.
C'est une erreur qui pourrait nous couter très cher.

lio | 07 mai 2014 à 09h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dans le film "Le monde selon Monsanto" tout est dit. Ils tenterons encore et encore de s'implanter en France (et toute l'Europe) par tous les moyens légaux ou non. Les textes de lois comme le reste ne sont que fétus de paille et ne les arrêtera pas. Les politiques ne représentent RIEN. Ce monde appartient à une poignée de salopards pour qui la vie humaine et les enjeux écologiques ne représentent RIEN. La conscience ne règne pas là où le Fric est Roi, nous le savons tous. Pourtant, nous venons tous nous épancher sur les réseaux sociaux , forts de nos opinions que nous estimons nobles et humaines. Mais très franchement combien d'entre nous sont réellement dans l'ACTION ? Pendant que nous palabrons sur le Net dans le monde entier, celui-ci vacille dangereusement.

Lia | 07 mai 2014 à 12h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Lia, la palabre c'est toujours mieux que la politique de la chaise vide, cela permet au moins d'essayer d'informer, de mobiliser. Si vous baissez les bras c'est sûr qu'ils auront gagné. Vous vous trompez, la vie humaine et l'environnement intéressent aussi ceux qui en font un business, en boycottant les produits contenant des OGM vous réduisez leur part de marché, c'est un phénomène qui commence à apparaitre aux USA.

JFK | 07 mai 2014 à 13h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les prophètes de l'ISAAA sont restés muets? C'est vrai qu'ils n'aiment pas être chahuté ou tout simplement contredit. Dommage on aurait pu développer, affiner le calcul, démontrer que leur approche technocratique révèle quelques failles. Ce sera pour une autre fois sans doute.

JFK | 07 mai 2014 à 18h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les OGM (nom INVENTÉ par Monsanto) devoivent être remplacés par plates PESTICIDES brevetées, comme le dit le professeur Gilles Éric SERALLINI. Ses études ont été balayées d'un revers de main, j'espère que ceux qui ont dénigré ses travaux seront punis. La nature fait très bien son travail, laissons la faire, elle le fait tellement bien que maintenant, pleins de champs de maïs transgéniques sont laissés à l'abandon ... par le BIENFAIT de l'amarante, par exemple, une des plantes devenue résistante au fumeux Round'up ! Vive la nature, à bas cette pseudo science des plantes pesticides.

remifasol57 | 07 mai 2014 à 18h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

M. Wackes seppi,

Ce qui est fatiguant en l’occurrence, c'est que vous écriviez des messages qui transpirent la vanité et l'agressivité. Enfin, c'est comme ça et je vais passer dessus.

J'ai parcouru les références citées sur le site dont vous parlez. Il y a en effet des études sérieuses qui vont au soutien des OGM. Je ne remets pas en cause leur valeur, et même si je n'ai lu que les résumés (oui je sais lire l'Anglais...), j'en prends note. Cependant, je n'ai pu m'empêcher de relever quelques points : 1) les articles concernent pour la grande majorité des analyses de composition ou de toxicité sur animaux par ingestion. Or, vous pouvez relire mes messages, je n'ai nulle part exprimé de doutes sur la toxicité des OGM. 2)Les études concernant les bénéfices des OGM (augmentation de rendements, diminution de l'utilisation d’intrants...) sont peu nombreuses, surtout lorsqu'on les compare aux 175 millions d'hectares d'OGM dont vous parliez précédemment. 3) Ce site ne rapporte QUE des études en faveur des OGM. Ce qui est pour le moins étonnant à la lecture de certains rapports (tels que celui de l'USDA -Genetically Engineered Crops in the United States - sorti en février dernier, qui s'il n'est clairement pas anti-OGM, se montre toutefois plus modéré sur certains aspects de la question) ou si on cherche des articles directement (on tombe sur des articles plus critiques, par exemple : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0308814613019201)

(à suivre)

dischem | 08 mai 2014 à 00h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

(Suite)

De plus, je maintiens ce que je dis : c'est à celui qui essaye de convaincre de l'utilité ou de l'innocuité de son produit de fournir les preuves de ce qu'il avance, pas l'inverse. Ce n'est pas une question d'être fénéant ou un censeur, mais c'est comme cela que ça fonctionne.

Enfin, je pense que vous éludez bien trop vite les questions éthiques et philosophiques. C'est le genre typique de sujet pour lequel ces considérations revêtent une importance capitale.

Bonne soirée, à vous et aux lecteurs de cette page.

Dischem | 08 mai 2014 à 00h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ouaa, ce fil est incroyablement long, surtout si l'on compare à celui à propos de l'interdiction définitive des Mais transgénique qui a du faire blanchir certains par ici !!

Dischem, je vous rejoins entièrement sur les points que vous soulevez : les OGM posent bien plus de questions que le seul point de la toxicité et ce n'est certainement pas celui-là qui me motive le plus dans mon opposition aux OGM. Mais rassurez-vous, les Pro-OGM ramènent toujours le débat à cette seule question de la toxicité car cela leur permet d'éluder les autres points pour lesquelles il n'y a pas d'études payées par les vendeurs d'OGM pour les soutenir !!

VD69, je constate qu'article après article, vous vous concentrez sur un même point : pourquoi les agri veulent semer les OGM ? C'est selon vous, une preuve incontestable de leur intérêt.

Plusieurs éléments de réponse :
Au sein du monde agri (et non au sein de la FNSEA...), l'usage des OGM ne fait pas consensus, loin de là. Certains sont pour, d'autres sont contre (mais pourquoi sont-ils contre, VD69 ???) et beaucoup sont dubitatifs.
Par ailleurs, depuis quand le fait de vouloir d'un produit en garanti la qualité et l'utilité ? Est-ce qu'un raccourcisseur et 2 fongicides sont utiles en période de sécheresse ? Pourtant des milliers d'agri en font tous les ans, peu importe les conditions, car les "conseillers" TC leur disent que c'est utile.

A suivre

jujuniep | 08 mai 2014 à 19h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Suite

Par ailleurs, vous êtes vous demandé pourquoi des agri continuent de mettre des produits pour lesquels il y a de plus en plus de résistance et dont l'efficacité est plus que limitée ? Pourquoi mettent-ils des doses d'engrais au delà que ce que la parcelle peut donner en rendement, quitte à réduire la marge à l'ha ?

Si vous trouvez que les gens ne répondent pas à votre question c'est tout simplement que ce n'est pas un argument valable...

Et en tout cas, cet agriculteur avait manifestement la volonté de semer en douce des OGM avant l'interdiction. Cette intention est donc condamnable et la destruction de la culture est un juste rétablissement des choses.

Et heureusement, ce genre de débats ne devraient plus avoir lieu dorénavant puisque les maïs transgéniques sont définitivement interdits en France ! Reste à en interdire l'importation...

jujuniep | 08 mai 2014 à 19h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

M./Mme Dischem,

Merci pour votre appréciation. Je suis flatté.

Je note que vous n'avez « nulle part exprimé de doutes sur la toxicité des OGM ». Je l'interprète dans un sens positif, celui de l'absence de problèmes (pour les OGM commercialisés, s'entend). Mais peut-être suis-je trompé...

Vous jugez que les études sur les bénéfices sont peu nombreuses ? Moi, je n'écarte pas d'un trait de plume les décisions individuelles prises par 18 millions d'agriculteurs cultivant 175,2 millions d'hectares de plantes GM. Ni les décisions du nombre inconnu d'agriculteurs qui en cultivent grâce à la contrebande. Ni les décisions des agriculteurs et de leurs représentants qui saisissent la justice pour faire annuler un arrêté irresponsable.

GENERA ne rapporte que des études en faveur des PGM ? C'est un début de répertoire bibliographique, pas un dépôt d'objets pseudo-scientifiques siglées « études critiques ». Je prends la liberté d'exprimer ici sans détours mon rejet de la pollution des esprits par des militants qui excipent d'un titre ronflant et abusent de leur position dans une structure de recherche.

L'article que vous avez cité est une séralinade de la frange ultra de l'anti-OGMisme. Il y a un décryptage (certes très pointilleux) sur skeptiforum. Si vous ne connaissez pas les gens de GenØk, qui ont été accusés de mensonges et de fraudes, allez chercher les écrits de Fagan.

Je n'ai à fournir aucune preuve, n'ayant à convaincre personne.

Wackes Seppi | 11 mai 2014 à 22h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

WS, c'est ce qu'on appelle une démonstration par l'absurde, des dizaines de millions d'agriculteurs n'en utilisent pas et vous n'avez n'avez toujours rien démontré. Qu'attendez-vous pour chiffrer concrètement le résultat escompté pour un agriculteur Français, j'ai essayé à plusieurs reprise avec ceux qui se prétendent agronome ou agriculteur. Toujours aucune réponse concrète, à part le fait que des millions d'agriculteurs ont choisi la solution de facilité au détriment de leur marge, subventionné pour regarder leur maïs OGM pousser en empochant des subventions pour enrichir un peu plus des firmes agrochimiques. La justification économique n'existe pas et c'est la plus facile à démontrer.
Mais pour quelqu'un qui ne cherche pas convaincre il semble que vous soyez très actif!

JFK | 12 mai 2014 à 10h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dischem, si il y a une chose dont vous pouvez être sûr c'est que ni WS, ni VD69 n'ont les compétences pour estimer la validité des résultats, la productivité d'une culture ne peut être conditionnée à la production d'une toxine BT ou à la tolérance à un herbicide total.
Les facteurs inhérents au rendement ou à la qualité de la récolte dépendent de nombreux aléas, ensoleillement, pluviométrie, température, fertilité et disponibilité des éléments fertilisants qui eux dépendent de conditions agronomiques. Sur le terrain c'est la compétence de l'agriculteur qui fait la différence, même une variété à fort potentiel ne produira en quantité ou en qualité si elle ne bénéficie pas de ces conditions, la pression parasitaire n'est qu'un facteur parmi d'autres, il se gère sans OGM.

JFK | 12 mai 2014 à 10h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

JFK dit:
Dischem, si il y a une chose dont vous pouvez être sûr c'est que ni WS, ni VD69 n'ont les compétences pour estimer la validité des résultats, la productivité d'une culture ne peut être conditionnée à la production d'une toxine BT ou à la tolérance à un herbicide total

JFK remet en cause les compétences agronomiques de ws et VD69!
LA TOTALE

vous ne connaissez pas (ou niez) la relation entre insectes foreurs et myco sur le maïs....
Vous ne savez même pas qu en agri conventionnel nous avons des normes myco a ne pas dépasser sinon on déclasse les productions en utilisation "non alimentaire" (ex:si dépassement norme myco en blé =utilisation en cartonnerie surtout pas en alimentation animal car les normes myco sur porc par exemple sont 3 fois inférieurs a l'alimentation humaine...).
Je ne voulais pas intervenir, mais les vérités à la JFK sont tout de même insuportable.
Pas de diminution des phyto grace au PGM??
Vous n'allez plus tenir long temps avec de tel betises

Les PGM augmentes les POTENTIELS DE RDT pour ceux qui savent ce qu'est un potenteil de rdt
Rien que sur coton BT ont passe de 7 a 2 traitements insecticides en MOYENNE

pour Dischem
Je travail avec agri conv et agri bio (adherent) et est vécu au burkina faso (producteur cotonBT)

Mon soutien à WS pour sa patience a rédire toujours les mêmes choses pour stoper toujours les mêmes "contre vérité" souvent basée ( c'est le gros PB) sur de simples croyances ressassées par des "croyants" integriste ou pas

yannquirigole | 12 mai 2014 à 12h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Plus je vous lis et plus je doute de vos références, la relation supposée entre mycotoxine et foreur devrait plutôt faire réfléchir un agronome aussi qualifié que yannquirigole, mais non même pas. En fait elle est évoquée par les organisations de producteur de maïs favorable aux OGM. Ils sont les seul à oser prétendre qu'un OGM BT agissant par ingestion sur les ravageurs, donc après avoir foré, serait plus efficace qu'un traitement préventif. La totale, serait plutôt que vous validiez ces propos. Ou que vous arrêtiez de faire passer pour ce que vous n'êtes pas.
Révisez les chiffres de l'USDA, il n'y a pas de réduction de pesticides entre OGM et non OGM. 7 traitements c'est ce que vous recommandez aux producteurs auxquels vous expliquez comment produire en bio, en les persuadant qu'il existe bien des méthodes alternatives, mais qu'elles ne sont pas efficaces, vous êtes un usurpateur. Et un sacré comique.

Votre esprit réducteur doit avoir du mal à assimiler toutes les nuances, faire l'économie de 2 insecticides quand le traitement s'avère nécessaire, dans le cas du maïs, ne veut pas dire qu'il y a réduction du volume de pesticides. La réalité des chiffres démontre le contraire, volume, chiffre d'affaire.

JFK | 12 mai 2014 à 14h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Si vous sortiez un peu de votre mégalomanie, puisque vous avez toujours envie de poster pour ne rien dire, si on évoquait l'aspect économique, un grand spécialiste comme vous devrait pouvoir chiffrer avec précision chaque poste, dans la culture du maïs puisque c'est le sujet de cet article, coût des semences OGM vs traditionnel, économie liée aux insecticides, à la pulvérisation, ça nous changerait un peu de vos grandes déclarations.
Le potentiel de rendement n'est pas augmenté par un OGM, vous pouvez le redéfinir à votre sauce pour tromper les paysans que vous conseillez, mais dans ce cas il faudrait faire le parallèle avec d'autres méthodes culturales qui améliorent la fertilité, réduisent la pression parasitaire... Mais c'est en dehors de vos compétences!

JFK | 12 mai 2014 à 14h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mais ou est passé le potentiel de rendement du maïs OGM des USA et du Canada.
La France (88q/ha en moyenne 2000-2002/Source FAO) arrive au 4ème rang mondial du rendement, derrière l'Italie (96), l'Espagne (95) et la Grèce (94) et suivie par les USA (85), l'Egypte (78) et le Canada (69).
"Vous n'allez plus tenir long temps avec de tel betises" s'applique surtout à vous.

JFK | 12 mai 2014 à 15h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@JFK en particulier et @quelques autres qui se reconnaîtront.
Je ne suis effectivement pas agronome mais ma culture scientifique m'a appris à me poser des questions, à remettre en cause des affirmations initiales. Le doute est la base du progrès.
J'ai appliqué ces approches scientifiques à l'Environnement depuis 1970 sur des spécialités telles que le traitements d'eaux, de déchets, de l'air, à la fois dans un cadre technologique (méthodes de traitement ) et dans un cadre plus écologique d'impacts sur l'environnement local et planétaire.
J'en retiens en particulier que les raisonnements simplistes se montrent bien souvent dangereux pour applications à ces problématiques complexes de gestion de l'Environnement. J'en retiens l'impérieuse nécessité de raisonner en comparaison d'alternatives plausibles.
Ainsi , concernant les OGM, je suis opposé aux OGM RoundUp Ready qui augmentent l'utilisation d'herbicides et suis favorables aux OGM Bt qui réduisent énormément l'épandage d'insecticides.
Si c'est cela l'approche "scientiste" fruit de la réflexion d'un autre siècle, je l'assume.
L'obscurantisme est lui une approche bien plus ancienne remontant en particulier à Galilée.

VD69 | 13 mai 2014 à 12h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

JFK
Bravo encore une foi .vous persistez et signé dans vos bêtises et insultez par dénigrement ceux qui en connaissent de toutes évidences beaucoup plus que vous !

Le dénigrement est la solution qu’il vous reste mon pauvre monsieur pour vous rassurez sur vos affirmations fausses mais rassurantes pour votre petit esprit bloqué par ses croyances impossible pour vous à remettre en cause.

Alors :
« La relation supposée entre mycotoxine et foreur devrait plutôt faire réfléchir un agronome aussi qualifié que yannquirigole, mais non même pas »

Quelque années en tant que responsable d’un service d’expérimentation (6500 micro parcelles/ans) mon permis de vérifier par moi-même ce qui était déjà connu par beaucoup (AGPM, INRA, ARVALIS, et les firmes aussi) a savoir : trois mycotoxines principales à gérer sur maïs : DON ; ZEA et la plus dangereuse (avec aflatoxine B1) les fumosines. Ces myco sont comme toutes les autres, produites par des stress biotiques des champignons fusarien.Pour ne pas avoir de myco il faut évité toutes attaques de fusariose quelqu’elles soient (il y en a plusieurs Mr JFK on est toujours d’accord là ?).
suite

yannquirigole | 13 mai 2014 à 13h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

suite
Pour toutes les fusarioses, un des facteurs de risques important de développement est les galeries laissées par les insectes foreurs qui sont des terrains privilégiés des champignon fusarien (directement sur amidon ).Pour les fumosines (les plus dangereuse avec les aflatoxines) c’est LE PREMIER facteur de risque devant le précédent (la rotation) ou le type de travail de sol…Pour DON et ZEA elle sont plus présente sur fusariose type roseum et les foreurs sont plus un Pb dans le nord de la France (humidité+foreurs=de trop dans le nord pour les roseums)

Et oui Mr je donne des leçon car je vois tout de ma fenêtre, même les firmes en savent plus que vous sur le maïs (heureusement) car il y a aussi des sensibilités variétales qui sont un des critère de choix de variétés : tolérance fusa…Elle travaillent donc ce critère dans leurs sélection.
Ah oui ils sont forcement incompétents et pro PGM et donc encore plus incompétent

suite

yannquirigole | 13 mai 2014 à 13h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

suite

Vous dites :
Révisez les chiffres de l'USDA, il n'y a pas de réduction de pesticides entre OGM et non OGM. 7 traitements c'est ce que vous recommandez aux producteurs auxquels vous expliquez comment produire en bio, en les persuadant qu'il existe bien des méthodes alternatives, mais qu'elles ne sont pas efficaces, vous êtes un usurpateur. Et un sacré comique.

Vous pouvez toujours clamer des mensonges paré de fausses références cela reste des mensonges, les PGM ont fait économiser logiquement des milliers de litre de phyto. (J’invite les autres lecteurs à lire par eux même le rapport USDA).

Je vous signale que :
En COTON BT on passe de 7 à 2 traitements insecticides en MOYENNE (cela ressemble à une baisse de 5 traitements en moyennes)
Et vous, vous me sortez de votre tête torturée :
« . 7 traitements c'est ce que vous recommandez aux producteurs auxquels vous expliquez comment produire en bio »
N’ayant cité le chiffre 7 qu’une foie (vous savez pour le coton …de 7 à 2…) je n’arrive pas a trouvé le chemin débile de votre esprits qui vous amène a connaître ma façon de travailler.

« Le potentiel de rendement n'est pas augmenté par un OGM »
Là vous avez raison, la j’aurai du dire : le potentiel en PRODUCTION des cultures GM est augmenté (par le contrôle d’un des facteurs potentiel de baisse de rdt).
Là cela vous va mieux (mais que vous faisiez la différence m’amuse)

suite

yannquirigole | 13 mai 2014 à 13h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Suite et fin

Pour le reste de vos inépties, je simplifie :

Les millions de producteurs dans le monde (175million ha) font et surtout refont et refont des PGM( depuis plus de 15ans pour certains...) pour embêter Mr JFK et faire plaisir à monsanto .Il payent plus chère leurs semences et recommence tous les ans a les achetés que pour énerver le gentil JFK et enrichire les méchantes firmes.(les méchantes firme ,elles ont eu l'idée de mettre sur le marché des produits qui allaient avoir un interet pour des acheteurs et elles osent fairent des bénéfices. ouuuuh les vilaines qui travailles pour gagner des sous houuuuuuu houuuuu.)

Aller on va vous le dire pourquoi ils rachètent tous les ans des semences GM :
1 Il gagne plus d’argent
2 Il control plus facilement les bio agresseurs de leurs cultures (insecte adventice, maladie suivant PGM) et donc il gagne plus d’argent
3 Il mettent moins de produit (qu il n’ont pas à payer) et donc gagne plus d’argent)
4Moins de travail avec meilleurs résultats (plus d'argent)
5Moins d’exposition phyto a risques (en exemple:5 traitement insecticdes en moins sur coton avec pulvé à dos dans rang espacé de 1 mètre ….vous imaginez un peu)
6...
7...
8….
25mieux pour l’environnement .

Les pauvres agri en Inde:Ils n'ont pas le choix pour leurs semences.Ils se sont battu sur le port a l'arrivée de semence car il n'y en avait pas pour tous le monde...Certain on du ce contenter des semences traditionnelles avec plus de travail et resultat moins sure!

yannquirigole | 13 mai 2014 à 13h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo le génie, il vous a fallu 3 paragraphes pour expliquer ce que je résume en une phrase, la croyance c'est la votre, celle qui prétend à des bénéfices pour les agriculteurs, mais vous pourriez peut-être en faire la démonstration chiffrée. Encore un essai!
Comment pouvez vous vraiment espérer convaincre, vous faites allusion à des techniques que vous dénigrez, vous écrivez des commentaires qui corroborent ce que j'écris en prétendant que je mens, merci à la documentation Arvalis, qui ne cite pas les OGM comme une solution, vous revendiquez des multitudes d'expériences qui se résument en fait à valider les essais des firmes agrochimiques. Vous vous impressionnez vous même!

Le dénigrement c'est votre spécialité, y compris et surtout envers des spécialistes reconnus et bien plus compétents que vous.
Mais sur quoi prétendez vous en savoir autant, sur la gamme des produits OGM sans doute, sur les techniques alternatives certainement pas, quant à votre approche économique j'attends toujours. La différence entre nous c'est que je ne me contente pas d'approximation, je vérifie les données chiffrées et comptables. Que vous ne soyez pas assez subtile pour saisir vous regarde.
Votre dernier commentaire est affligeant, si vous aviez la moindre idée de mon activité, vous pourriez évaluer son côté dérisoire et ridicule.

JFK | 13 mai 2014 à 15h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"je n’arrive pas a trouvé le chemin débile de votre esprits qui vous amène a connaître ma façon de travailler."
C'est peut être ça le problème, quand vous répétez que vous travaillez avec des agriculteurs bio, que vous testez des techniques alternatives. Mais que les seules solutions que vous évoquez sont celles qui favorisent l'usage de pesticides ont peu être sceptique, sur votre cohérence et vos capacités.

JFK | 13 mai 2014 à 15h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@JFK,
Vous rendez-vous compte du ridicule de votre dernier message de 15h35?
Vous prétendez du fait de votre activité secrète détenir La Vérité mais vous êtes infoutu de répondre, malgré votre science incommensurable, à une question aussi simple que : Pourquoi les agriculteurs veulent semer du MON810 alors que ces semences coûtent plus cher, que les rendements ne sont pas plus élevés? Si vous avez déjà côtoyé des agriculteurs vous devez savoir que pour eux un sou est un sou.
L'Inquisition aux trousses de Galilée avait des affirmations gratuites qui ressemblaient aux vôtres.
Encore une fois, évitez nous de traiter ces millions d'agriculteurs de débiles éblouis par les sirènes de ces escrocs de semenciers capitalistes américains. Les sirènes du marketing peuvent marcher un ou deux ans, jamais 15.

VD69 | 13 mai 2014 à 16h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

VD69,
Quelqu'un de cultivé devrait savoir que Ptolémée a étudié et représenté le système solaire et les satellites du soleil plusieurs siècles avant Galilée, subissant à peu près le même sort par les mêmes individus, qu'il n'est pas nécessaire de citer.
Le doute est la base du progrès, est-ce que vous avez des doutes, est-ce moi que vous qualifiez d'obscurantiste? Je fournis des chiffres, j'argumente, pendant que vous et les promoteurs d'OGM se contentent de répéter sans la moindre vérification, sans confrontation avec la réalité du terrain, n'inverser pas les rôles.

Le problème concernant les alternatives plausibles, OGM plutôt que solution agronomique, gaz de schiste plutôt que méthanisation, nucléaire plutôt qu'ENR, c'est qu'il faut des bases cohérentes, beaucoup de travail et d'informations pour les valider, aucune place au dogmatisme et à l'idéologie! Continuez à travailler vos doutes.

JFK | 13 mai 2014 à 16h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je ne souhaite pas faire référence à des données personnelles, elles n'ont rien de secrètes, ça vaut toujours mieux que de prétendre à des compétences que l'on a pas, j'utilise un pseudo pour les mêmes raisons. Comme vous d'ailleurs.
Si vous connaissiez vraiment le monde agricole vous ne vous poseriez même pas la question, mais les réponses ont été évoquée à de multiples reprises. Quand vous subventionnez une activité, à hauteur de plusieurs centaines de dollars par hectares, pourquoi voudriez vous qu'un agriculteur à qui on propose de semer un OGM qui va lui assurer une protection systématique contre un parasite présent ou hypothétique va la rejeter, même si ils ne sont pas à 100% dans ce cas, si vous prétendez que tous les agriculteurs sont des gestionnaires hors pair, c'est vraiment que vous ne connaissez pas ce milieu, mais c'est vrai que vous avez aussi démontré des limites dans ce domaine.
Les pesticides qui les rendent malade, polluent, mais sont subventionné par la PAC fonctionnent depuis plus de 50 ans. Autre banalité à ajouter?

JFK | 13 mai 2014 à 16h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@JFK,
Bien sûr que j'ai des doutes, et j'espère bien continuer à en avoir pour refuser les certitudes divines et absolues et pouvoir approfondir ma réflexion. Les discussions sont faites pour se nourrir des réflexions des autres et c'est à ce titre que je participe aux forum.
Après avoir été traité dédaigneusement de "scientist" par vous même, j'ai pu faire un rappel sur l'obscurantisme sans vous avoir jamais qualifié d'obscurantiste. Si vous vous êtes senti visé, rien ne vous empêche d'y réfléchir.
L'obscurantisme s'étant opposé aux Lumières, j'attends toujours de bénéficier de vos éclairages sur les motivations des agriculteurs souhaitant semer du MON810.

VD69 | 13 mai 2014 à 16h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

VD69 et autre fanatique, je vous invite à faire la transparence sur les chiffres, ce n'est pas compliqué, chiffrez le surcoût d'une semence OGM, l'économie en insecticide, c'est facile sur le maïs on économise 2 applications, chiffrez le potentiel de rendement en conséquence, la valeur ajoutée générée. Ou voyez vous de l'obscurantisme?
Ensuite il suffira de comparer à d'autres alternative, je veux bien faire l'effort!

JFK | 13 mai 2014 à 17h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La motivation des agriculteurs Français, puisque c'est à eux que vous faites référence, s'assurer contre un risque, dégager du temps libre en surveillance et pulvérisation, que ce soit pour se la couler douce ou d'autres activités, c'est payer par la collectivité et ce n'est certainement les questions environnementales qui les préoccupent, comme certains d'entre vous l'ignorance qui les poussent dans une impasse, les idées reçues, une approche du progrès.
Assumez vos accusations, il ne fait pas de doute qu'elles m'étaient destinées.

JFK | 13 mai 2014 à 17h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@JFK,
Effectivement cela vaut le coût de discuter, je me trompais sur vos motivations ou vos arguments. Je pensais que vous refusiez le fait que le MON810 permettait d'économiser "2 applications" d'insecticide.
C'est cette économie d'insecticide de synthèse, produit que je considère comme dangereux, qui me fait soutenir cette technologie semencière.

VD69 | 13 mai 2014 à 17h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Vénération pour JFK, spécialiste des OGM, des gaz de schiste, du nucléaire, et plus si affinités... En bref, la synthèse, le Ptolémée du XXIème siècle. Sidérant.
On ne peut que s'incliner devant pareille suffisance et absence de doutes. Quel effroyable procureur contre les agriculteurs, ces criminels ignares qui détruisent sciemment l'environnement.
Courage aux contradicteurs!

Albatros | 13 mai 2014 à 18h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

LOL, si vous lisiez mes commentaires au lieu de faire une synthèse simpliste qui réussi bien aux promoteurs d'OGM, vous sauriez que j'ai fait part de mon admiration à plusieurs reprise pour les agriculteurs qui proposent et usent de solutions alternatives. Mais aucun fanatique ne prend la peine de lire les contradicteurs, il est sûr de son fait, son opinion est immuable. Ce qui est sidérant c'est le vide de sens de vos commentaires!

JFK | 14 mai 2014 à 12h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'amalgame, vous l'avez bien fait, cher JFK, car je l'ai bien lu. Je vous laisse libre de vos admirations mais je ne supporte pas d'être pris pour un "promoteur d'OGM". Vous ne lisez pas bien mes pauvres commentaires, cher Génie.
N'oubliez pas d'être heureux...

Albatros | 14 mai 2014 à 17h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Personnellement je supporte toutes les qualifications ou contradictions, que je contesterais, parfois avec virulence si c'est nécessaire. Je ne lis pas vos commentaires avec attention parce qu'ils ne portent pas sur le fond. Réagir à "violemment opposé" comme ci il s'agissait d'un appel à la violence, alors que farouchement ou vigoureusement auraient le même sens, me semble aussi déplacé que de demander la censure.

Si votre définition du bonheur se résume à l'Omerta et à la censure à laquelle vous faites appel, il y a des chances que je ne la partage pas. Ceci en conclusion, vos considérations personnelles ne m'intéressent pas.

JFK | 15 mai 2014 à 10h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

à JFK: Amen, cher Oracle omniscient. La contradiction ne porte pas sur les mots mais sur les actes que certains mots justifient. Si l'appel à la destruction n'est pas en soi une violence, nous n'avons effectivement pas grand chose en commun. J'ai pour habitude de discuter aussi avec des personnes dont je ne partage pas l'avis, sans les traiter de vendus ni d'incompétents, Ma demande auprès du modérateur est simplement de modérer l'insulte, pas de censurer l'étalage de votre remarquable savoir ni l'expression de vos vertigineux amalgames (que vient faire le gaz de schiste dans le débat sur les OGM?).

Albatros | 15 mai 2014 à 17h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le 2 mai je m'insurgeais contre l'interdiction du MON 810 qui permet d'économiser sur les pesticides.
Le 13 mai, JFK reconnait enfin qu'avec cette semence "on économise 2 applications" d'insecticide.
Mais il continue d’être contre en essayant de se cacher derrière l'Omerta, la censure, bref la Théorie du Complot.
Mais Bon Dieu, dévoilez-vous. Faites nous part de vos profondes motivations. De quoi avez-vous peur?

VD69 | 18 mai 2014 à 14h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Non, VD69, il ne permet pas d'économiser sur les pesticides, ce maïs permet d'économiser au maximum 2 applications d'insecticides, alors que les techniques alternatives dont je fait la promotion permettent de réduire l'ensemble des pesticides, herbicide, fongicides, insecticides.
Les insecticides représentent à peine plus de 5% de la masse de pesticides épandus en France. Si leur nocivité sur les abeilles et autres auxiliaires n'est plus a démontré, les fongicides ont des effets aussi dévastateurs sur ces insectes, sur les champignons et les bactéries.
Cette technique ne permet pas de faire des économies, le coût des semences couvre largement l'économie engendrée, surtout si l'on considère que ces applications sont loin d'être systématique.
Les paysans perdent leur autonomie, leur technicité gage de la valeur ajoutée se substitue à celle d'une technologie qu'ils ne contrôlent plus. Il suffit de comparer la courbe de l'évolution des prix entre semence OGM et semence classique pour le vérifier. Au Canada et aux USA le catalogue de semence devient exclusif.
Il ne s'agit pas de peur, mais d'un constat, les rendements n'ont pas évolués, les doses d'herbicides sont à la hausse partout, cette technique n'a rien apporté, bref le résumé de ce que j'ai écrit.
Tout comme l'allusion aux gaz de schiste vous concernait, celle à la censure et à l'omerta concerne Albatros, ne détournez pas l'attention, faire des profits n'est pas comploter.

JFK | 19 mai 2014 à 10h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Censure et omerta, que de grands mots.
N'en déplaise aux pédants, omniscients, grands utilisateurs de l'insulte, du mépris et de l'appel à la destruction, mes interventions sur ce fil ne reflètent que de la curiosité et un certain intérêt aux débats. Dans une controverse, il est nécessaire de respecter les interlocuteurs: les savants, les partis, et aussi ceux qui cherchent à comprendre, même avec une certaine distance (ironie? dérision?). N'oubliez quand même pas ces derniers, dont je suis.
Bon vent.

Albatros | 20 mai 2014 à 09h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@JFK
Que vous soyez comme moi dubitatif sur la surconsommation de pesticides, nos bases de départ sont les mêmes. Bien sur qu'il faut lutter contre certaines pratiques agricoles, solutions de facilité, peu respectueuses de la biologie et des sols, comme la monoculture. Mais l'agriculture de masse doit et devra être productive, avec des rendements élevés.
Les "5% en masse" des insecticides me surprennent mais représentent mal le taux de toxicité.
Le glyphosate représente en masse beaucoup plus que les insecticides, mais vraisemblablement moins en terme de toxicité. Si on lit Séralini (et que on lui accorde du crédit , ce qui n'est pas mon cas) , la toxicité de cet herbicide devrait être faible puisque les rats abreuvés exclusivement avec la même concentration que celle d'un pulvérisateur ont une espérance de vie supérieure aux témoins qui n'ont eu que de l'eau de source. J'imagine mal une telle expérimentation avec un insecticide qui est destiné à détruire des animaux et non des herbes.
Refuser d'admettre que les techniques OGM permettent aux semenciers et autres obtenteurs de proposer rapidement des variétés autorésistantes à des insectes (comme le MON810) ou maladies (comme les porte-greffe de l'INRA) et donc de réduire la consommation de pesticides, relève de l'obscurantisme.
Quand cet obscurantisme fait force de loi, je m'insurge.

VD69 | 20 mai 2014 à 12h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le terme consterné serait plus adapté que dubitatif, ce qui nous sépare partant d'un même constat, ce sont les solutions.
Les techniques d'agriculture de conservation permettent de maintenir des rendements équivalant en réduisant les intrants, si vous en doutez informez vous, elles sont d'ailleurs recommandées par la FAO. Elles sont adaptées et adaptables à toutes les situations. Elles permettent aussi de réduire considérablement la consommation de carburant, de l'ordre de 50 à 70%, d'améliorer la structure des sols et leur fertilité, limitant la pollution en stockant d'avantage de carbone et en réduisant érosion et lessivage, elles assurent par la même occasion un meilleure biodégradabilité des pesticides.
Si vous faisiez l'effort de mieux vous informer et d'intégré ses données dans une stratégique de long terme, je suis sûr que vous comprendriez avec votre base de connaissance, qu'elles sont une alternative bien plus cohérente en terme d'agronomie, d'écologie et de sécurité alimentaire. Des journées d'information sont régulièrement organisées, y compris sur le terrain et probablement dans votre région, essayez.

JFK | 20 mai 2014 à 15h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En quoi les pratiques de "conservation" qui vous sont chères sont-elles opposées aux variétés OGM auto protégées?

VD69 | 20 mai 2014 à 16h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Si cela peut vous conforter, j'étais aussi perplexe en découvrant les techniques alternatives, mais après quelques heures de lecture, de vérification et l'effotr d'une approche globale, il s'avère que sous certaines conditions de maîtrise technique, les résultats sont au rendez-vous.
Un herbicide n'a pas le même effet qu'un insecticide, leur mode d'action sont différents, le Roundup est un herbicide systémique, qui, si je me souviens bien, provoque l'éclatement des cellules végétales avec des temps de réactions qui peuvent atteindre plusieurs jours ou semaines. Un insecticide pour être efficace doit agir rapidement et s'utilise en général de manière préventive, en curatif il est souvent trop tard, ceci qui peut expliquer les délais, la toxicité du Roundup est toujours mal connue notamment sous forme de métabolite, une forme parfois plus nocive. Seul les études sérieuses pourraient le confirmer, elles n'existent pas. Tout comme les études sérieuses sur la toxicité des toxines BT, on sait seulement que des animaux nourris au mais BT ne montrent pas de symptômes évidents, mais c'est sur une période assez courte, celle de la durée de vie en élevage intensif. Au plus quelques années.
Qu'en serait-il pour une alimentation contenant plusieurs toxines dans des proportions variables, alors que certains documents font état d'un risque accru par la présence de mycotoxines quand ces aliments sont le composant essentiel de l'alimentation?

JFK | 20 mai 2014 à 16h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Elles n'y sont pas opposées, elle les rendent inutiles, vous évoquez la monoculture, qui est en soi un facteur aggravant, l'aspect économique, un surcoût systématique alors que l'application devient rare, voir inexistante, des effets méconnus et peu ou pas du tout étudiés. Dans les régions de polyculture les parasites sont peu présent, le traitement est rarement justifié.
Je lisais il y à peu un article sur les scutigérelles, un parasite méconnu en France il t a quelques années, ou plutôt que l'on n'évoquait pas tant il était insignifiant, avec la monoculture il est devenu un vrai problème dans certaines régions et la réaction des organismes a été de limiter la succession du maïs 9 années sur 10, c'est ce type d'aberration qui fait d'un parasite banal un problème insurmontable. Les OGM contribuent largement à renforcer ce type de pratique, puisqu'ils sont la réponse simpliste mais intéressé des firmes agrochimiques, à un problème que ces pratiques ont engendrées.

JFK | 20 mai 2014 à 16h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dernier point, pour ce qui semble être une discussion inutile, l'obscurantisme serait plutôt de nier que d'autres méthodes soient aussi efficace, moins couteuses, plus respectueuses de l'environnement et du choix des consommateurs. Vos arguments je les connait, j'ai fait la part des choses et un choix en conséquence, ne perdez votre temps à essayer de me convaincre.
Vous proposez une solution qui permet de d'économiser 2 pesticides, je propose une alternative qui économise sur tous les tableaux, inutile de persister dans un dialogue de sourd.

JFK | 20 mai 2014 à 17h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Autrement dit , vous n'avez rien contre les OGM, si ce n'est qu'ils pourraient occulter vos aspirations de cultures plus respectueuses de rythmes biologiques, de rotations, de respect du sol etc...
Et si l'on pouvait imaginer une agriculture où la résistance des variétés pouvait faciliter ce type d'approche qui vous est cher?

VD69 | 20 mai 2014 à 18h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

JFK
Vous dites:
"Vous proposez une solution qui permet de d'économiser 2 pesticides, je propose une alternative qui économise sur tous les tableaux, inutile de persister dans un dialogue de sourd".

DONNER VOS SOURCES D'INFORMATIONS ALORS !

Vous sortez de belles phrases pleinnes de belles intentions mais pleinnes de contres vérités .
Je bosse avec un tas de personnes qui sont pour diminuer les IFT et tout faire pour développer les techniques et je ne connais personne de terrain qui tient se discours.Même les plus optimisme (pour après demain , OK )
Oui les tech a. vont se développer dufait de tous leurs avantages .
mais elles marchent dans des conditions et pas dans d'autre très souvent.Pb de maitrise et vulgarisation augmentés
Non ,aujourd'hui ont ne peut pas se passer des phyto complétements pour produire autant au même prix et meme qualité.
Oui les PGM permettent de baisser les phyto aujourd'hui et beaucoup plus pour certains bioagresseur que les tech. a.

Vous donnez des leçons sur ces sujets et ne savez pas se qu'est une toxine exactement (niveau générale de la population malheureusement et c'est le gros pb).
Vous mélangez toxine et mycotoxine !
Ah oui il y a 'toxine' dedans.
Vous buvez dans une tasse de café plus de 1000 toxines qui représentent à elles seules (en poids et nocivité) plus de toxines que la totalité des LMR (toxines)que l'on pourrait trouver sur une année de consomation de fruit et légumes part une personne.
Arrété le café

yann | 21 mai 2014 à 09h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je ne sais pas ce qu'est une toxine, qu'il y en a dans le café et à peu près dans tous les aliments que je consomme?
J'ai écrit, sur un autre fil que la plupart des végétaux produisaient des toxines, que la différence entre une plante comestible ou non comestible était souvent liée à sa teneur en toxine et que cette teneur variait selon leur stade, leur maturité.
Je ne confonds pas toxine et mycotoxine, je me sers d'un exemple pour expliquer que les promoteurs d'OGM insistent sur le risque mycotoxine, en prétendant qu'il serait à l'origine de certains cancers notamment, mais qu'ils négligent le risque lié aux toxines BT. Qui les arrange beaucoup moins. En précisant les conditions.

Pour la vulgarisation des techniques AC, il est clair qu'il ne faut pas compter sur vous, vous le démontrer une fois de plus. Vous déformez mes propos, parce que cela vous gêne que je ne partage pas vos opinions vous considérez que je donne des leçons, je partage de l'information c'est tout.
Quel donneur de leçon, qui utilise en plus des abréviation pour citer des techniques dont il prétend faire la promotion, comme ci les prononcer lui écorchait la bouche. Vous êtes crédible pour les polémiques stériles, pour le reste toujours les même banalités. Je plains ceux avec qui vous bossez et comprends ceux qui vous on employé. Mais c'est qui déjà?

JFK | 21 mai 2014 à 10h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et si l'on pouvait imaginer une agriculture où la résistance des variétés pouvait faciliter ce type d'approche qui vous est cher?

Il faudrait beaucoup d'imagination, mais imaginer ce que vous voulez tant que ce n'est pas à moi de régler la facture, à travers les taxes et les subventions, pour enrichir des firmes qui vont pratiquer l'optimisation fiscale, quand ce n'est pas simplement de l'évasion ou de la fraude, au détriment du contribuable, du consommateur et même des petits actionnaires qui sont aussi pigeonnés dans ce contexte.

JFK | 21 mai 2014 à 10h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

yann, tout le monde a compris que vous ne travaillez pas dans l'intérêt des agriculteurs, vous l'avez d'ailleurs reconnu, probablement au service d'un négociant quelconque, puisque vous avez aussi précisé qu'il ne s'agissait pas d'une entreprise publique, vous défendez votre job, rien d'autre.
A vous entendre toutes les cultures sont menacées dans les même proportions par une multitude d'agresseur et de parasite, alors que sur le terrain c'est un peu différent, il y a des pratiques qui favorisent les risques. Pour ce qui est des sources, il y a la littérature, de nombreux ouvrages relatent ces expériences et leur résultat, il n'est jamais trop tard pour s'informer.

JFK | 21 mai 2014 à 10h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Au fait le café contient aussi de nombreux antioxydant et autres flavonoïdes qui sont des atouts pour la santé, comme les fruits et légumes, le gage d'une bonne alimentation c'est quelle soit variée et équilibrée.

JFK | 21 mai 2014 à 10h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

JFK

vous vous permettez de dire:
Quel donneur de leçon, qui utilise en plus des abréviation pour citer des techniques dont il prétend faire la promotion, comme ci les prononcer lui écorchait la bouche.

Habituel chez vous!
Belle démonstration de votre superiorité intellectuelle.
Vous n'etes même pas capable de comprendre ou d'imaginer que les abréviations me servent à économiser des lettres.
(compter les et vous verrez qu'il devait me rester 2 ou 3 caractères.LOL)
Quel esprit vif d'analyse.
On voit l'interet de vos déduction et leur pertinences.
Vous etes en plus le plus fort sur les techniques alternatives et l'on va même se rencontrer surement.
Je travaille beaucoup avec et sur les reseaux DEFI qui me semble t'il ont pour objectifs de tester une dernière fois "in vivo" et vulgariser les techniques alternatives.
Plus de trois milles exploitations réparties sur tout le territoire regroupées par 10 /12 forment cette ensemble.
Oui je suis optimiste sur ce que j'y vois mais aussi objectif.
je suis ebahi (et un peu effrayé) de la diversité des milieux de productions et très souvent les tech.a. fonctionnent ici et pas labas etc etc(ex Plante compagne et colza super mais si geranium a combatre pas super)
Je vais forcément croiser bientot une sommité dans le domaine tel que vous .Peut etre nous croiserons nous aussi autour de portail ECOPHYTO PIC qui sait et devant l'étalement de vos convictions, je suis impatient que vous remettiez mes connaissance à jour.

yann | 21 mai 2014 à 12h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

JFK
j'oubliais l'étalement de vos connaissancesssss
Vous dites
Je ne confonds pas toxine et mycotoxine, je me sers d'un exemple pour expliquer que les promoteurs d'OGM insistent sur le risque mycotoxine, en prétendant qu'il serait à l'origine de certains cancers notamment, mais qu'ils négligent le risque lié aux toxines BT. Qui les arrange beaucoup moins.

Esprit torturé vous savez se qu' est une mycotoxine et une toxine et vous concluer que:
Les semenciers qui mettent en avant l'interet des PGM qui diminuent considérablement le risque (avéré et reconnu )NEGLIGE le risque des toxines Bt par exemple.

VOUS AVEZ UN PROBLEME!

Sur quoi en principal ont été faites les études de sécurité diverses et variées sur les PGM ?
Que regarde t'on ,entre autre mais surtout, pour estimer les risques alimentaire des produits de consomations humaines?
Ce ne serait pas les divers toxines potentiellement presente qui seraient recherchées analysées et étudiées?
Elle ne sont pas "super "étudié même ?

C'est parce qu'ils ne les ont pas négligé qu'ils les connaissent très bien.
Et ce n'est parce que les vérités choques vos croyances que vous avez le droit d'insulté par bétise ceux qui ne laisse plus passer ces "délires a la mode"
.

yann | 21 mai 2014 à 12h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il y a de quoi être rassuré, vous participez au projet CASDAR, au projet DEFI, au portail Ecophyto et vous racontez des salades. Ne vous prenez pas pour le centre du monde, mes commentaires ne vous sont pas dédiés, sauf quand vous m'interpellez.
Ce qui est curieux c'est qu'on me reproche de prétendre tout savoir et en même temps de suggérer que vous n'avez pas besoins d'être informé tout en me demandant de citer mes sources. L'imbroglio qui vous caractérise! Surtout quand on écrit "(niveau générale de la population malheureusement et c'est le gros pb)."
Mais qu'avez vous à cacher sur la firme qui vous emploi?

Quand à l'optimisme il est relatif à vos convictions, il y a de la diversité dans le monde agricole et selon les territoires, les exploitations, cela vous effraye, donc vous proposez une solution standard. C'est cohérent et même très pertinent si on prend le temps d'y réfléchir. LOL

JFK | 21 mai 2014 à 12h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je n'ai jamais écrit cela "Les semenciers qui mettent en avant l'interet des PGM qui diminuent considérablement le risque"
Pour la bonne raison je le conteste l'effet des OGM sur le risque mycotoxine et que je ne reconnais pas plus leur rôle dans l'apparition de cancer qui n'a pas été validé par des études sérieuses. Vous avez vraiment un problème pour comprendre une phrase aussi simple? Ou plutôt pour en déformer le sens.

JFK | 21 mai 2014 à 12h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Formulé autrement parce que ce n'est pas la subtilité qui vous caractérise.
Les promoteurs de PGM, prétendent qu'ils permettent de réduire le risque mycotoxine, ce que j'ai contesté à plusieurs reprises, ils n'apparaissent qu'en ultime recours et ne justifie pas leur usage à cette fin. Loin derrière les techniques agronomiques, rotation, broyage et enfouissement des résidus...
Les même promoteurs et autres scientistes tentent d'expliquer que les mycotoxines sont responsables de cancer dans des situations particulières de consommation régulières d'aliment contaminé, il ne s'agit pas d'une étude scientifique, mais d'affirmations basées sur des observations, à peu aussi crédible que de prendre le résultat de quelques parcelles d'essais OGM pour en ressortir un rendement moyen. Quand les chiffres publiés ne font pas ressortir la moindre progression.

JFK | 21 mai 2014 à 13h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

VD69, "Autrement dit , vous n'avez rien contre les OGM, si ce n'est qu'ils pourraient occulter vos aspirations de cultures plus respectueuses de rythmes biologiques, de rotations, de respect du sol etc..."
Rythmes biologique dans votre esprit doit être synonyme de science occulte, je n'ai jamais utilisé cette expression. Mais oui, quand on prétend se soucier d'agronomie, d'environnement, de productivité, il est important d'avoir une approche globale.

JFK | 21 mai 2014 à 13h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

JFK,
N'étant pas moi-même agronome je ne peux que prendre acte de votre science. Un point explique peut-etre notre incompréhension, ce serait quelques lacunes en français.
Les OGM pourraient "occulter" vos aspirations de cultures plus respectueuses..... Dans mon expression, ce mot occulter est on ne peut plus respectueux de vos aspirations (COD du verbe occulter) basiques que je partage en partie, je lutte comme vous contre les monocultures.
Il n'a jamais été questions de science occulte. Mais si cette idée vous est venue spontanément, il n'est pas impossible que cette extrapolation soit signifiante.

VD69 | 21 mai 2014 à 14h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est vrai que vous ne jouez jamais sur les mots, surtout quand il s'agit de détourner le sens d'une phrase ou d'une expression. Pas plus que vous ne vous attardez sur quelques fautes d'orthographe ou de conjugaison. Il faudrait vivre avec son temps, je ne rédige pas une lettre d'embauche, mais des commentaires sur un forum en essayant d'être le plus précis possible, vous corriger aussi les textos? Tout comme le choix de signifiante plutôt que significative, digne d'un politicien d'un autre temps. Une façon de ne pas assumer.

JFK | 21 mai 2014 à 16h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Remarquez la prochaine je vous enverrais mon commentaire par mail pour que puissiez le corriger Monsieur Vin... Dasson..., ce qui rappellera peut-être d'être plus prudent dans l'usage de votre e-mail personnel.

JFK | 21 mai 2014 à 16h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'ai bien compris le sens de votre phrase, je vous soupçonne d'utiliser une formulation ambiguë, qui pourrait laisser penser à de nombreux détracteurs, par association entre occulter et rythme biologique, qu'il s'agit d'une forme de croyance ou autre science approximative. D'ailleurs je serais curieux de savoir ce que vous entendez par rythme biologique.

JFK | 21 mai 2014 à 16h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

JFK
Votre message de 16h27: J'aime bien effectivement la précision de la langue française, que je pratique aussi pour les textos; en principe en s'exprimant de façon précise on a moins de risque d’être mal compris.
Votre message de 16h36 est un exemple parmi d'autres de votre pratique de l'invective personnelle, sinon de la méchanceté. Si vous souhaitez continuer cette conversation sur un mode moins public rien ne vous en empeche donc. Si je prends un sigle , c'est que ne tiens pas à etre harcelé trop souvent.
Votre message de 16h48 relève du procès d'intention, tendance qui sous-tend, qui explique une bonne part de vos prises de position. Est-ce une tendance paranoïaque, est-ce un gout pour la théorie du complot? Toujours est-il que cela rend la communication bien difficile. Le terme de "cultures plus respectueuses des rythmes biologiques" traduisait à mon sens ce que j'avais compris de vos aspirations, de vos souhaits de ne pas contrecarrer la nature à outrance, de ne pas la surexploiter, de l'écouter, de l'observer, de la laisser se reposer, se régénérer, de respecter les saisons etc.. Je vous ai peut-être mal compris mais rien ne vous empêche de repréciser les piliers de votre réflexion.

VD69 | 21 mai 2014 à 17h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

VD69, mon message de 16h36, vous invitais à être plus prudent avec l'utilisation de votre e-mail personnel, ou plutôt d'utiliser un alias que de fournir votre adresse principale, qui vous évitera de nombreux soucis de sécurité. Je l'ai récupéré sans l'intention de le faire avec une simple manipulation, je pensais que vous comprendriez.
C'est peut être un sous-entendu, mais vous considérez que je n'ai pas la capacité de comprendre votre phrase, ne soyez pas plus susceptible que moi. Acceptez mes excuses si je me suis trompé sur vos intentions.
Je vous invite à découvrir ces techniques sur le site de l'agriculture de conservation, les intervenant ne sont pas focalisés et ne rejettent aucune technique par principe, le mot d'ordre serait plutôt, produire au moins autant, parfois plus dans des parcelles peu fertiles, mais en réduisant les charges de production, en respectant l'environnement. Une approche plus économique et écologique.

JFK | 21 mai 2014 à 19h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour yann, le super technicien, ce qui vaut pour le géranium et les situations comparables!
Le semis direct est le meilleur outil de gestion du géranium.
Après quatre années d’expérimentation avec des conditions climatiques et de croissance très différentes, le semis direct ressort
comme vraiment le meilleur outil de gestion du géranium, l’une des dicots les plus récurrentes dans les rotations assez chargées en colza. Gilles Sauzet insiste à ce niveau : « Semis direct signifie aucun flux de terre et donc une vitesse d’avancement réduite, inférieure à 7 km/h car les levées, même avec un semoir à disques, sont assez proportionnelles à la vitesse de semis.» L’astuce est que les graines de géranium, très persistantes dans le sol, sont assez vite éliminées lors des cultures précédentes (généralement des pailles) sur les deux à trois premiers centimètres. Ainsi l’horizon de surface, au bout de deux à trois années de rupture, se retrouve quasi indemne de graines alors que le reste de l’épaisseur du profil reste chargé de semences vivantes et stockées depuis bien des années. Il faut donc absolument éviter de remonter et polluer la surface avec ce stock...

Vous aurez remarqué qu'il ne s'agit pas de ma science!

JFK | 23 mai 2014 à 14h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

94 Réactions sur ce thème! était-ce nécessaire?
Le problème des OGM est d'être contaminé sans cesse par des considérations financières. En réalité ces considérations sont la vraie raison de tous ces débats. On n'a pas besoin des OGM résistants aux herbicides ou aux insectes. On a largement assez de phytosanitaires SYNTHETIQUES capables de faire la même chose. D'un côté nous avons des solutions biologiques avec les OGM et de l'autre des solutions synthétiques. Les productions agricoles OGM sont comestibles, personne n'a été empoisonné jusqu'a maintenant.

ami9327 | 23 mai 2014 à 14h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faut croire que ce n'est pas encore suffisant si on s'en tient au votre. Vous n'êtes pas concerné par l'environnement?

JFK | 23 mai 2014 à 19h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le semis direct est certainement une technique à creuser. Ceci étant , d'après quelques lectures rapides sur ce thème, bon nombre d'agriculteurs utilisant cette technique, sèment juste après un herbicide.
Monsanto serait gagnant aussi.

VD69 | 23 mai 2014 à 22h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Essayez les lectures plus approfondies, la destruction chimique
est la solution de facilité qu'utilisent ceux qui démarrent dans cette orientation de l'agriculture de conservation, elle est même souvent celle proposée par des technico-commerciaux qui maîtrisent mal.
Mais avec la maitrise, le choix de couverts végétaux adaptés, des couverts aux facultés couvrantes qui permettent le contrôle de la flore adventice, des espèces annuelles facile à détruire mécaniquement, des variétés plus ou moins précoces qui peuvent même permettre de jouer sur les stades de maturité pour gérer l'humus et la minéralisation, plante mature plus ou moins lignifiée, ce qui vaut aussi pour la méthanisation, l'usage d'herbicides diminue progressivement, jusqu'à l'impasse totale dans de nombreuses situations.
L'extrait que j'ai copié provient d'un l'article complet de Frédérique Thomas, datant de 2006, les techniques ont encore évoluées depuis, le matériel disponible aussi, le recours aux herbicides devient anecdotique, plante compagne, couvert, mulch... Répondent à une stratégie globale qui s'adapte à toute forme d'agriculture, traditionnelle ou bio.

JFK | 26 mai 2014 à 10h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager