En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

2011 est la dixième année la plus chaude, selon l'OMM

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

L'année 2011 est la "dixième plus chaude à l'échelle du globe" depuis le début des relevés en 1850, a annoncé mardi 29 novembre l'Organisation météorologique mondiale (OMM), à l'occasion de la Conférence des Nations Unies sur le climat qui se déroule à Durban (Afrique du Sud). En 2011, la température moyenne s'est avérée être la dixième ''la plus élevée jamais relevée et supérieure à toutes celles enregistrées lors des années précédentes correspondant à des épisodes La Niña, qui se traduisent normalement par un refroidissement relatif de température planétaire''', a indiqué l'OMM.

La Niña s'étant développé dans le Pacifique tropical au second semestre de 2010 et a persisté jusqu'en mai 2011. Ce phénomène, ''l'un des plus intenses des 60 dernières années'', a été étroitement associé à des épisodes de sécheresse en Afrique de l'Est, dans les îles de la partie centrale du Pacifique équatorial et dans le sud des États-Unis et à des inondations en Afrique australe, dans l'est de l'Australie en en Asie du Sud, cite l'OMM. Quant à la banquise arctique, elle a présenté en 2011 ''la deuxième plus faible étendue et le plus faible volume jamais observés''.

La température moyenne de la décennie 2002-2011, supérieure de 0,46 °C à la moyenne à long terme, ''est la plus élevée jamais constatée, à égalité avec la décennie 2001-2010'', ajoute l'agence onusienne. Et les treize années les plus chaudes qu'a connues la planète sont toutes concentrées sur les quinze dernières années, depuis 1997.

"Les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère ont atteint de nouveaux pics qui s'approchent très rapidement des niveaux correspondant à une élévation de 2 à 2,4 degrés Celsius de la température moyenne à la surface du globe, laquelle pourrait entraîner, selon les scientifiques, des changements radicaux et irréversibles de notre planète, de la biosphère et des océans'', a prévenu le Secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager