En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'OMI adopte une convention internationale sur le démantèlement des navires

Déchets  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Selon l'AFP, les Etats membres de l'Organisation maritime internationale (OMI) ont adopté le 15 mai à Hongkong, la première convention internationale sur le démantèlement des navires de commerce en fin de vie. Le texte introduit plusieurs obligations et impose aux armateurs de fournir aux chantiers de démantèlement une liste des matériaux dangereux contenus dans le navire, avant qu'il ne soit détruit.

La déconstruction des navires, qui contiennent de nombreuses substances toxiques (amiante, polychlorobiphényles (PCB), tributylétain, résidus d'hydrocarbures,…) est réalisée pour l'essentiel au Bangladesh, en Inde et au Pakistan où l'absence de mesures de protection de l'environnement et de la santé se solde par un taux d'accidents extrêmement élevé chez les travailleurs. Pourtant, l'exportation de déchets dangereux à destination des pays en voie de développement est interdite par le règlement communautaire sur les transferts de déchets conformément à la convention de Bâle.

Les ONG déçues

Plusieurs associations environnementales ont dénoncé un texte ''en recul''. Selon les ONG, la convention ne prévoit pas de mettre fin à l'échouage de navires sur les plages pour les démanteler, notamment en Inde, au Pakistan ou au Bangladesh sans protection des travailleurs et de l'environnement.

Cet accord n'empêchera aucun navire d'être exporté et démantelé sur les plages d'Inde, du Bangladesh ou du Pakistan, a dénoncé Ingvild Jenssen, de l'organisation européenne Platform on Shipbreaking. Cette convention est une occasion manquée en vue d'interdire progressivement le démantèlement sur les plages, a ajouté Eelco Leemans, de l'association les Amis de la Terre.

D'après l'OMI, plus de 10.000 navires de plus de 500 tonnes ont été recyclés dans le monde entre 1990 et 2006.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager